Toute demande d'inscription doit être envoyée par mail à cette adresse : forum@maman-blues.fr, en précisant le pseudonyme sous lequel vous désirez être identifiée sur le forum (afin de protéger votre anonymat).
Bien à vous.

Epuisée, à bout

Teophania
Messages : 25
Enregistré le : 11 août 2010, 14:14

Re: Epuisée, à bout

Message par Teophania » 13 août 2018, 01:00

Bonsoir à toutes,

Je donne des nouvelles... Bien longtemps après.
J'ai eu ma petite fille le 27 février 2013 : je l'ai IMMEDIATEMENT aimée, adorée... Et pourtant, la péridurale n'a pas fonctionné, j'ai souffert comme une folle lors de l'accouchement mais je souhaitais tellement ma poupée... Avec elle, j'ai ardemment voulu allaiter : j'ai réussi, malgré les difficultés inhérentes à l'allaitement, à lui donner le sein pendant 5 mois (je tirais même mon lait au travail). Du bonheur en barre qui m'a montré que je pouvais être une bonne mère, capable de nourrir ma fille.

Cette fusion, cette relation maternelle naturelle immédiate, j'ai le sentiment d'en avoir été privée avec mon fils... Et même encore maintenant, alors même qu'il a 8 ans 1/2.
Avec le recul, j'avais peur de l'inconnu, d'avoir un garçon, j’associais systématiquement les garçons (et même encore maintenant) avec les mots "turbulents", "bruyants", "brutes", "bagarres", etc.
Bref, j'ai une relation fusionnelle avec ma fille que j'admire, qui fait ma joie et que tout le monde trouve belle, épanouie, drôle, vive, sociable et à l'aise... Un sacré numéro! J'en suis si fière, elle m'apporte tant d'affection... Au contraire de mon fils qui ne se "tient" pas en "société" ou quand on a des amis à la maison. Il fait très souvent son intéressant, entraine les autres dans des jeux d'excités" et cela passe par des bêtises et finit souvent mal... J'ai tellement honte! Lors de nos vacances la semaine passée avec deux couples d'amis ayant aussi respectivement deux enfants, mon fils s'est montré égal à lui même, n'a pas fait d'efforts notables de comportement. D'ailleurs, nos amis m'ont fortement complimenté sur la petite soeur mais ont passé sous silence leur jugement portant sur l'ainé...
Et pour cause, il a toujours son sale caractère, s'ennuie régulièrement, me sollicite, me réclame des activités, râle, n'écoute pas ce que l'on va lui dire pour éviter des bêtises, va d’ailleurs toujours trouver l'impair à commettre, ne sait pas faire de câlins sans brusquerie ou gesticulation, renâcle au moindre effort, est souvent insatisfait et le montre... Et puis, il veut toujours tout, tout de suite maintenant...Je rencontre des difficultés à trouver des qualités à mon fils, au contraire de sa soeur. J'éprouve toujours autant de difficultés à l'aimer et cela me brise toujours autant. J'ai peur d'en faire un psychopathe :| .

Vous l'aurez donc compris : le constat est accablant. Ma relation avec mon fils n'est toujours pas au beau fixe 8 ans et demi après sa naissance. J'ai l'impression de lui en vouloir de m'en avoir autant fait baver quand il était plus petit :triste2: ... (D'ailleurs, sa nounou m'a avoué quelques années après, que si moi et mon mari n'avions pas été aussi "sympas", elle aurait abandonné sa garde car trop dur...).

Et même encore maintenant... Pourquoi est-ce si simple avec sa soeur :super: et TOUJOURS aussi compliqué avec lui? Avec lui, tout est épidermique! J'en viens à lui dire des choses blessantes, je me dis que ça vient forcément de lui et de son caractère de cochon... On a beau répéter les mêmes choses à longueur de journée, il continue à ne pas faire attention (pour des choses aussi évidentes que : tirer la chasse d'eau, manger la bouche fermée, fermer la porte d'entrée quand il entre dans la maison...). Tout est bataille avec lui... Je ne parle même pas des devoirs... Qui, l'année passée, ont été source de crises partagées.Il est la source des tensions chez nous, du mauvais esprit. Il crie sur sa sœur dans des proportions délirantes, il se montre tyran dans les jeux, tout doit être fait selon ses envies, ses règles... Heureusement que sa petite sœur est patiente!

Son père en arrive au même constat : il ne fait pas attention aux autres et ne pense qu'à lui. Il me dit malgré tout de ne pas avoir de paroles blessantes envers lui car il va "mal tourner". Je suis tout à fait d'accord mais n'arrive plus à me contrôler... Je suis à bout, rien ne marche... Je veux qu'il percute une bonne fois pour toute, qu'il fasse des efforts pour évoluer.
Nous passons, moi et mon mari, une très grande partie de notre temps à lui faire des reproches, à le reprendre... Sans que rien ne bouge. Ce statut quo nous exaspère, le serpent se mord la queue. Il n'évolue pas, se renferme dans des jeux de bébé, se met à parler en zozotant régulièrement... Ses résultats à l'école sont plutôt bons. C'est un peu quand il veut, si ça l'intéresse malgré tout. J'ai aussi peur que son attitude négative n'empiète sur l'entrain et la joie de vivre de sa sœur.

On arrive, une fois de plus, dans une impasse. J'en viens à le fuir, avoir du ressentiment envers lui. Que faire? J'ai bien songé au psy, mais couteux et non remboursé... Nous avons déjà consulté des psychiatres qui m'ont dit que mon fils était normal... J'ai l'impression de le détruire car je ne cesse de le reprendre avec plus ou moins de tact car son attitude est insupportable (répétition d'actions agaçantes ou agressives) mais c'est plus fort que moi... Il m'exaspère. C'est viscéral. Ce problème est exacerbé lors de ces périodes de vacances pendant lesquelles je me retrouve seule avec lui et sa soeur...

Lyckie
Messages : 170
Enregistré le : 16 févr. 2014, 10:23

Re: Epuisée, à bout

Message par Lyckie » 13 août 2018, 15:44

Bonjour Teophania, as-tu pensé aux fleurs de bach pour ton fils? (et j'ai l'impression de vivre un peu la même chose que toi, dans des proportions quand même moindres: mon fils est toujours bruyant, feignant, râleur mais on arrive quand même à le raisonner, tandis que sa soeur est assez serviable, aimable quand on n'a pas le dos tourné lol). Courage!

hirondelle
Messages : 6210
Enregistré le : 05 févr. 2014, 23:55

Re: Epuisée, à bout

Message par hirondelle » 13 août 2018, 21:13

Bonsoir Théophania,
Teophania a écrit :Avec le recul, j'avais peur de l'inconnu, d'avoir un garçon, j’associais systématiquement les garçons (et même encore maintenant) avec les mots "turbulents", "bruyants", "brutes", "bagarres", etc.
Teophania a écrit :Au contraire de mon fils qui ne se "tient" pas en "société"
D'après cette lecture, il me vient à l'idée qu'il fait tout pour attirer ton attention finalement... pour te dire qu'il a besoin de toi depuis peut être tout petit...
Il a mis en route ce mode de fonctionnement .... Le comparer à sa soeur ne fait probablement qu'amplifier sa demande.

Je pense que tu pourrais le montrer à un pédopsychiatre en expliquant son fonctionnement...
Il a probablement besoin que vous passiez beaucoup de temps avec lui et que vous lui redonniez confiance.
Le pédopsychiatre est remboursé par la sécu.
Celui ci pourra vous aider dans votre fonctionnement.
Teophania a écrit :Pourquoi est-ce si simple avec sa soeur et TOUJOURS aussi compliqué avec lui?
Justement qu'en penses-tu?
Quels rapports as tu avec les garçons? Avec tes frères si tu en as, ton père?
Pourquoi ton fils n'as pas pu être autre chose que ce que tu avais déjà imaginé
Teophania a écrit :turbulents", "bruyants", "brutes", "bagarres", etc.
?

Chaque enfant est singulier, rien n'est perdu: avec une aide, vous devriez pouvoir vous retrouver... :hello:
Toutes ces pierres sur lesquelles on se hisse … Et qui font de nous un édifice
On a tous au fond du mental ...Toutes ces choses fondamentales
Qui nous poussent et qui nous font pousser
Cachées là au fond du mental ...Ce sont les choses fondamentales

Mélisse
Messages : 90
Enregistré le : 27 sept. 2015, 14:43

Re: Epuisée, à bout

Message par Mélisse » 13 août 2018, 21:20

Bonjour Théophania,

C'est vrai que les enfants peuvent nous pousser bien loin dans nos retranchements...ça me semble positif que tu sois attentive à cela. L'idée du psy me semble très bonne, surtout dans l'idée d'un travail thérapeutique familial car dans ce que tu dis on a l'impression que ton fils souhaite avant tout attirer l'attention. Et comme bien souvent avec les enfants, ils cherchent par leurs propres moyens à nous faire réagir, quitte à ce que ce soit obtenir notre attention par le côté négatif. Certes en libéral c'est cher mais pourquoi ne pas te tourner vers le CMP ? Le travail avec un psy ne se doit pas forcément d'être centré sur ton fils surtout si par ailleurs il grandit bien mais sur votre relation. Ou sinon, as-tu déjà effectué un travail sur toi pour mieux comprendre ce qui se joue dans votre relation ? Ce qui est dur pour toi, ce qui est resté "coincé" ?
Bon courage !

Mélisse
Messages : 90
Enregistré le : 27 sept. 2015, 14:43

Re: Epuisée, à bout

Message par Mélisse » 13 août 2018, 21:21

Hirondelle je crois que nos messages se sont croisés ;)

Teophania
Messages : 25
Enregistré le : 11 août 2010, 14:14

Re: Epuisée, à bout

Message par Teophania » 14 août 2018, 10:59

Bonjour à toutes et encore une fois, merci pour votre réactivité, vos messages de soutien empli de bon sens et de conseils judicieux.
Je ne connaissais pas les cmp, celui de ma région ouvre le 21 août. J'ai également relevé des coordonnées de pédo-psy : je pense que l'idéal serait d'envisager une thérapie avec mon fils, trouver une façon saine de vivre ensemble, dans la paix.
J'ai eu un père assez borderline, égocentré, lunatique, hypocondriaque et cassant, ça explique, c'est certain, pas mal de choses, notamment mon relationnel compliqué au sexe opposé.
Ça, c'est un fait et je le sais depuis longtemps... Cela a certainement biaisé ma relation avec mon fils, OUI, mais après? J'ai besoin surtout de billes pour réussir à le supporter et à vivre quotidiennement sereinement.
Je vais aussi jeter un oeil du côté des fleurs de Bachs, histoire de trouver un palliatif en attendant les rdv effectifs chez les psy.

Encore merci... 8 ans après mon premier post, toujours autant de soutien ici... C'est incroyable. :coeur:

hirondelle
Messages : 6210
Enregistré le : 05 févr. 2014, 23:55

Re: Epuisée, à bout

Message par hirondelle » 14 août 2018, 23:05

Oui Mélisse , nos messages se sont croisés en effet :hehe:

Theophania
N'hésite pas à venir en parler
Tu as parfaitement identifié la cause du grain de sable qui est venu se mettre dans l'engrenage. Quand la confiance en un être proche est perdue, notre cerveau à la dent dure.
Un thérapeute doit pouvoir permettre de renouer ce lien. Par chance, tu as du temps avant l'adolescence et c'est vraiment essentiel car tout est possible ....
Tu n'es pas responsable de ce mal être et ton fils non plus.
Je vous souhaite une belle rencontre à venir...
Teophania a écrit :Encore merci... 8 ans après mon premier post, toujours autant de soutien ici... C'est incroyable.
Merci pour cet encouragement. C'est cette reconnaissance qui nous porte :coeur:

Au plaisir de te relire :hello:
Toutes ces pierres sur lesquelles on se hisse … Et qui font de nous un édifice
On a tous au fond du mental ...Toutes ces choses fondamentales
Qui nous poussent et qui nous font pousser
Cachées là au fond du mental ...Ce sont les choses fondamentales

Mélisse
Messages : 90
Enregistré le : 27 sept. 2015, 14:43

Re: Epuisée, à bout

Message par Mélisse » 15 août 2018, 22:30

Salut Théophania,
Cela a certainement biaisé ma relation avec mon fils, OUI, mais après? J'ai besoin surtout de billes pour réussir à le supporter et à vivre quotidiennement sereinement.
De mon côté j'ai une petite fille de 3 ans 1/2 et c'est avec elle que j'ai vécu ma DM; maintenant ça va nettement mieux mais il me reste encore comme difficulté principale de réussir à supporter les moments de crise et de tensions avec ma fille et à l'aider quand elle les traverse et le soutien d'une pédopsy nous aide beaucoup à ce niveau-là.

Nous avons en commun des séances (plus ou moins espacées selon les besoins) au CMP avec une pédopsychiatre et ça nous aide sur le quotidien. Car comme tu dis, on peut très bien avoir bien conscience des enjeux de la relation avec notre enfant, avoir analysé notre vécu d'enfant et ça ne suffit pas.

Pour te donner quelques exemples, déjà, ça me permet de lâcher du lest dans les périodes où je ressens beaucoup d'agressivité envers ma fille, si des comportements m'insupportent. ça me permet de le dire dans un cadre rassurant pour ma fille et moi (donc sans déborder), ma fille entend tout cela, en tient compte (souvent on a l'impression qu'elle s'en fout en séance mais après elle change de comportement, et moi aussi) et il arrive que la pédopsy lui fasse savoir qu'elle doit y mettre du sien, qu'elle est assez grande pour comprendre...ensuite, elle m'a donné des "trucs" qui peuvent sembler évidents, qu'on peut lire dans les livres mais ce n'est pas du tout pareil que d'en parler avec un pro devant notre enfant. Exemple, je racontais qu'un jour j'étais désespérée car depuis plusieurs jours ma fille (3 ans...) marchait à 4 pattes dans la rue pour revenir de chez la nounou et donc j'avais la honte pas possible, envie de la claquer et ça finissait que je la portais (elle hurlant) pour rentrer à la maison...et elle m'a tout bêtement dit, une fois les crises passées, de reprendre ça avec elle, de lui exprimer que je n'aimais pas quand ça se passait comme ça entre nous, que je ne savais pas comment faire. Pareil, sur le coup, ma fille ne voulait pas trop m'écouter, elle me disait "arrête de parler de choses tristes" puis c'est elle, le lendemain qui est revenue m'en parler et en plus elle a arrêté ce comportement.

Bref, tout ça pour te dire que de mon expérience du pédopsy ce n'est pas juste passer son temps à parler des relations familiales (même si on le fait aussi) mais bel et bien s'exprimer sur des difficultés au quotidien et aider à désamorcer certaines situations.

Je ne sais pas si ça se passe comme ça partout mais en tout cas on peut y trouver de quoi avancer je trouve !

A bientôt !

méli-mélo
Messages : 5
Enregistré le : 15 août 2018, 14:38

Re: Epuisée, à bout

Message par méli-mélo » 16 août 2018, 22:36

Bonsoir

je te comprends tellement, je suis nouvelle sur le site

j'ai eu des jumeaux cette année et j'alterne des moments de bonheur intense, je les aime à la folie mes bébés et de déprime où je regrette d'avoir des enfants et des fois je pleure de fatigue
j'ai une grossesse et une cesarienne qui se sont bien passées sur le plan médical; mais la césarienne m'a traumatisée, j'ai encore parfois des douleurs et je me sens cassée en deux...
pourtant mes bb font leur nuit depuis plusieurs mois et sur les 2 un seul est un peu difficile il pleure car il a des coliques des fois. aujourd'hui j'ai beaucoup culpabilisé car énervée je l'ai bercé brusquement et ça a touché le sol. je me suis vue le secouer pour qu'il arrête ses cris mais je ne l'ai pas fait.

je regrette notre vie d'avant avec mon compagnon, on bougeait beaucoup, on avait une vie sympa resto voyages amis...et depuis leur naissance, à la maison des fois j'étouffe, j'ai du mal à respirer et j'ai souvent chaud. quand on sort avec eux, c'est ou ça passe ou ça casse du coup on limite nos sorties.
je sors seule souvent et ça me fait du bien mais quand je rentre c'est reparti couches, bib... j'ai l'impression que ça ne s'arrêtera jamais.

on les a fait garder 2 jours cet été et être en amoureux au calme c'était super. Je vous conseille de le faire même quelques heures si vous pouvez

courage et à bientot

méli-mélo
Messages : 5
Enregistré le : 15 août 2018, 14:38

Re: Epuisée, à bout

Message par méli-mélo » 16 août 2018, 22:42

bonjour à toutes

je suis nouvelle sur le forum

y a t'il des mamans qui ont des jumeaux et qui ont survécus ? ::d
peut-être des tuyaux ou des expériences
je suis souvent à bout de nerfs et épuisée je me lève et me couche fatiguée
je suis d'habitude quelqu'un de jovial, de sociable et de fort mais dernièrement j'ai eu des idées suicidaires

merci

Répondre