Toute demande d'inscription doit être envoyée par mail à cette adresse : forum@maman-blues.fr, en précisant le pseudonyme sous lequel vous désirez être identifiée sur le forum (afin de protéger votre anonymat).
Bien à vous.

C'est l'histoire d'une petite fille...

Héra
Messages : 1381
Enregistré le : 30 oct. 2016, 11:05

Re: C'est l'histoire d'une petite fille...

Message par Héra » 17 mars 2019, 16:09

Hello Antonnela,

Pour répondre à ta question je considérais que cet exercice était très personnel et devait me permettre de définir ce que moi je voulais/pouvais j'avais donc décidé d'être honnête avec moi même de m'obliger a écrire ce que je pensais réellement possible pour moi (et non pas ce que je voulais faire parce-que je pensais que c’était bien). Au début j’avais du mal à être honnête et soit je biffait tout soit au contraire je laissais des choses que je ne me sentais pas capable de faire... puis à force de répéter l'exercice et de me dire tu dois être honnête envers toi même j'ai été plus juste et j'ai commencé à avancer. je ne et dis pas que cela a été confortable! Mais j'étais arrivée a un point ou j'avais fini par admettre que jamais je n’arriverais faire le kit complet de la maman que j'aurais voulu et je me trouvais dos au mur avec 2 options : tout abandonner et laisser mes enfants sans maman (au sens propre et/ou au sens figuré) ou faire le choix d'être une maman "étrange" mais une maman quand même et j'ai décidé d'aller dans cette direction. Au début ca donnait effectivement des trucs étranges style je jouait avec eux 20 minutes puis leur disait en fait la je peux plus suis trop fatiguée et hop disparition de maman, mais comme je les avait prévenu avant en fait je me suis rendu compte que ça ne les dérangeait pas...puis au fil de l'eau 'jai dépassé les 20 minutes sans m'en rendre compte et aujourd'hui je ne compte plus en revanche il m'arrive toujours de leur dire là les enfants je peux plus et ils me regardent en disant ah oui tu es fatiguée et je leur dit oui et m’éclipse et ça passe très bien. Évidemment ce n'est qu'un exemple et la solution que j'ai trouvé pour moi les tiennes seront sans doutes différentes ;-)
plein de courage pour trouver ton chemin qui sera unique car à toi et ta fille
Héra

gama67
Messages : 896
Enregistré le : 16 avr. 2017, 14:48

Re: C'est l'histoire d'une petite fille...

Message par gama67 » 19 mars 2019, 22:38

Ritalea,

J'ai lu, relu et rerelu avant de répondre.

Je pense que contrairement à ce que tu écris en disant que tu n'as jamais pu établir un lien de confiance à ta mère, tu lui as sans doute accordé toute ta confiance, une confiance aveugle d'une ritalea petite fille en recherche de repère, de reconnaissance. Et c'est quand tu as commencé à prendre conscience que malgré l'amour inconditionnel, la confiance, la loyauté que tu lui as accordées, ça n'a jamais semblé suffisant à ses yeux pour te donner sa reconnaissance.

Tu dis détester ta fille. Je pense que tu détestes l'image que tu te dois d'être aux yeux de ta fille via le regard de ta mère jugeant de ta maternité. Tu t'interdits l'imperfection de ta maternité tout en reconnaissant que la maternité parfaite de ta mère n'était que de la poudre aux yeux.

J'ai appris récemment en posant des questions à mon entourage que ma mère n'était pas maternante quand j'étais bébé puis enfant. Qu'elle a toujours eu un rapport à l'exigence de la perfection avec moi. J'ai appris qu'elle avait reproché que j'admette ma DM. Aujourd'hui elle me reproche de quitter mon confort matériel. Une partie de moi a besoin de son approbation comme durant toute ma vie, mais aujourd'hui je me bats contre ce formatage. Je ne veux pas de ce modèle éducatif pour mon fils. Je dirai à mon bébé patate je t'aime autant de fois que j'en aurai envie, je sauterai dans les flaques même si c'est pour être tous sales après, je ne lui mettrai jamais la pression pour son travail scolaire même si je resterai disponible pour l'accompagner dans son apprentissage. Je suis une mère imparfaite. Je ne suis pas à l'image de ma mère. J'apprends à me foutre du regard des autres. J'essaie de devenir celle que j'aurais dû être sans ce formatage. Je n'ai jamais été authentique, j'ai appris à rentrer dans des cases, à ne pas faire de vague, à ne pas déplaire.

Aujourd'hui, à 37 ans, je me dis que si je ne me jette pas à l'eau maintenant, j'aurai encore plus de regrets. Alors j'ai pris la décision de prendre le risque d'être moi. Jusqu'à présent j'ai répondu aux attentes d'une mère qui n'a jamais affiché ni son amour, ni sa reconnaissance. Alors qu'est-ce que j'ai à perdre à prendre le risque d'essayer d'être moi ?

Et toi, Ritalea, qu'as tu à perdre à oser tenter l'aventure de cette famille où tu te sens bien ?

Brouette de courage, pincée de bienveillance, tourbillon d'affirmation de soi et paillettes d'amitié

Héra
Messages : 1381
Enregistré le : 30 oct. 2016, 11:05

Re: C'est l'histoire d'une petite fille...

Message par Héra » 20 mars 2019, 06:53

Gamma c'est beau! Bravo pour ce recul tu as raison nous devons apprendre à être plus nous même !
Merci pour ce témoignage!!!
Plein de bonnes choses
Héra

lena
Messages : 155
Enregistré le : 15 déc. 2011, 11:55

Re: C'est l'histoire d'une petite fille...

Message par lena » 20 mars 2019, 13:35

Gama,

Mes larmes ont coulé en lisant ton message
Merci pour ton partage, ta bienveillance :coeur:

Lena

Avatar du membre
Polka
Messages : 893
Enregistré le : 18 févr. 2018, 17:12

Re: C'est l'histoire d'une petite fille...

Message par Polka » 20 mars 2019, 15:00

Une partie de moi a besoin de son approbation comme durant toute ma vie, mais aujourd'hui je me bats contre ce formatage. Je ne veux pas de ce modèle éducatif pour mon fils. Je dirai à mon bébé patate je t'aime autant de fois que j'en aurai envie, je sauterai dans les flaques même si c'est pour être tous sales après, je ne lui mettrai jamais la pression pour son travail scolaire même si je resterai disponible pour l'accompagner dans son apprentissage. Je suis une mère imparfaite. Je ne suis pas à l'image de ma mère. J'apprends à me foutre du regard des autres. J'essaie de devenir celle que j'aurais dû être sans ce formatage. Je n'ai jamais été authentique, j'ai appris à rentrer dans des cases, à ne pas faire de vague, à ne pas déplaire.
Tellement vrai !
Comme on doit être nombreuses à se reconnaître dans ce que tu dis !
Soyons nous-même, enfin :)
"Si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde..."
Antoine de St Exupéry - Le Petit Prince

anouk12
Messages : 1143
Enregistré le : 25 avr. 2012, 12:43

Re: C'est l'histoire d'une petite fille...

Message par anouk12 » 20 mars 2019, 15:25

Vos derniers échanges sont tout à fait intéressant !!!
Mais tellement dur à mettre en oeuvre. Pour ma part, j'ai l'impression que ça fait des années que j'ai compris des choses, mais les blocages sont encore là et donc difficile de changer!!! J'admire celle qui y arrive...

anouk12
Messages : 1143
Enregistré le : 25 avr. 2012, 12:43

Re: C'est l'histoire d'une petite fille...

Message par anouk12 » 20 mars 2019, 15:29

gama67 a écrit :
19 mars 2019, 22:38


Aujourd'hui, à 37 ans, je me dis que si je ne me jette pas à l'eau maintenant, j'aurai encore plus de regrets. Alors j'ai pris la décision de prendre le risque d'être moi. Jusqu'à présent j'ai répondu aux attentes d'une mère qui n'a jamais affiché ni son amour, ni sa reconnaissance. Alors qu'est-ce que j'ai à perdre à prendre le risque d'essayer d'être moi ?
Concrètement comment tu fais? Tu ne fais pas face à des résistances?
Je crois parfois que je suis tellement formatée ou que mon manque de confiance en moi est tellement fort que je ne sais pas "qui je suis". Donc même si je voulais changer, je ne sais pas vers quelle direction...

gama67
Messages : 896
Enregistré le : 16 avr. 2017, 14:48

Re: C'est l'histoire d'une petite fille...

Message par gama67 » 20 mars 2019, 15:47

Je suis beaucoup plus à l'écoute de mes émotions et quand je me sens en désaccord, en colère ou blessée, je ne fais plus comme si de rien était. Si j'y arrive, je réagis dans l'immédiateté. Sinon je prends du recul et je n'hésite plus à dire ce que je ressens aux gens qui comptent pour moi. Je ne veux plus vivre avec des regrets.

anouk12
Messages : 1143
Enregistré le : 25 avr. 2012, 12:43

Re: C'est l'histoire d'une petite fille...

Message par anouk12 » 20 mars 2019, 16:53

gama67 a écrit :
20 mars 2019, 15:47
Je suis beaucoup plus à l'écoute de mes émotions et quand je me sens en désaccord, en colère ou blessée, je ne fais plus comme si de rien était. Si j'y arrive, je réagis dans l'immédiateté. Sinon je prends du recul et je n'hésite plus à dire ce que je ressens aux gens qui comptent pour moi. Je ne veux plus vivre avec des regrets.
Bravo pour ce recul!!!!
Moi jy arrive pas souvent car je suis encore trop souvent débordée par mes émotions ou des angoisses trop fortes que du coup je ne comprends pas tjs le message!!!

Avatar du membre
Santonella
Messages : 135
Enregistré le : 22 juil. 2013, 13:02

Re: C'est l'histoire d'une petite fille...

Message par Santonella » 25 nov. 2019, 11:58

Bonjour à toutes,

9 ans, voilà déjà 9 ans que je sombrais dans une souffrance jamais connue jusqu'alors. Une souffrance contre laquelle je me suis débattue pendant plusieurs années et finalement une souffrance que j'ai finie par accepter. C'est alors que malgré les angoisses, j'ai appris progressivement à lâcher-prise.

Comme un cerf-volant retenu à la terre par des fils invisibles, je les ai lâché un par un pour finir par m'envoler. C'était effrayant, il m'arrive encore d'avoir peur mais malgré les vents, les tempêtes, comme un oiseau je parviens à rétablir le cap. Je me pose quand cela est nécessaire et je m'envole à nouveau. A force d'expériences positives, je me suis fait confiance, en tant que femme puis en tant que mère.

J'ai cru longtemps que j'allais me noyer dans la folie. Qu’allait-il m'arriver si je lâchais? Qu'allais-je devenir? Et puis, est-ce que cela allait être pire? J'avais déjà vécu l'enfer et j'étais pourtant là bien en vie. Espoir...

Cette expérience m'a transformée. Je m'écoute, je sais ce dont je suis capable, je connais mes limites. J'écoute mon cœur de petite fille, de maman et de femme. Je dis les choses, je laisse sortir mes émotions quelles qu'elles soient.

Je consulte une psychologue tous les mois, je pratique la relaxation chaque semaine. Je le fais parce que j'en ai besoin, je ne le fais pas parce qu'il le faut.

Je me sens autant mère que ma propre mère. Je vaux autant qu'elle. Nous sommes côte à côte. Je l'aime.

J'ai pardonné à mes parents leurs erreurs. Ils m'ont aimé maladroitement mais ils m'ont aimé. Je les aime aussi.

Je continue mon chemin de maman. Je ne suis pas une mère toute puissante. Je ne suis pas un super-héros. Je pleure et je ris avec mon fils. J'explique pourquoi quand c'est nécessaire. Je montre mes fragilités, je l'autorise ainsi à en avoir.

Pourtant la petite fille en moi est à nouveau triste. Son Papa va bientôt s'endormir pour toujours. La différence aujourd'hui, c'est qu'elle sait qu'elle n'est pas seule. Cette fois elle ne luttera pas contre la tristesse. Elle sait qu'elle a été une bonne petite fille et Mon coeur de femme et de maman sera là pour la consoler :coeur:

Rien n'est figé, à chacun son rythme, votre esprit grandit, malgré vous parfois mais il grandit.

Courage et pensées à toutes les mamans perdues :coeur: :coeur:
Enfin libre d'être mère.

Répondre