Toute demande d'inscription doit être envoyée par mail à cette adresse : forum@maman-blues.fr, en précisant le pseudonyme sous lequel vous désirez être identifiée sur le forum (afin de protéger votre anonymat).
Bien à vous.

Besoin d'aide, je me sens perdue

Difficulté paternelle, la vie à deux, à trois et la famille ...quand la difficulté maternelle surgit.
Répondre
AnneVV
Messages : 3
Enregistré le : 24 juin 2018, 13:38

Besoin d'aide, je me sens perdue

Message par AnneVV » 25 juin 2018, 12:19

La semaine dernière j’ai pris rendez-vous avec mon médecin traitant. Le premier pas est fait. Ce premier pas, j’ai hésité de longues semaines à le faire. Je ne savais pas trop vers qui me tourner d’abord, et puis je n’osais pas … la culpabilité est terrible, comme j’ai pu le lire dans de nombreux commentaires sur votre forum (que je remercie milles fois d’exister ! cela fait tellement de bien de savoir qu’on est pas seule à ressentir ce qu’on ressent …)
Car je n’ai parlé à personne de mes difficultés, et aujourd’hui je me rends compte que je perds vraiment pied et j’ai peur d’abimer mon petit garçon qui lui n’a rien demandé …

J’ai accouché en février d’un petit bonhomme magnifique. Belle grossesse, malgré un suivi un peu plus poussé car j’ai une maladie chronique et un traitement que j’ai dû continuer en étant enceinte. J’ai aimé être enceinte, moi qui a toujours eu un problème avec mon image et mon poids, j’étais heureuse de me voir grossir, j’étais épanouie. Ma famille m’a pourtant beaucoup stressé sur tout le côté médical, mes parents ma mère surtout est très très anxieuse (je sais de qui je tiens !), et il a certains examens médicaux que j’ai dû faire (écho en plus etc) que je leur ai caché pour ne pas les inquiéter – et pour ne pas qu’ils me stressent non plus !
Pourtant, moi, je me sentais relativement zen paradoxalement. Pas peur de l’accouchement en lui-même, d’ailleurs j’ai accouché par voie basse et tout s’est bien déroulé, pas d’instrument et même pas d’épisio ! Par contre, je voulais allaiter et ça ne s’est pas bien passé : de grosses crevasses, un bébé glouton qui passait ses journées au sein, des conseils contradictoires du personnel médical … rentrée à la maison j’ai décidé d’arrêter, je me suis sentie « envahie » par ce bébé en quelque sorte, comme s’il m’en demandait trop. Lui donner le biberon et déléguer à mon mari a été un vrai soulagement pour moi …

Retour à la maison. Mon fils pleurait beaucoup, on m’a dit « ce sont les coliques » alors j’ai patienté … réveils toutes les 2 heures pour manger. « Votre bébé est un glouton ». Mon mari était peu venu me voir à la maternité à cause de son nouveau travail (c’est limite s’il a pu m’accompagner accoucher ! on lui a reproché après d’avoir manqué un jour !) et j’étais très seule pendant mon séjour, j’ai pleuré plusieurs fois. Mais bon, c’était le baby blues … Pendant le 1er mois de notre fils mon mari embauchait à 5h donc c’est moi qui gérais les nuits et les journées (car une fois rentré à 15h il allait se coucher), donc j’étais encore seule. Avec un bébé qui pleure beaucoup et ne dors que dans les bras … fin février j’ai craqué, fatigue, manque de sommeil … mon mari m’a trouvé une nuit à faire la vaisselle, en pleurs, bébé qui pleurait aussi dans sa chambre … je n’y arrivait plus. Il n’a pas été travailler ce jour-là (a quitté ce job horrible depuis), et m’a dit « va te coucher je m’occupe du bébé … » J’ai dormi 6 heures avec des boules quies …
Je ne sais pas exactement quand ça a commencé à vaciller vraiment … A 2 mois j’ai tenté de « régler » un peu plus mon petit bonhomme, nous avons trouvé une assistante maternelle vraiment bien mais qui nous a dit « il ne faut pas qu’il s’habitue trop aux bras, car moi je ne pourrais pas le prendre à bras toute la journée » ce que je comprends, elle en garde 4 en tout + « les enfants font tous la sieste à 13h ». Alors j’ai tenté de le coucher après le biberon de midi. Pleurs, pleurs. Pleurs le matin, toujours impossible d’aller me laver 5 minutes, de déjeuner correctement. Je crois que c’est là que j’ai commencé à faire des crises d’angoisse … Bébé ne dors que dans les bras ou si j’arrive à le poser, il se réveil au bout de 10 minutes. Je sors en poussette, je déambule comme un zombie dans les rues. Dans la poussette il s’endort, mais moi pas de repos. Heureusement, il commence à dormir 5 heures d’affilées la nuit vers 2 mois et demi. Je reprends espoir et j’espère des jours meilleurs … mais les journées sont de plus en plus horribles. Je le porte beaucoup, il ne supporte pas l’écharpe, ni le porte bébé, je le berce en marchant. Il pleure toujours autant voire plus. Bientôt il ne finit plus ses biberons, il hurle en mangeant. Cela dure 2 jours. Mon mari rentre un soir et me trouve comme un zombie, je ne sais plus quoi faire : on file aux urgences ou un médecin expéditif nous dis que notre bébé a des coliques et qu’il n’y a rien à faire … je suggère que c’est peut-être du reflux. Ça ne lui plait pas trop mais il prescrit quand même du gaviscon… ça s’améliore quand même, bébé remange bien, mais les journées sont interminables pour moi car il pleure beaucoup et ne dort presque pas. Je m’inquiète pour le début de sa garde chez la nounou, mais l’adaptation se passe bien. Je la préviens qu’il a toujours des coliques, elle me dit « ne vous inquiétez pas j’ai connu ça avec mon fils… ».
A côté de ça, je vois mon médecin tous les mois pour mon bébé. « Votre bébé est parfait » - « Oui mais c’est normal qu’il pleure toujours autant à 3 mois ? » - « Il a des coliques, ça va finir par passer … »

Premier jour de travail, je suis vraiment contente de retrouver une petite vie sociale et mes collègues ! Mais quand je rentre à la maison ce soir-là c’est la dégringolade. Mon mari me dit que ça s’est très mal passé chez la nounou, qu’il a hurlé non-stop toute la journée, il a eu des gaz affreux… la nounou a une tête de zombie, avec mon mari on est très gênés pour elle. Je sens qu’elle va mettre fin au contrat, je me vois déjà obligé de quitter mon travail car mon fils est « impossible » … pour la 1ère fois, je crois, je pense « mon bébé me gâche la vie ». Je pleure le soir, je ne dors presque pas, je pleure le matin, j’en ai perdu l’appétit. Je demande de l’aide à ma sage-femme qui me donne le numéro d’un pédiatre qui prend les urgences, j’ai RDV 2 jours après : pour lui, allergie aux PLV donc lait sans lactose, suspicion de RGO et traitement de choc contre le reflux (j’avais donc raison !). Encore une fois, les choses semblent s’arranger, je reprends espoir !
Et effectivement ça va mieux. Moins de coliques, et bébé qui commence à faire « un peu » la sieste. Mais entre ces courtes siestes … il pleure. Dans son transat, au bout de 5 minutes, il pleure. Dans le parc, il pleure. Sur le tapis d’éveil, il pleure. Parfois même en poussette, il pleure. Parfois je me surprends à regarder des bébés dans la rue dans leur poussette ou les bras de leur maman, ils ont l’air si calmes, le mien à l’air en colère tout le temps – déchainé – « il fait des colères », on me dit aussi … Il est réveillé tous les jours à 6h (c’est moi qui m’en occupe car mon mari ne commence le travail qu’à 10h, donc je me lève à 5h pour me préparer avant …) y compris le weekend. C’est moi aussi qui me lève le weekend… je n’ose pas demander à mon mari de prendre le relais car il travaille un samedi sur 2 alors quand c’est repos, et bien il veut dormir… Parfois mon mari me dit « je vais courir une heure je reviens ». J’ai envie de lui répondre que moi, je ne fais rien, à part bébé ménage repassage … mais je n’ose pas car il m’aide quand même beaucoup, il est très gentil, a à cœur de s’occuper du bébé, change les couches, et tient à donner le biberon du soir. Mais je me sens de plus en plus seule quand même, et je culpabilise … J’ai eu 2 RDV avec ma sage-femme pour la rééducation du périnée le soir après mon travail, et 2 fois j’ai dû annuler au dernier moment. Mon mari m’a appelé en panique « le bébé hurle je n’arrive pas à le calmer, j’ai peur, il faut que tu rentres ! ». Je ne peux pas prendre 30 minutes pour moi sans qu’il m’appelle … mon bébé, mon fardeau … je me sens horrible de penser ça, car je l’aime de tout mon cœur ce bébé, mais je n’y arrive plus …
Mon mari stresse beaucoup (il est hypocondriaque) et passe son temps à me demander « mais qu’est-ce qu’il a ?! ». Je réponds de plus en plus « je ne sais pas » - c’est devenu mon mantra ces derniers temps – je ne sais plus, je n’arrive plus à écouter mon bébé. Il pleure beaucoup, toujours, et je n’ai qu’une envie, c’est qu’il arrête de pleurer …

J’ai repris le travail à 80% depuis 1 mois, je voulais m’occuper de mon bébé le mercredi. Mais cette journée est devenue mon cauchemar, cela m’angoisse énormément dès le mardi soir, je me demande comment va se passer la journée …

Mercredi dernier je me suis réveillée toute endolorie, comme si on m’avait rouée de coups de pieds, épuisée. Je ne voulais pas me lever. Bébé levé à 6 h et qui ne veut pas redormir de la matinée, je le laisse un peu pleurer dans son lit pour aller me doucher. Puis un tour de poussette, je passe près de la Seine et je me vois en train d’entrer dans l’eau avec la poussette, mais l’image de mon bébé qui se noie m’est intolérable et j’ai envie d’en finir moi, j’ai honte de penser des trucs pareils … bébé ne s’endort pas en poussette non plus, biberon, puis tentative de sieste. 40 minutes de calme, avant qu’il n’hurle à nouveau. Je suis fatiguée, je ne supporte plus ces pleurs, je le laisse dans son lit hurler … au moins 30 minutes. Je pleure moi aussi car je m’en veux mais je ne suis pas capable aujourd’hui …
Je lui cri dessus dans son petit lit : « mais tait-toi ! » - « arrête » ! il a l’air terrorisé et pleure de plus belle…
Je ne suis plus capable ? je ne m’en sens pas la force en tout cas …

Ce qui m’a fait beaucoup de mal ces dernières semaines, c’est que nous avons beaucoup vu de famille et d’amis, et tous leurs « conseils » et remarques … et bien je crois que ça m’a enfoncé encore plus. Cela me stresse de devoir sortir avec bébé car il pleure énormément et dort peu, donc en général pour ne pas « emmerder le monde » et bien je le garde à bras et ça va à peu près mais alors bonjour les commentaires : « si tu l’as tout le temps dans les bras en même temps c’est normal qu’il soit capricieux » etc. « dis-donc il pleure beaucoup quand même ! » « Il a peut-être un sale caractère c’est tout » lolilol – « oh tu sais ma fille a hurlé pendant 1 ans, alors, ne t’inquiète pas ça va passer ! » - « est-ce qu’il a été gentil aujourd’hui ? » « Dis-donc il fronce les sourcils, il n’a pas l’air facile ». En fait, j’ai constamment l’impression d’être jugée et observée, comme si les gens cherchaient « la petite bête ». On dirait que les gens sont surpris qu’un bébé pleure ! Ba oui ça pleure, vous avez eu des enfants aussi non ? On ne dirait pas parfois … A un déjeuner chez des amis, il pleurait tellement que j’ai demandé à la coucher dans sa nacelle, dans la chambre d’amis au calme. Notre amie m’a montré la chambre puis m’a dit : « il y a un lit si tu veux t’allonger avec lui un petit peu » puis elle est partie … je me suis sentie exclue. C’est ton bébé qui hurle, alors reste là avec lui, nous on va prendre l’apéro… il a mis 1h à se calmer, moi j’ai pleuré dans les toilettes à côté, quand je suis redescendue le repas était fini et je n’avais presque rien mangé. Mon mari m’a dit après « ils ont demandé si je pensais que tu allais te resservir mais j’ai dit non … » ça m’a tué. Ce sont peut-être des détails pour vous, mais il y a des dizaines de petites choses comme ça … j’ai mon bébé, à moi de l’assumer, point barre. Comme un boulet au pied …
Du coup j’ai honte de mon fils. En fait j’ai honte de moi, car je m’en sens tellement responsable … comme si dans le regard de gens je devais savoir le calmer, je dois être capable, s’il pleure tout le temps c’est de ma faute, j’en suis « responsable » ! Mais je n’ai pas le mode d’emploi …

Depuis ce mercredi je me rends compte que je n’arrive plus à prendre de décision. Je ne sais pas comment commencer la diversification, mon mari me dit « il a l’air encombré, tu crois qu’il a un rhume ? » - « je ne sais pas… » ; En fait j’ai envie de répondre : je m’en fous. Pas que de mon fils d’ailleurs, de tout. Je n’ai plus d’appétit. Je mange le midi car j’ai quand même peur de faire un malaise au travail (j’ai 3h de transport par jour), mais j’ai une boule dans la gorge constamment. Je n’ai pas envie de regarder une série le weekend, alors que mon mari aimerait bien qu’on ait quelques loisirs regarder un film etc. Je me rends compte que je n’écoute plus de musique, je ne lis plus rien moi qui adorait les livres. Je n’ai plus de libido non plus, je sais que ça pèse à mon mari car il m’a avoué avoir chercher de l’aide sur internet, sur des forums, pour savoir si c’était normal la baisse de désir après une naissance …
Je voudrais qu’on me laisse tranquille, ne plus avoir ce poids à gérer qu’est mon bébé et que j’ai le sentiment de porter seule … j’ai envie de partir…
Ma mère a refusé hier de me le garder une semaine au mois d’aout (je n’aurais pas de nounou), car « il pleure trop ça me fait peur … »

Moi, c’est moi-même qui me fait peur. Je regarde mon bébé dans son parc parfois, et j’ai l’impression qu’il va se mettre à hurler… je ne me sens plus physiquement capable de le prendre dans me bras, de m’en occuper, de le nourrir … je me sens épuisée, vidée, un néant… et je m’en veux terriblement.
Désolée du pavé mais je n’ai personne à qui parler.

Mon médecin m’a prescrit un antidépresseur et conseillé de faire une activité hors de la maison, de prendre un « temps pour moi ». Mais je n’ai pas supporté le médicament, grosses nausées, j’ai cru crever honnêtement, 2 jours sans arriver à m’occuper de mon fils, 2 jours sans pouvoir manger …
J’y retourne aujourd’hui, mais je pense qu’il va juste me changer mon traitement et puis c’est tout … je ne sais pas vers qui me tourner, je sens que j’ai besoin d’aide pourtant

Polka
Messages : 612
Enregistré le : 18 févr. 2018, 17:12

Re: Besoin d'aide, je me sens perdue

Message par Polka » 25 juin 2018, 14:08

Tu n'as pas à t'en vouloir. Tu es à bout, et c'est humain vu ce que tu dois vivre. Nous sommes nombreuses à nous sentir envahies par nos enfants... Les premiers mois sont les plus durs, et on peut vite sombrer quand on ne supporte plus cette vie faite d'abnégation perpétuelle. Tu fais déjà preuve d'énormément de courage. Consultes-Tu un psychiatre ? Ça peut être d'une grande aide pour trouver le traitement qui t'aidera le plus.
Courage !

AnneVV
Messages : 3
Enregistré le : 24 juin 2018, 13:38

Re: Besoin d'aide, je me sens perdue

Message par AnneVV » 25 juin 2018, 15:41

Bonjour Polka et merci pour ta réponse.
Non, je n'ai pas de suivi psy mais j'ai pensé à commencer une psychothérapie, je ne sais pas trop par où commencer mes recherches cependant.
Mon médecin traitant m'avait mis la semaine dernière sous D...xa (je ne sais pas trop si je eux citer de nom de médicament ici), mais je n'ai pas du tout supporté beaucoup d'effets secondaires, j'étais vraiment mal physiquement alors j'ai arrêté. Il m'a prescrit un autre médicament, je vais commencer, je verrais bien ...
Ce matin j'ai eu de grosses crises de larmes incontrôlées au réveil (mon bébé est chez sa nounou car je suis en arrêt maladie), des pensées bien noires : je ne sers à rien - mon bébé est mieux chez sa nounou elle s'en occupe mieux que moi - mon bébé ne m'aime pas, il ne me sourit pas - si je n'étais plus là ça serait pareil ...

Polka
Messages : 612
Enregistré le : 18 févr. 2018, 17:12

Re: Besoin d'aide, je me sens perdue

Message par Polka » 25 juin 2018, 15:57

Je comprends totalement ton mal-être. Tu as tellement dépassé tes limites que tu as l'impression d'avoir perdu le sens de tout ça. C'est bien que tu entames un suivi psychologique, ça va t'aider. Pour les médicaments il en faut parfois plusieurs avant de trouver le bon, ne désespère pas.
Tu as l'air très soucieuse du bien être de ton enfant, et tu t'en occupe très bien. Tu es juste à bout. Tu es humaine. Il n'est pas mieux chez sa nourrice. Il y est bien et toi ça te permet de souffler. Je sais que c'est dur de s'autoriser de souffler (moi même je ne sais plus m'occuper en l'absence de ma fille), mais ce genre de coupure est nécessaire je crois.
Si tu as un arrêt de travail c'est que tu en as besoin...

hirondelle
Messages : 5362
Enregistré le : 05 févr. 2014, 23:55

Re: Besoin d'aide, je me sens perdue

Message par hirondelle » 25 juin 2018, 21:38

bonsoir Anne,
bienvenue sur le forum. Ici, tu peux venir déverser ton trop plein sans crainte d'y être jugée car nous connaissons trop bien ce mal être.
Pour t'adapter à ton AD, il faut environ 3 semaines. Parfois il y a un effet rebond des symptômes au début, c'est bien connu.... Au fur et à mesure, ces effets secondaires diminues et parfois il faut un autre médoc pour les diminuer, le temps de s'adapter. Ton médecin va t'aider à tenir.
Il est important d'associer une thérapie à la médication car le problème de fond ne serait pas traité et gros risque de rechute à l'arrêt.
Ton bébé t'aime et il ne pourrait pas avoir une meilleure maman. A ses yeux, tu es irremplaçable.
Il est bien normal de se faire aider quand on est dans ton état... normal que bébé aille chez la nounou. Cet arrêt est un temps pour toi, pour te ressourcer pour mieux rebondir.... Essaie de faire des choses qui te font plaisir( piscine, shopping, ciné....). Mieux vaut passer peu de temps avec bébé tous les jours mais de bonne qualité, que de passer des journées entières médiocres.
Au plaisir de te relire :hello:

AnneVV
Messages : 3
Enregistré le : 24 juin 2018, 13:38

Re: Besoin d'aide, je me sens perdue

Message par AnneVV » 26 juin 2018, 16:14

Merci pour vos réponse, je pense appeler dans un premier temps la PMI de ma ville pour savoir s'il serait possible de parler avec un psychologue chez eux ...

Mélisse
Messages : 71
Enregistré le : 27 sept. 2015, 14:43

Re: Besoin d'aide, je me sens perdue

Message par Mélisse » 26 juin 2018, 17:03

Bonjour Anne,

Très bonne idée de contacter la PMI, commencer par eux, c'est aussi ce que j'avais fait. Normalement ils ont en effet moyen de te donner un rdv avec la psychologue. Mais aussi ils ont souvent des contacts de personnes connaissant bien la périnatalité : psychiatres, psychologues à l'extérieur pour une thérapie, consultations en unité parents-bébé...car tout le monde n'est pas spécialiste en ce domaine. Tu dis avoir 3h de transports par jour et te balader au bord de la Seine. Peut-être es-tu en région parisienne ? Je suis de mon côté sur Paris et j'ai trouvé qu'il y a plein d'aide au niveau de la petite enfance : j'ai pu consulter en unité parents-bébé (thérapie parents et bébé), trouver de bons professionnels...toujours grâce à la PMI alors n'hésite pas.

Tu as un bébé qui pleure beaucoup, tu sembles épuisée...normal dans ce contexte de ne plus avoir envie de rien. Le repos c'est la base. C'est ce sur quoi la pédopsychiatre de l'unité mère-bébé (encore autre chose là c'est l'hospitalisation conjointe mère-enfant car de mon côté j'avais besoin de ça) qui m'avait rappelé ce fondamental alors oui, mets ton enfant chez la nounou. Quelques heures par jour avec lui c'est déjà très bien. Tu verras ensuite. Si tu as moyen de le mettre le mercredi aussi pour le moment le temps de récupérer un peu, n'hésite pas. Le repos ne règle pas tout mais c'est une base pour le quotidien. Es-tu en arrêt maladie pour longtemps ?

Bon courage

hirondelle
Messages : 5362
Enregistré le : 05 févr. 2014, 23:55

Re: Besoin d'aide, je me sens perdue

Message par hirondelle » 26 juin 2018, 23:00

AnneVV a écrit : nous avons beaucoup vu de famille et d’amis, et tous leurs « conseils » et remarques … et bien je crois que ça m’a enfoncé encore plus.
Tu peux tout écouter mais tu dois trier tout ce pêle mêle...
Ce qui est bon pour d'autres n'est pas forcément bon pour toi ni pour ton bébé... Tu ne gardes que ce qui te va bien... tu ne peux pas tout appliquer, d'ailleurs il y a plein de contradictions.... Toi seule sais ce qui est mieux pour ton bébé... et tu as le droit de t'affirmer car c'est ton bébé. N'oublie pas d'être toi même...
AnneVV a écrit :J’ai repris le travail à 80% depuis 1 mois, je voulais m’occuper de mon bébé le mercredi. Mais cette journée est devenue mon cauchemar, cela m’angoisse énormément dès le mardi soir, je me demande comment va se passer la journée …
Parfois aller travailler est la soupape pour aller mieux et ne pas ressentir cette chape.... ça été mon cas également ...
La PMI excellent idée! ils peuvent aussi te donner des conseils concernant les pleurs, l'alimentation.... :super:

Répondre