Maman Blues a 10 ans !

Bibliothèque: Père-Fille : Une histoire de regard
Titre:      Père-Fille : Une histoire de regard
Catégorie:      Relation parent-enfant
LivreID:      256
Auteurs:      Didier Lauru
ISBN-10(13):      222617270X
Editeur:      Editions Albin Michel
Date de publication:      2006-08-24
Number of pages:      221
Langue:      Français
Prix:      14.44  EUR
Evaluation:      0 
Image:      cover           Achetez-le dès maintenant sur Amazon
Description:     

Lacan inscrivait les relations mère-fille à l’enseigne d’une certain « ravage ». Bref, non seulement ça chauffe, ce qui constitue le lot commun des relations entre générations, mais ça dévaste. La relation père-fille du coup a été un peu estompée par ce battage. Le passage de fille à femme et de femme à mère suppose un cheminement pour un sujet, qui se soutient de l’orientation paternelle.

Question de regard , soutient l’auteur. C’est bien dans le regard qui témoigne d’une jouissance interdite - ombre profilée de l’interdit de l’inceste d’abord ancré sur le corps dérobé de la mère - que le père peut, non seulement se faire l’accueil des premiers émois du désir de sa fille, mais aussi indiquer, indexer des voies de garage, des substitutions, des tenant-lieu. Soutenir le désir , sans s’y dérober et sans y céder. Telle est la position, digne d’un Socrate invitant Alcibiade à faire circuler l’objet qui cause son désir : est-ce que ce ne serait pas Agathon que tu aimerais ?

C’est aussi bien la conclusion du « banquet » père-fille. Là où le désir du père se doit de le laisser « interdit », là aussi s’ouvrent les portes de cette autre face de l’interdit de l’inceste, - qui a deux côtés comme toute médaille, mais un métal unique, - que l’on oublie trop souvent, faisant de cette structure de base de l’humain une question morale et coercitive, cette autre face qui légitime le soutient du père pour sa fille : d’aller se faire voir ailleurs pour ce qui est de jouir. Cet ailleurs, que j’épingle ici de façon triviale, engage tout le désir d’une jeune fille avançant sur son chemin de femme. Du coup la question du regard se dialectise. Si le père soutient du regard le devenir-femme de sa fille, il le laisse tomber au moment dit, il baisse les yeux ou détourne son regard, il la laisse s’éloigner, loin des yeux, mais près du cœur, révélant pour sa fille que lui aussi est vu de cet ailleurs. Il autorise ainsi que se libère le désir féminin pour d’autres objets : circulez, il n’y a rien à voir ! L’objet scopique, objet qui s’il existait dans le regard ferait jouir une fille et un père, chute et s’en trouve voilé. C’est sous ce « vois-le » qu’une fille passée à la position féminine pourra alors s’autoriser à une certaine mascarade, modes et travaux, pour soutenir d’un point de manque le désir d’un homme sans se laisser engluer par celui qui l’aurait définitivement à l’œil. Cet œil borgne - c’est ainsi que Claude Nougaro décrivait le pénis dans une de ces chansons - a définitivement fermé « les yeux ». « Déception initiale » certes, comme le souligne l’auteur dans sa conclusion, mais condition même pour que le désir trouve sa voie du lieu même de l’interdit. Le penisneid se fait la malle et dérive, telle « péniche n’aide », au gré des canaux vers d’autres cieux, d’autres yeux, qui jamais ne feront l’affaire. Les femmes le savent d’emblée, c’est ce que leur enseigne leur père : pour ce qui est de la jouissance, pas d’espoir. Faute de quoi une femme risque de passer beaucoup de temps à faire appel désespérément au père, comme dans l’hystérie, exigeant des hommes rencontrés qu’ils se logent en une place où jamais aucun ne sera à la hauteur. D’autres, castration en berne, en viennent à creuser dans leur corps propre ( anorexie , boulimie, drogues diverses et avariées) un trou pour évider un trop plein de jouissance.

Reste pour certaines à explorer cette autre jouissance, hors langage, voie mystique par excellence, où ont justement excellé certaines grandes béguines, mais aussi bien un écrivain comme Marguerite Duras. En rabattre sur la jouissance pour frayer les voies du désir est la seule issue à cet acte impossible et interdit entre père et fille. S’il n’y a pas de rapport sexuel, c’est bien de ce lieu d’origine où la plonge la filiation, qu’un sujet qui se range sous le signifiant « femme », en prend acte. C’est-à-dire s’assujettit au rapport qu’il n’y a pas. Didier Landru dans cet ouvrage offre l’avantage de s’appuyer sur ces histoires singulières de femmes qui viennent lui parler dans son cabinet d’analyste. Mêlant réflexion théorique et cas cliniques, l’approche s’en trouve facilitée. Demeure une question en ces temps obscurs, que l’auteur ne prend pas en compte : comment repenser la question à partir du moment où comme le signalait Lacan dans « Les complexes familiaux » dès 1933, on assiste à un déclin du père. Déclin du père, disons du fonctionnaire, mais pas de la fonction paternelle. Quelles formes épouse alors la fonction dans les familles décomposées, recomposées, Remercions l’auteur cependant d’avoir ouvert un chemin depuis longtemps laissé en friche dans la théorie et la pratique de la psychanalyse.

Joseph Rouzel, directeur de L’institut Européen Psychanalyse et Travail Social (Psychasoc) .http://www.psychasoc.com/ouvrage.php?ID=45

Présentation de l'éditeur

Une femme ne se construit pas en un jour. Pour chacune, il s'agit d'assumer pleinement sa féminité, que ce soit dans le domaine amoureux et sexuel, ou dans son désir d'être mère. Or le père est l'un des piliers de cette réussite. Pour la fille, il est l'indispensable soutien qui va l'aider tout au long de ce périlleux chemin qui l'attend dans son devenir femme. Pour le père, c'est l'expérience d'un amour unique en son genre. Ce lien si intense se déploie pour un être de l'autre sexe, mais avec l'impératif qu'il n'y aura jamais de sexualité entre eux. C'est même cet interdit qui présidera à la qualité du lien et à l'épanouissement du féminin. En s'appuyant sur de nombreuses histoires de femmes, écoutées dans son cabinet de psychanalyste, Didier Lauru éclaire un des arcanes de la féminité : une fille devient femme sous le regard de son père.

Biographie de l'auteur

Didier Lauru, psychanalyste, psychiatre, est l'auteur notamment de Folies d'amour (Calmann-Lévy, 2003) et La Folie adolescente (Denoël, 2004).
   
Powered by OrdaSoft!

Elsa Grangier, chroniqueuse aux Maternelles sur France 5, marraine de Maman Blues

NOUVEAU !
Nouvel ouvrage auquel Maman Blues a participé :

Soutenez Maman Blues

Pour rester informé des actions à mener, pour partager nos informations et nous soutenir, adhérez à l'association Maman Blues.

Désormais, vous pouvez régler votre adhésion en ligne et en toute sécurité avec Paypal.

Logo Paypal

Vous pouvez également nous soutenir en vous rendant sur notre profil HelloAsso (lié à MailForGood)

ha-logo

Logo du label 'Droit des usagers de la santé'Label de la Commission sur les Droits des Usagers accordé à notre plaquette d'information sur la difficulté maternelle

 

Regarder, rire, s'émouvoir... Acheter !

Nos partenaires

MagicMaman, partenaire de Maman Blues

 

Allo Parents Bébé, partenaire de Maman Blues

Design et mise en place par ikicrea.com, création de sites web Marne-la-Vallée, 77