Toute demande d'inscription doit être envoyée par mail à cette adresse : forum@maman-blues.fr, en précisant le pseudonyme sous lequel vous désirez être identifiée sur le forum (afin de protéger votre anonymat).
Bien à vous.

Environ deux ans plus tard

Répondre
Petit Feu
Messages : 235
Enregistré le : 10 juil. 2016, 15:15
Localisation : 14 - Calvados

Environ deux ans plus tard

Message par Petit Feu » 24 nov. 2018, 23:50

Environ deux ans plus tard...
Je réalise, que ma difficulté maternelle vient de ma mère, et non plus de moi mère...

Je me suis inscrite et vous ai écris ici quelques mois après la naissance de mon fils, qui aura 3 ans en février.
Relever la tête m’aura pris un peu plus d’un an.
Je viens de relire ma présentation. (https://www.maman-blues.fr/forum/viewto ... f=7&t=4044) C’est fou, il y a des choses que j’avais oublié, déjà !

Bref, ça fait un moment que j’avais envie de revenir témoigner ici.

J’ai plongé après la naissance de mon fils. Je me suis accrochée à toutes les pistes que je sentais, qui m’appelaient. J’ai creusé, cherché, farfouillé, insisté, j’ai tourné en boucle sur certains trucs, le temps de trouver LA réponse.
Mon fils m’a guidé. En plus de réchauffer mon coeur, (son prénom signifie « petit feu » , évidemment !) sa façon d’être au monde m’a amené à me questionner sur ses fonctionnements. Dans lesquels j’ai reconnu les miens.
Un an et deux mois après sa naissance, je recevais confirmation par une psychiatre : je suis autiste.
Tout s’éclairait, enfin. Tout à pris sens, ou presque. J’ai retrouvé un équilibre grâce à cette clé . Je ne pouvais pas me sentir bien, en appliquant certains conseils : mon fonctionnement n’est pas le même que celui de la plupart des personnes qui m’entourent. Par exemple, je ne peux pas me recharger en sortant, en allant voir du monde... c’est même tout l’inverse ! Je rentrais donc chez moi épuisée, et les jours qui suivaient étaient encore plus cauchemardesques.
Il m’a fallu découvrir cela sur moi, pour enfin, trouver mes outils, mon rythme, découvrir et respecter mes besoins propres.

Quelques mois plus tard... J’annonçais à mon mari que j’étais partante pour accueillir notre deuxième enfant.
Je suis tombée enceinte au 2è cycle d’essai. (contre presque 5 ans pour notre ainé )
J’ai rapidement ressenti des bouffées de panique. Mon ainé n’était pas bien grand, et très très très demandeur. (enfant intense)
Mais avoir connaissance de mon autisme m’a permis de baliser mon périmètre. Je me suis préparée complètement différemment (seule, ou presque) , j’ai refusé d’avoir un suivi de dingue si tout allait bien (très peu d’examens -3 échos et refus de tout toucher vaginal-, analyses miniminiminimum –toxo et recherche de RAI - ) , j’ai reçu des soins en kinesiologie pour lever ma phobie de la médicalisation (je le recommande !!) .
Je me suis préparée à un accouchement le plus physio possible , j’ai préparé mon fils également. Pour finalement accoucher par césarienne ! :D
Hahahahahahahaha !

Je vous zappe les détails.
Ce qui est à retenir, c’est qu’à ma grande surprise, j’ai bien vécu cet accouchement ! J’étais pleine de joie jusqu’à la chute d’hormones, pas du tout déconnectée du réel, complètement dans l’instant présent. Maman d’une petite fille  (3 mois ½ maintenant).
J’ai pleuré peut-être un peu plus que le commun des mortels pendant plusieurs semaines, mais je ne suis pas retournée visiter les enfers. (j’avais vraiment vraiment bien balisé mon terrain, je crois que c’est ce qui a été déterminant)

Mais comme on n’est jamais seule, finalement, dans cette histoire de donner la vie, eh oui... eh bien, j’ai attendu , tranquillement, que tout ce qui devait se rejouer se rejoue. Ben oui.
Je le savais bien hein, que la famille allait me faire un post partum en parallèle du mien.

Bref, me revoilà aujourd’hui avec une deuxième clé. (deuxième enfant, deuxième clé ! :D)
J’ai découvert cette semaine que ma mère est une perverse narcissique.
(tada !)
Trop cool hein ??
... Non, bien évidemment, pas trop cool.
Remarquez, je fais preuve d’un humour qui ne me lâche jamais dans les moments dramatiques. Heureusement, d’ailleurs. Ma vie est donc pleine d’humour .

Aujourd’hui, je sais donc que j’ai grandi pendant plus de 8 ans seule (avant la naissance de ma soeur), moi, petite fille autiste, avec un père alcoolodépendant, maltraitant avec ma mère ET avec une mère à tendance dépressive et perverse narcissique.
Toutes mes difficultés ont été expliquées très longtemps par le fait que mon père était malade. Tout était de sa faute. Une fois adulte, j’ai découvert que mon grand pere était incestueux (secret de famille encore gardé sous clefs, je ne sais pas vraiment pourquoi, le grand père est mort...) , et ayant moi-même des flashbacks pas cool, je me disais que ça s’ajoutait au dossier « papalcoolique ».
Je n’ai que peu de souvenirs d’enfance. Mais après le divorce de mes parents, et à partir du moment où j’ai rencontré ma meilleure amie, ma mère a fait de ma vie un enfer. La relecture de ma vie est encore en cours. Mais rien que de relire mes écrits ici d’il y a deux ans, je comprends mieux certaines choses.
Le masque de ma mère tombe, après tout ce temps et toutes ces accusations. « c’est pas moi, c’est les autres ». Bon sang...

Alors voilà, je reviens faire un petit tour parmi vous. J’avais besoin de déposer ça là, parce que je réalise que si j’ai mis autant de temps à devenir mère... eh bien c’est parce que je me faisais constamment torpiller par la mienne. En « douce », en fourbe, en cachette, dans mon dos, mais pas que.
Elle me hait. Mais du coup, c’est plutôt pas mal, puisque maintenant, moi aussi. 1 partout.

Bref.
Pour le moment, elle est absente, elle est loin. Donc prendre de la distance n’est pas si compliqué.
Mais je ne sais pas trop comment envisager la suite.
Ne plus jamais lui confier mes enfants, c’est sur.
Mais le reste... Je me sens quand même dans un état de vulnérabilité, même si je suis maintenant consciente de son fonctionnement.

Des conseils ? idées ? témoignages ?

J’ai déjà revu mon médecin, je deviens une pro du balisage de terrain. Mais en fait, je vais plutôt bien, j’ai l’impression de retrouver la vue après avoir eu les yeux bandés pendant 33 ans. Je suis juste un peu hésitante sur le positionnement à adopter pour la suite.
Je suis en difficulté maternelle. Mais ma difficulté ne vient pas d’être mère, mais d’en avoir une... (ou pas, vu le tableau...)

guérir
Messages : 4884
Enregistré le : 04 févr. 2010, 19:29

Re: Environ deux ans plus tard

Message par guérir » 25 nov. 2018, 15:56

Oh ! Petit Feu ! Merci pour ce retour.
C'est fou l'attachement qu'on peut avoir à ce forum, aux mamans de cette association.
On revient ici sans crainte. On sait qu'on trouvera de quoi se restaurer. :coeur:

guérir
Messages : 4884
Enregistré le : 04 févr. 2010, 19:29

Re: Environ deux ans plus tard

Message par guérir » 25 nov. 2018, 16:00

Tu as fait un tel chemin vers du SENS. C'est avec beaucoup de douceur envers ton histoire que tu vas devoir cheminer. Se connaître soi-même, c'est aussi avoir certaines clés de compréhension. Tu as entre tes mains désormais des choses précieuses qui vont t'apaiser. :coeur:
J'ai moi-même fait ce chemin. Je suis passée par une haine féroce et violente envers mes parents. Il a fallu déposer quelque part ces sentiments terribles à porter. Aujourd'hui, j'ai laissé mes parents à leur place, celle où ils ont décidé d'être.
As-tu un espace de parole régulier auprès d'un professionnel pour exprimer tes doutes, peurs, craintes ?

hirondelle
Messages : 6122
Enregistré le : 05 févr. 2014, 23:55

Re: Environ deux ans plus tard

Message par hirondelle » 25 nov. 2018, 18:23

Merci Petitfeu pour ce retour.
Quel riche parcours!
Bien sûr la toxicité des mères est souvent citée ici... un deuil à faire pour toi....
en tout cas tu es sur le bon chemin... sur ton chemin...
parfois on est bien surpris de la tournure que prennent les choses mais mieux vaut se tenir à distance de cette toxicité...
Elle aussi fera son chemin...
Sache qu'ici tu es toujours la bienvenue et nous sommes ravie d'avoir de tes nouvelles :coeur: :super:
Merci pour se témoignage :amen:
Toutes ces pierres sur lesquelles on se hisse … Et qui font de nous un édifice
On a tous au fond du mental ...Toutes ces choses fondamentales
Qui nous poussent et qui nous font pousser
Cachées là au fond du mental ...Ce sont les choses fondamentales

Répondre