Toute demande d'inscription doit être envoyée par mail à cette adresse : forum@maman-blues.fr, en précisant le pseudonyme sous lequel vous désirez être identifiée sur le forum (afin de protéger votre anonymat).
Bien à vous.

DPP, je ne comprends pas...

Répondre
Lyckie
Messages : 170
Enregistré le : 16 févr. 2014, 10:23

DPP, je ne comprends pas...

Message par Lyckie » 16 févr. 2014, 21:53

Bonsoir a toutes, je suis nouvelle alors je me présente.
Lyckie, 33 ans et maman de 2 enfants (presque 3 ans et 8 mois et demi).
Il y a tellement de choses a dire qu je ne sais pas par ou commencer...Lorsque j'ai eu mon fils, l'accouchement s'est mal passé de mon point de vue (péridurale surdosée, infirmière de nuit revêche qui a refusé de prendre mon bébé la 1ere nuit alors que j'étais épuisée) et j'ai mis du temps par la suite a m'habituer a mon statut de mère.J'ai eu longtemps l'impression que le bébé n'était pas a moi, que je ne faisais que le garder et qu'un jour quelqu'un viendrait sonner a ma porte pour le reprendre.
Finalement, il est toujours la :mrgreen: jusqu'a ses 2 ans, je me prenais régulièrement la tête avec lui, j'étais impatiente (il n'a pas dit "maman" jusqu'a cet age-la).
Et c'est au moment ou j'arrivais enfin a bien m'entendre avec lui, a arriver a gérer correctement mes journées que je suis tombée enceinte a nouveau.Je devais me faire poser un stérilet mais c'était trop tard...
Lorsque je l'ai appris, j'ai pleuré et paniqué, je ne me sentais pas prête a avoir un autre enfant si proche du 1er .Alors le 1ere trimestre, je me fichais de faire une fausse couche, je mangeais n'importe quoi et je parlais a mon ventre en disant "mais qu'est-ce que tu fous la? j'ai pas envie que tu sois la, je ne veux pas de toi!" et je détestais vraiment l'idée qu'un bébé grandisse dans mon ventre alors que je n'avais accordé que 2 rapports dans le mois au papa, justement pour éviter ça!
Quand j'ai su que c'était une fille, j'ai été soulagée car si j'avais eu un autre garçon, j'aurais eu l'impression de tout recommencer a zéro, les 2 années de prise de tête, les crises de larmes et la fatigue.
Avec elle, j'ai eu un accouchement de rêve, rapide et un peu douloureux mais c'est comme je l'avais souhaité.Je n'ai pas pu allaiter longtemps car j'ai fait une mastite (comme avec mon 1er enfant, et au même sein en plus).

Aujourdhui, je suis perdue, je n'arrive plus a gérer, je crie pour ne pas taper quand je suis trop fatiguée.Mon homme souffre de mon manque de désir mais il sait que je l'aime alors ça l'aide.
Ma fille, a bientot 9 mois, ne veut pas de diversification.Au début, elle acceptait la purée de carotte, puis finalement non, elle n'en veut plus.Alors je lui fait un bib mais la aussi elle ne veut pas.J'ai l'impression qu'elle me fait payer le 1er trimestre de ma grossesse.Je dors mal, je suis irritable très facilement, je rejette souvent mon fils pour essayer d'avoir un moment avec ma fille mais ça me fait mal au coeur (je me rattrape en lui disant que je l'aime fort, je lui demande des calins ou je lui en fait, j'essaie quand même de lui faire plaisir).
Quand a ma fille, quand elle refuse de manger et qu'elle se cabre en pleurant, je n'essaie pas plus que ça et je la pose dans son lit en lui disant qu'elle me gonfle avec les repas, qu'elle n'a qu'a dormir! mais je me sens coupable de ne pas comprendre ce qui ne va pas, je m'en veux de la laisser pleurer dans son lit juste parce-que je ne supporte plus de l'entendre :/ Maintenant c'est simple, j'appréhende le repas de midi.
Elle n'aime plus être allongée, pas trop être assise non plus... elle préfère qu'on la tienne un peu debout, ou alors carrément qu'on la porte.Mais je ne peux pas (et ne veux pas), j'ai quand même du ménage a faire, des lessives etc...

Je n'arrive plus a rien, plus de motivation.Je suis dans une ville ou je ne connais personne, je n'y ai pas d'amis (beaucoup de mal a me lier, et il faudrait prendre le bus pour aller dans une structure d'accueil pour enfants), puis avec 2 enfants et pas de permis, dur dur de bouger.Pas de famille non plus, ma soeur habite a 1h30 de voiture et mes parents a 450km.
Bref, je suis fatiguée, je me sens seule, isolée, sans avenir jusqu'a ce que les 2 aillent a l'école.Je dois passer le permis mais mon auto école a fait faillite donc je dois en trouver une autre qui acceptera le transfert de dossier (et les auto écoles détestent les transferts de dossiers).

Je ne sais pas s'il existe un traitement qui ne soit pas trop chimique, je voudrais éviter les AD au maximum.
Merci de m'avoir lu jusqu'au bout, même si rien qu'écrire fait déja du bien.

weshallovercome
Messages : 14789
Enregistré le : 10 janv. 2010, 23:24

Re: DPP, je ne comprends pas...

Message par weshallovercome » 17 févr. 2014, 13:26

Sois la bienvenue Lickie, merci de nous avoir confié ce grand récit, et tant mieux si te confier te fait déjà du bien :)
Si tu as parcouru le site et le forum, tu as déjà dû comprendre que tu es loin d'être la seule à vivre ce genre de mal-être autour de la maternité.
En particulier ce passage que j'aurais pu écrire : "J'ai eu longtemps l'impression que le bébé n'était pas a moi, que je ne faisais que le garder et qu'un jour quelqu'un viendrait sonner a ma porte pour le reprendre" ... et je ne savais même plus si je le redoutais ou si je l'espérais ! :(
Donc, si je te suis bien, la naissance du premier t'a déjà mise en difficulté maternelle sans que tu trouves du soutien, et pour l'arrivée de la deuxième tu n'étais pas vraiment prête. Du coup impossible de retrouver ton équilibre et de construire une relation satisfaisante. ça s'explique ... et ce n'est pas irrémédiable !
Tu n'évoques pas du tout de consultation de psy, ni à la naissance du premier ni de la deuxième; or un accompagnement thérapeutique est indispensable pour retomber sur ses pieds. Quant aux anti-dépresseurs, ça peut faire du bien, on peut aussi s'en sortir sans ... la décision t'appartient, avec le conseil du thérapeute que tu choisiras ...
Tu parles beaucoup de "gérer" ... or la famille, les enfants, ça ne fait pas partie des choses qui se gèrent comme des dossiers ou des comptes en banque. Tu me trouveras peut-être trop insistante là-dessus (j'en parle à longueur de post), mais réfléchis-y bien : le vocabulaire change nos façons de penser. En voulant "gérer", en pensant "gérer", on se met une énorme pression, on ne sort pas du rôle de l'employée surveillée et évaluée qui n'a aucun droit à l'erreur, à la baisse de cadence, à la fantaisie. Or c'est du gâchis ! les enfants ça implique des obligations, je ne le nie pas, mais pas seulement ça, et même pas principalement ça. Remettre les tâches domestiques et les contraintes à leur juste place, c'est-à-dire derrière le vivre-ensemble, ça change tout.
Quant à l'isolement et au manque de vie sociale, c'est sûr que ça pèse énormément. Tu ne travailles pa si j'ai bien compris ? Si tu ne peux pas bouger, des copines ou connaissances ou voisines pourraient peut-être venir te voir ? Certaines bluesnautes ont raconté avoir pu se faire de nouveaux amis près de chez elles ... par internet; pourquoi pas ! Et pour le permis, accroche-toi.
Tu dis dans ton titre que tu ne "comprends pas" : un bon moyen de comprendre ce qui nous arrive, c'est de lire le site Maman Blues, sur lequel Betty Blue (fondatrice de l'association) a mis en ligne des textes très abordables et chaleureux, qui aident vraiment à se sentir moins seule et perdue. N'hésite pas !
"une maman qui te ressemblerait" William Sheller

Lyckie
Messages : 170
Enregistré le : 16 févr. 2014, 10:23

Re: DPP, je ne comprends pas...

Message par Lyckie » 17 févr. 2014, 15:11

Bonjour, et merci pour ta réponse ;)
Pour mon 1er, je n'ai pas eu l'impression d'être en difficulté, je pensais que c'était commun a toutes les nouvelles mères.
Pour la 2eme, je suis en difficulté oui mais des fois (comme aujourdhui) je me dis que je fais une montagne d'une colline et que c'est moi qui interprète mal.Je n'ai jamais vu de psy, on ne m'a pas parlé de ça a la maternité et j'avoue que ça me fait un peu peur.Je sais bien que ce ne sont pas les fous qui consultent un psy hein, mais je n'ai jamais fait cette démarche car elle me semble "extrême".
Et pour te répondre, je souhaitais retrouver un travail après la mise a l'école du 1er, mais la 2eme est arrivée et pas les sous pour la mettre en crèche ou avoir une nounou :/
Dans cette ville que je n'aime pas, je n'ai pas d'amis, les voisins ne sont pas très sociables (disent a peine bonjour/bonsoir, c'est dire le niveau...) et la seule personne que je connais (qui a une fille du même age que la mienne) a déja été invitée a venir mais ne le fera sans doute jamais ( a croire que je fais peur, pourtant je mords pas :snif: )
Quand au permis, je vais faire 1h de conduite jeudi prochain pour évaluer mon niveau et pouvoir reprendre des cours par la suite, pour passer mon permis cette année j'espère! déja avec ça, je pourrais aller voir ma soeur souvent et ça me fera du bien :)

guérir
Messages : 4884
Enregistré le : 04 févr. 2010, 19:29

Re: DPP, je ne comprends pas...

Message par guérir » 17 févr. 2014, 21:49

Bonsoir Lyckie
Tu m'étonnes que tu te sentes soulagée ! C'est extrêmement dur ce que tu vis. Tu as frappé à la bonne porte. Sois la bienvenue ! :coeur:
Rompre l'isolement est un premier pas : mettre des mots sur tes ressentis va te permettre d'avancer. d'y voir plus clair sur ton parcours de maman.
Tu as besoin d'un professionnel bienveillant pour t'accompagner sur ce chemin. Ne lâche rien. ce message que tu nous adresses est un fabuleux message d'espoir.
Que les choses évoluent pour toi. Que tu chemines vers l'apaisement.
Est-ce que tu pourrais parler de ton mal-être à ton médecin traitant ?
Comment réagit ton mari ?

Lyckie
Messages : 170
Enregistré le : 16 févr. 2014, 10:23

Re: DPP, je ne comprends pas...

Message par Lyckie » 17 févr. 2014, 23:31

Merci a toi Guérir :)
Je vais rarement voir le médecin, et je suppose qu'il me donnerait des trucs chimiques pour me tranquilliser l'esprit, ce que j'aimerais éviter.Et il faut dire que je suis dans une région un peu spéciale niveau médecins puisque je n'ai rencontré jusqu'ici que des incompétents! ( a cause de l'un d'eux, j'ai fait une embolie pulmonaire car il n'avait pas décelé une phlébite alors que je venais le voir pour une douleur au mollet).
Mon mari est présent pour moi, mais je ne pense pas qu'il se rende vraiment compte de ce que je vis.Lorsque je lui dis que je suis fatiguée, tant physiquement que psychologiquement, il croit qu'une nuit de sommeil va régler le tout et s'étonne que je sois toujours dans le même état plusieurs jours après :triste1:
Je suis irritable, je crie après mon fils qui ne demande que mon attention (et que j'aime tellement fort! il devient un vrai petit bonhomme a presque 3 ans :coeur: ), j'ai une libido quasi nulle (il me le reproche doucement, tristement mais il sait que je l'aime et que je fais de mon mieux, même s'il en sort frustré).
Cependant quand j'ai besoin de lui, il est la pour me soutenir, m'écouter et me réconforter.Il prend sur son temps de sommeil si besoin (il travaille de nuit donc dort en journée).Si je lui demande de faire telle ou telle chose niveau ménage par exemple, il le fait sans problème.C'est mon homme quoi :coeur: (z'avez vu comme je l'ai bien éduqué? :mrgreen: )

weshallovercome
Messages : 14789
Enregistré le : 10 janv. 2010, 23:24

Re: DPP, je ne comprends pas...

Message par weshallovercome » 18 févr. 2014, 12:49

Ah oui on en prend de la graine :ange: En tout cas, s'il ne réalise pas toute la profondeur de ton mal-être, au moins il te soutient de sa tendresse et n'en rajoute pas, c'est déjà bien.
Qu'est-ce qui t'effraie et te paraît extrême dans le fait de consulter un psy ? découvrir des aspects inconnus de toi-même ? revenir sur un passé pénible ? mal tomber comme avec les médecins ? être jugée ? ...
"une maman qui te ressemblerait" William Sheller

Lyckie
Messages : 170
Enregistré le : 16 févr. 2014, 10:23

Re: DPP, je ne comprends pas...

Message par Lyckie » 18 févr. 2014, 16:07

Je pense que j'ai peur de mal tomber et de perdre mon temps et mon argent (on est assez ric-rac a ce niveau-la).

guérir
Messages : 4884
Enregistré le : 04 févr. 2010, 19:29

Re: DPP, je ne comprends pas...

Message par guérir » 18 févr. 2014, 21:20

Bon, ton mari est un appui solide. Tu es aussi ton meilleur soutien en étant à ton écoute.
Le sommeil. Oui. Une cure de sommeil comme on dit. Un truc hyper important de trouver du temps pour te reposer.
Mais l'appui d'un professionnel est indispensable. Moi j'ai rencontré un psychologue. Le travail avec lui m'a sauvé. Je ne payais pas : c'est l'état qui prenait soin de moi en ce sens. C'était dans un CMP (centre médico-psychologique). Il y en a partout.
Je payais de ma personne en me rendant dans le service chaque semaine.
Certaines mamans ont besoin parallèlement d'une aide médicamenteuse. Pas forcément. Je n'ai pas eu besoin d'en prendre pour ma part.

weshallovercome
Messages : 14789
Enregistré le : 10 janv. 2010, 23:24

Re: DPP, je ne comprends pas...

Message par weshallovercome » 19 févr. 2014, 08:58

Absolument, il existe des consultations de psychologues et psychiatres gratuites, dans les CMP, les hôpitaux (psychologues des maternités notamment), et parfois les centres de PMI. Par ailleurs la plupart des psychiatres en libéral sont pris en charge par la Sécu au moins partiellement.
Pour trouver une bonne adresse, tu peux demander conseil à ton médecin, ta sage-femme, le pédiatre, un soignant en qui tu as confiance ... Si ça ne donne rien, l'association possède un eptit carnet, mais nous n'avons pas forcément de coordonnées partout ...
"une maman qui te ressemblerait" William Sheller

Avatar du membre
Lolalilou
Messages : 1232
Enregistré le : 11 août 2013, 12:34

Re: DPP, je ne comprends pas...

Message par Lolalilou » 19 févr. 2014, 11:02

Tu parles beaucoup de "gérer" ... or la famille, les enfants, ça ne fait pas partie des choses qui se gèrent comme des dossiers ou des comptes en banque. Tu me trouveras peut-être trop insistante là-dessus (j'en parle à longueur de post), mais réfléchis-y bien : le vocabulaire change nos façons de penser. En voulant "gérer", en pensant "gérer", on se met une énorme pression, on ne sort pas du rôle de l'employée surveillée et évaluée qui n'a aucun droit à l'erreur, à la baisse de cadence, à la fantaisie. Or c'est du gâchis ! les enfants ça implique des obligations, je ne le nie pas, mais pas seulement ça, et même pas principalement ça. Remettre les tâches domestiques et les contraintes à leur juste place, c'est-à-dire derrière le vivre-ensemble, ça change tout.

Je confirme; Mamy Wesh veille :langue2: Et su tu as le malheur d'utiliser le mot "gérer" tu as un gage.

Non, je déconne, mais je rejoins totalement ce qu'à écrit wesh. J'étais également énormément dans le "gérer", à me mettre effectivement une pression énorme dans un soucis de perfection et toute puissance permanente et en changeant de façon de voir les choses, il est beaucoup plus facile de prendre de la distance. :)


Je sais bien que ce ne sont pas les fous qui consultent un psy hein, mais je n'ai jamais fait cette démarche car elle me semble "extrême".

Il y a des a priori sur le regard que l'on peut porter sur les thérapies. Moi je perçois le travail thérapeutique comme une aide précieuse et indispensable à un instant T de ma vie où j'ai besoin d'être soutenue et accompagnée parce que je reconnais un état de mal être ou de questionnement qui fait que je n'arrive pas seule.


Je trouve que tu exprimes ici un mal être :
je suis fatiguée, tant physiquement que psychologiquement, il croit qu'une nuit de sommeil va régler le tout et s'étonne que je sois toujours dans le même état plusieurs jours après
Je suis irritable, je crie après mon fils qui ne demande que mon attention
j'ai une libido quasi nulle
Aujourdhui, je suis perdue, je n'arrive plus a gérer,

Lorsque tu évoques ta première maternité, il sembleait que tu te sois portée toute seule pour devenir mère, ce qui dans ton écrit montre que cela n'a pas été facile.

Peut être aujourd'hui as tu davantage besoin d'être aidée, soutenue, accompagnée dans ce que tu vis et ressens.
Maman j'ai besoin de toi Maman amour aime-moi Maman prends-moi dans tes bras Maman amie aide-moi. » Gérard Lenorman

Répondre