Toute demande d'inscription doit être envoyée par mail à cette adresse : forum@maman-blues.fr, en précisant le pseudonyme sous lequel vous désirez être identifiée sur le forum (afin de protéger votre anonymat).
Bien à vous.

Compagnon et futur père : Je n'arrive plus à l'aider

ritalea
Messages : 488
Enregistré le : 20 avr. 2016, 16:43

Re: Compagnon et futur père : Je n'arrive plus à l'aider

Message par ritalea » 13 mai 2018, 22:00

Esteban a écrit :Comment savoir en amont qu'on est pas prête du tout à être mère ?...
Je crois qu'on ne peut pas le savoir,

Et je crois aussi qu'on n'est jamais vraiment prête...jusqu'à ce que ça nous arrive. Ca se vit, ça s'expérimente, ça se découvre.

Ta compagne semble avoir traversé une période de métamorphose, éprouvante, intense, mais nécessaire dans son cheminement au devenir mère. Je trouve ça très positif.

A bientot

bbdamour1989
Messages : 4232
Enregistré le : 29 déc. 2012, 09:40

Re: Compagnon et futur père : Je n'arrive plus à l'aider

Message par bbdamour1989 » 24 mai 2018, 22:44

Bonsoir esteban
Je t ai lu mais je ne t ai jamais repondu.
Je te félicite pour tout ce que tu as parcouru et surtout etre toujours présent. Tu es un homme genial.
Pour ta femme comme le souligne Hirondelle plutôt que l hopital psy pourquoi ne pas aller en unite mere bebe ?
Tu dis avoir peur de la medication si j ai bien compris ? N ai pas trop de craintes fait confiance a ta psy sur qui tu as l air d avoir entièrement confiance. Il vaut mieux une grossesse sous médicaments pour un post partum prépare plutôt qu un post partum pas top. Pour ma part j ai eu trois grossesses sous medicaments et pas de l euphytose ( anti depresseur anxiolytiques neurolepetique et somniferes) mes loulous de 5 et 3 ans vont tres bien celui de trois ans est un pirate mais est le plus jeune de sa classe mais le premier tant il est intelligent . Je sais que les médicaments font peur. Si tu veux vas sur le site du CRAT c est la ou sont recensé les médicaments compatibles pour la grossesse
J espère que le rdv avec la psy s est bien passée n
A tres vite.
j ai été stupide de penser que je ne pourrais pas l aimer car avec le temps il est devenu irremplacable a mon coeur Stahn
Thomas mon bébé pansement de la maternité pourtant un BABI
Hugo Une fin de grossesse difficile moralement fini en déclenchement

Esteban
Messages : 28
Enregistré le : 28 févr. 2018, 11:34

Re: Compagnon et futur père : Je n'arrive plus à l'aider

Message par Esteban » 29 mai 2018, 20:34

Bonjour,

Merci pour vos messages.
hirondelle a écrit : J'espère que son nouveau suivi va la porter...
Plutôt que l'hôpital psy, je verrais plus les unités mère bébé qui sont adaptées pendant les grossesses difficiles si tu estimes que c'est nécessaire à un moment.
A t elle parlé de ce mal être à un médecin (traitant, gynéco...)?
Son nouveau suivi a démarré et elle en est ravie. Ça la change de sa précédente psy qui l'écoutait juste, là elle la fait travailler et pousse les bonnes portes.
Toutes les personnes proches et les médicaux (médecin traitant, gynéco, etc.) sont au courant de la situation et sont toutes bienveillantes et disponibles pour d'elle.
L'unité mère enfant la plus proche est à 3h30 de route, on peut compter 5h pendant la saison touristique qui approche. Je suis au bout du rouleau physiquement, je ne tiendrais pas la distance avec autant de voyages pour lui rendre visite. Ça me fendrait le cœur d'être loin de mon petit garçon. Je passe chaque jour le plus de temps possible à le câliner, il semble apprécier. On a un petit code tous les deux, je fais toujours la même caresse sur le ventre de sa mère et il vient se coller contre ma main :coeur:
Ma psy m'encourage à créer du lien et a rassurer le petit dans ce climat de tension. Si ma compagne est hospitalisée, il sera privé de contact rassurant. Bien sûr je ne suis pas obtus, si l'hospitalisation est nécessaire je ferais ce qu'il faut.

Depuis mon dernier message, ma compagne s'est enfoncée dans la dépression. Dans une sorte de puits sans fond extrêmement noir. Je me suis trouvé très en difficulté pour lui maintenir la tête hors de l'eau. Elle a fini par disparaître. Elle ne répondait presque plus, ne bougeait presque plus. Elle était enfermée dans une spirale d'angoisse, convaincue que tout allait disparaître. Sa culpabilité face à l'infidélité a atteint des sommets, à mille lieux de la raison. Elle était aussi persuadée de faire du mal au bébé depuis le début, par son stress, sa mauvaise alimentation, mauvaise hydratation, etc. Évidemment il n'en est rien, je veille sur elle depuis le début. Son imagination tournait à cent à l'heure : le petit allait devenir autiste à cause du stress, j'allais la quitter, tout allait disparaître car elle n'était plus digne de rien. J'ai eu très peur, je l'ai interrogé sur la mort et je n'ai pas obtenu de réponses satisfaisantes. Alors j'ai ouvert devant elle son historique de navigation et j'ai trouvé des recherches sur le cyanure, elle a cherché à en acheter. Elle m'a répondu que c'était au cas où je la quitte, qu'elle préférerait en avoir en cas de besoin. Le tout sur un ton laconique comme si on parlait d'un paquet de chewing-gum. Ne pouvant gérer le risque suicidaire, je l'ai amené aux urgences psychiatriques. On a été très bien reçu, l'urgentiste m'a dit que les pensées suicidaires avaient existé mais qu'il n'y en avait plus, donc qu'elle pouvait rentrer. Il m'a certifié qu'on ne pouvait pas acheté de cyanure si facilement (ouf). Et il a repris avec elle tous les points médicaux qui la font mouliner toute la journée. Par contre il n'a pas souhaité l’arrêter pour qu'au moins au boulot elle ne rumine pas.

On a continué à vivoter une semaine. Elle continuait de ruminer les mêmes choses, et à avoir les mêmes peurs. Impossible de la raisonner. Même la psy n'a pas réussi. Elle était hermétique à tout ce qu'on pouvait lui dire pour la rassurer ou la raisonner. Je l'ai encouragé à s’arrêter de travailler, je ne la sentais plus capable de conduire et d'avoir des responsabilités. Il y a quelques jours je l'ai amené à une consult de grossesse. La gynéco était inquiète de la trouver si basse, avec l'accouchement qui approche (dans 3 mois). Elle lui a proposé de nouveau un traitement anti-dépresseurs, ma compagne a refusé, mais la gynéco lui a laisser trois semaines, après cela, sans amélioration de son état il faudra faire quelque chose.

Puis elle s'est mise à avoir mal au ventre non stop. Il était devenu en béton, impossible d'interagir avec le petit deux jours de suite. On est allé aux urgences gynéco. Résultat, contractions. J'ai bien cru qu'on allait rencontrer notre garçon à 26 semaines ! Elle doit se ménager et rester alitée autant que possible. Au moins là, la question de reprendre le travail ne se pose plus. Depuis elle se repose et reprend des couleurs. Elle est monitorée à domicile toutes les semaines désormais. Je sens que les discutions de ce week-end ont été payantes, je sens que mes mots commencent à raisonner en elle et qu'elle même commence à raisonner et à mettre par instants ses délires de coté. Tout est fragile, quand je m'absente au travail, son petit vélo mental recommence à pédaler.

J'ai passé un excellent week-end d'amour et de tendresse au milieu de tout ce noir. Je ne la lâche pas d'une semelle. J'ai mis de coté la création de mon entreprise, je ne peux pas tout faire et après avoir essayé de tout mener de front, j'ai décidé qu'elle était ma priorité. Depuis je trouve cela bien plus simple de ne me concentrer que sur elle. Tout est déployé pour sa remontée : ostéo, homéo, acuponcture, psy, et présence des proches. Tout pour respecter sa volonté d'éviter les traitements. Ce soir j'ai de l'espoir, je l'avais un peu perdu. Je retrouve un petit bout de plus de ma femme d'amour chaque jour, je m'accroche à ça et à mon petit bonhomme câlin pour la soutenir. C'est dur, des fois je craque, des fois j'en ai marre de répéter pour la millième fois que les biscuits, le manque d'eau, le stress, ne font pas des enfants handicapés et que non je ne vais pas la quitter parce que c'est une salope. Je l'aime mais je suis fatigué, mais pas assez fatigué pour la lâcher.

Bonne soirée :)

bbdamour1989
Messages : 4232
Enregistré le : 29 déc. 2012, 09:40

Re: Compagnon et futur père : Je n'arrive plus à l'aider

Message par bbdamour1989 » 29 mai 2018, 20:58

Bravo bravo bravo un mari au top et un futur papa aussi. Tu ke t imagines meme pas le nombre de femmes qui reveraient d un mari comme toi.
Mon mari a été comme toi alors que plus d un se serait enfuit en courant.
C est normal que tu craques tu fais part d une energie physique et mentale débordante un self contrôle.... Waouh je ne savais pas qu un homme etait capable de tout ca en meme temps mdr.
Rassures ta femme ici nos depression nos angoisses nos idees noires n ont pas fait de nos bebes des bébés handicapés nous sommes nombreuses a avoir eu une medication durant la grossesse....
Peut être devrait elle venir ici se confier sans pour autant que tu saches ce qu elle ecrit en creant un compte anonymement comme bcp ici.
Courage a vous deux
j ai été stupide de penser que je ne pourrais pas l aimer car avec le temps il est devenu irremplacable a mon coeur Stahn
Thomas mon bébé pansement de la maternité pourtant un BABI
Hugo Une fin de grossesse difficile moralement fini en déclenchement

hirondelle
Messages : 6075
Enregistré le : 05 févr. 2014, 23:55

Re: Compagnon et futur père : Je n'arrive plus à l'aider

Message par hirondelle » 30 mai 2018, 14:49

quel courage tu as! quelle force! j'espère qu'elle reconnaîtra rapidement tes grandes valeurs.
N'oublie pas de te trouver des petits plaisirs pour pouvoir tenir le rythme.

Connait elle l'existence de notre association?
Si elle souhaitait venir sur le forum, il faudrait protéger ton identité qui est facile à repérer par ton nom masculin... Si tu souhaites lui faire connaitre le forum, n'hésite pas à nous en parler avant pour qu'on puisse trouver une solution pour que tu puisses échanger sans qu'elle te lise.

Les idées noires et les recherches qu'elle a fait sont en effet inquiétantes. Je pense qu'elle ne pourra pas échapper au traitement médicamenteux longtemps car les bouleversements psychologiques ne sont pas finis. Dépression pendant la grossesse ne signifie pas obligatoirement dépression du post partum mais la fragilité est là .
Le médecins jugeront de la nécessité pour la protéger. Des traitements sont tout à fait compatibles avec grossesse et allaitement . Ceux ci protègent de l’anxiété et permettent un lien mère enfant plus serein à la naissance. Pour l'instant bébé, en apesanteur dans son cocon est en sécurité.
Esteban a écrit :Son nouveau suivi a démarré et elle en est ravie. Ça la change de sa précédente psy qui l'écoutait juste, là elle la fait travailler et pousse les bonnes portes.
Toutes les personnes proches et les médicaux (médecin traitant, gynéco, etc.) sont au courant de la situation et sont toutes bienveillantes et disponibles pour d'elle.
C'est une chance d'avoir des mains tendues.

Je t'envoie plein de courage :super:
Toutes ces pierres sur lesquelles on se hisse … Et qui font de nous un édifice
On a tous au fond du mental ...Toutes ces choses fondamentales
Qui nous poussent et qui nous font pousser
Cachées là au fond du mental ...Ce sont les choses fondamentales

Esteban
Messages : 28
Enregistré le : 28 févr. 2018, 11:34

Re: Compagnon et futur père : Je n'arrive plus à l'aider

Message par Esteban » 27 mai 2019, 21:03

Bonjour,
Un an depuis mon dernier message...
Je suis surtout revenu vous remercier pour votre écoute. Ce forum a été mon exutoire plusieurs mois, un lieu qui m'a permis de tenir bon, durant les mois d'extrême errance de ma femme. Alors, un grand merci :)

Ma compagne a été au fond du gouffre toute sa grossesse et les 6 premiers mois du petit. Nous avons eu fin août 2018 un petit garçon. Ce fut un accouchement intense que nous avons pleinement vécu à deux, la sage femme s'est effacée et m'a laissé prendre cette place dont j'avais tant besoin. Une parenthèse époustouflante dans cet abîme noir.
Puis un enfer, 6 mois de pleurs non stop. J'ai cru devenir fou de fatigue, ce bruit permanent de cris, je l'entendais même quand il ne pleurait plus. Je n'arrivais pas à m'attacher, à l'aimer. De plus issu d'un don, je ne lui trouvais rien pour aller vers lui. Et notre couple déjà si mal en point a continué à s’effriter. Pourquoi après une année si difficile, on est tombé sur un bébé si compliqué ?

Mon compagne a repris le travail aux 6 mois du petit, qui a commencé à aller chez la nounou. Les choses bougent depuis ce moment. Ma compagne va mieux et bébé pleure moins. Mais toujours impossible de lui faire faire une sieste ou de le coucher le soir sans pleurs durant des heures. Il passe ses journées épuisé à pleurer et nous on se demande souvent pourquoi on l'a tant voulu. Nous n'avons aucun répit la journée où normalement les autres font deux à trois siestes par jour et où les parents peuvent exister.
Je tente de lui apprendre le sommeil, des fois je réussis, des fois non. Reposé il est si adorable. Câlin et curieux.
Je ne m'attendais pas à quelque chose de si dur. Et pendant tout ce temps, exténué et à fleur de peau, nous ne nous retrouvons pas avec ma femme. Son infidélité et sa grosse dépression ont laissé des marques profondes et le calme nous permettrait de nous rétablir en tant que binôme pour affronter ce quotidien difficile.

J'ai hâte qu'il grandisse pour qu'i puisse me dire ce qui le contrarie tant.

Après deux heures de bataille où j'ai gardé mon calme après une grosse journée de boulot, il dort... en sanglotant...

Bonne soirée :hello:

ritalea
Messages : 488
Enregistré le : 20 avr. 2016, 16:43

Re: Compagnon et futur père : Je n'arrive plus à l'aider

Message par ritalea » 28 mai 2019, 13:34

Merci de venir nous donner des nouvelles…

Comment se comporte t-il chez la nounou? parvient -il a dormir? Pleure t-il autant?

hirondelle
Messages : 6075
Enregistré le : 05 févr. 2014, 23:55

Re: Compagnon et futur père : Je n'arrive plus à l'aider

Message par hirondelle » 28 mai 2019, 20:55

Bonjour Esteban, Merci pour ces nouvelles.

Quelle épreuve! épreuves même!
Certains bébés ont beaucoup de besoins...
Avez vous essayé l'ostéopathe? parfois cela les apaise.
Il est fréquent qu'une reprise d'activité permette de se changer les idées et que la famille y retrouve un équilibre.
Peut être que le laisser un peu chez la nounou ou autre pourrait vous permettre de vous retrouver, de faire quelque chose que vous aimiez avant...
Il ne faut pas perdre de vue que vous rester homme et femme et pas QUE parents.
Esteban a écrit :
27 mai 2019, 21:03
Je suis surtout revenu vous remercier pour votre écoute. Ce forum a été mon exutoire plusieurs mois, un lieu qui m'a permis de tenir bon, durant les mois d'extrême errance de ma femme. Alors, un grand merci
On reste là pour toi, pour elle si elle le souhaite .... et c'est bien normal...
N'hésite pas à venir échanger sur ce qui te tourmente.
Quel courage tu as eu dans ce parcours :super:

Avez vous été aidés par votre entourage?

Je te souhaite une bonne soirée
Au plaisir de te relire
:hello:
Toutes ces pierres sur lesquelles on se hisse … Et qui font de nous un édifice
On a tous au fond du mental ...Toutes ces choses fondamentales
Qui nous poussent et qui nous font pousser
Cachées là au fond du mental ...Ce sont les choses fondamentales

bbdamour1989
Messages : 4232
Enregistré le : 29 déc. 2012, 09:40

Re: Compagnon et futur père : Je n'arrive plus à l'aider

Message par bbdamour1989 » 30 mai 2019, 10:06

Bonjour esteban
Merci de donner des nouvelles .
As tu pensé à un rgo une allergie au lait de vache pour ton fils ? Les signes me rappellent ceux de mon deuxième qui pleurait h24 et ne dormait jamais
j ai été stupide de penser que je ne pourrais pas l aimer car avec le temps il est devenu irremplacable a mon coeur Stahn
Thomas mon bébé pansement de la maternité pourtant un BABI
Hugo Une fin de grossesse difficile moralement fini en déclenchement

gama67
Messages : 878
Enregistré le : 16 avr. 2017, 14:48

Re: Compagnon et futur père : Je n'arrive plus à l'aider

Message par gama67 » 05 juin 2019, 20:51

Merci de donner des nouvelles.
Ah un bébé qui lutte pour ne pas dormir alors qu'il est épuisé... Un bébé qui ne fait pas de sieste...
Cela me rappelle des souvenirs et pas des bons...
Aujourd'hui le mien a 27 mois et il fait régulièrement des siestes, enfin !
Ce qui a fonctionné chez nous, l'emmailloter. Chaque bébé est différent.
Courage

Répondre