Maman Blues a 10 ans !

BERGERET AMSELLEK Catherine : "Ca se discute", Psychanalyste-Psychothérapeute, Paris

Catherine Bergeret Amsellek : "Ca se discute", Psychanalyste-Psychothérapeute, Paris


Elle accompagne depuis 15 ans des femmes enceintes et des pères en devenir. Elle connaît donc bien les difficultés de la maternité, du devenir-mère et de l'évolution des relations entre la mère et l'enfant. Elle s'occupe aussi des problèmes psychologiques liés à la stérilité, à l'avortement, à la procréation médicalement assistée. Elle a publié en 1997 "Le mystère des Mères" aux éditions Desclée de Brouwer.

Qu'est-ce que l'instinct maternel ?

Toute femme a accès a l'instinct maternel. Il est parfois enfoui à cause d'une hypermédicalisation. Il s'agit d'une préoccupation que toutes les femmes ont en elles et qui fait partie de l'essence même de la femme. La mère a cette capacité particulière de s'identifier aux besoins de son enfant et à ses désirs. L'instinct part du corps. Le corps est alors le lieu de transmission entre le psychologique, le biologique et le culturel. Le jugement de Salomon qui découvre la vraie mère d'un enfant en proposant de le découper pour qu'elles se le partagent (c'est celle qui en pleure), révèle bien cette fusion corporelle et affective. L'instinct, c'est tout ce qui est plus fort que nous, tout ce qui est inscrit en nous et qui ressort dans toutes les grandes phases de notre existence.

Apprendre à être mère

Toutes les femmes ont accès à l'instinct maternel. Elles ne naissent pas mère, mais le deviennent. Cela passe par un profond séisme qui ébranle les femmes dans leur identité. C'est le bébé qui donne le mode d'emploi. Sa naissance crée un décalage entre le bébé imaginaire, idéalisé, et le bébé réel qui pleure, réclame sa tétée ou sourit à sa maman.
A ce stade, la mère cesse d'être la petite fille et devient une mère. Elle va apprendre son rôle au quotidien en surmontant la peur du premier bain et en inventant une structure familiale autour de l'enfant. Les parents grandissent en même temps que le bébé. Le simple fait de devenir maman à son tour est un moyen pour une femme de se détacher de ses parents par la reconnaissance qu'elle est capable, elle aussi, d'être mère et adulte. On est là dans quelque chose qui est de l'ordre de la transmission de pouvoir et qui peut- être, plus ou moins bien, accepté par celle qui devient grand-mère. Il n'y a pas de recette pour devenir une bonne mère : il faut se faire confiance à soi-même, s'inventer... C'est une danse.
Devenir mère c'est à la fois être renvoyée à ses propres origines et à son passé, c'est changer de génération du jour au lendemain en créant une nouvelle branche de l'arbre familial et c'est enfin s'engager pour le futur en créant une vie. On comprend que ce soit une expérience traumatisante dans l'instant (avec les peurs liées à l'accouchement qui s'y rajoutent) et qu'elle entraîne des transformations radicales et définitives de l'identité.

A chaque parent, un rôle

Pour la mère, c'est celui de la douceur, de l'enveloppe, qui doit permettre à l'enfant de survivre dans les premiers temps et lui apprendre ensuite à s'épanouir en toute sécurité afin de devenir autonome et d'oser un jour se séparer de sa mère.
Le père, lui, a le rôle du tuteur, de la colonne vertébrale de la famille. C'est lui qui nous sépare de notre mère, c'est lui aussi qui fixe nos limites. Il sécurise dans la distance. C'est lui qui dit non, il incarne la loi. Il montre que tout n'est pas possible et aide ainsi à structurer l'enfant. Les deux parents ont donc un rôle complémentaire.

La relation mère-enfant

La maternité représente tout un parcours. A chaque étape, la féminité de la mère prend corps et transmet un message à son enfant. Par le premier corps à corps, elle transmet un message, une musique. Elle en transmet d'autres par sa façon de le porter, de le changer. En cas de choc, de deuil, ou après un avortement par exemple, quelque chose de cette turbulence peut être capté par le bébé et rester dans sa mémoire pour se réveiller un jour. Il est donc important lorsqu'une maman fait une erreur de l'expliquer à l'enfant. Les mères pathogènes (qui frappent leur enfant sans raison par exemple) sont très nuisibles à l'enfant car elles sèment la confusion, envoient un message que l'enfant n'est pas à même d'intégrer au lieu de lui envoyer des messages structurants.
Lorsqu'une mère rejette carrément son enfant, c'est que quelque chose ne s'est pas passé avec sa propre mère et qu'une problématique oedipienne n'a pas été résolue. La femme doit alors renouer avec la mère imaginaire idéalisée, la mère trésor, et rompre avec la mère poison, dont les actes comportent une ambivalence destinée en fait à sa propre mère. J'ai eu, par exemple, une patiente qui perdait tous ses enfants au sixième mois de grossesse. Cela venait du fait que son grand-père était mort d'une maladie qui avait duré six mois et dont elle n'avait jamais fait le deuil. Inconsciemment, elle s'interdisait de donner la vie au moment qui coïncidait avec la mort de son grand-père.

Enfant imaginaire-enfant réel

Accomplir le désir d'avoir un enfant est parfois chargé en leurre, car l'enfant du désir est un enfant imaginaire, toujours un peu désiré pour réparer quelque chose dans l'accomplissement du destin de ses parents. Il est donc primordial de tuer cet enfant imaginaire pour laisser la place à l'enfant réel. C'est le prix à payer pour accéder à la maternité. L'enfant qui arrive, est un enfant réel, toujours différent de ce que l'on avait espéré. Il faut que la maman s'approprie sa propre maternité grâce à son bébé qui va la guider à chaque instant et qui la fait devenir mère.

Présence indispensable du père

Cette relation unique mère-bébé ne peut exister qu'avec la présence d'un père qui aura par sa présence réelle un rôle de soutien. C'est le père qui va lui donner confiance en elle. C'est le père qui va lui dire qu'elle est capable. Il va lui apprendre aussi à pouvoir se séparer de son enfant et à créer l'autonomie.

 

Elsa Grangier, chroniqueuse aux Maternelles sur France 5, marraine de Maman Blues

NOUVEAU !
Nouvel ouvrage auquel Maman Blues a participé :

Soutenez Maman Blues

Pour rester informé des actions à mener, pour partager nos informations et nous soutenir, adhérez à l'association Maman Blues.

Désormais, vous pouvez régler votre adhésion en ligne et en toute sécurité avec Paypal.

Logo Paypal

Vous pouvez également nous soutenir en vous rendant sur notre profil HelloAsso (lié à MailForGood)

ha-logo

Logo du label 'Droit des usagers de la santé'Label de la Commission sur les Droits des Usagers accordé à notre plaquette d'information sur la difficulté maternelle

 

Regarder, rire, s'émouvoir... Acheter !

Nos partenaires

MagicMaman, partenaire de Maman Blues

 

Allo Parents Bébé, partenaire de Maman Blues

Design et mise en place par ikicrea.com, création de sites web Marne-la-Vallée, 77