Avertissement

Le site web de Maman Blues étant en cours de remaniement, il est possible que certaines pages n'apparaissent pas comme avant. Il ne devrait pas y avoir de dysfonctionnement pendant votre visite mais n'hésitez pas à nous signaler tout problème rencontré, par mail à webmaster@maman-blues.fr.

La question du maintien ou non des liens entre la mère et son bébé se renouvelle devant chaque mère psychotique, sans que l'on ne dispose toujours de tous les éléments pour en décider de manière sûre. Quels que soient le lieu et le moment où se pose cette question, que ce soit à la maternité devant une mère délirante ou dissociée, ou que ce soit dans le cadre d'un suivi postnatal, assuré par exemple par la PMI, on est toujours frappé des passions qui règnent alors autour du berceau, entre ceux qui pensent qu'il est inconcevable de laisser un bébé avec sa mère psychotique, et ceux qui pensent au contraire que la mère va s'effondrer si on la sépare de son bébé.

Toutes les pouponnières constatent une évolution de leur population depuis une quinzaine d'années : le nombre d'enfants confiés à titre temporaire a considérablement diminué alors qu'au contraire, celui des bébés placés par OPP (ordonnance de placement provisoire) par les juges d'enfants à l'Aide Sociale à l'Enfance n'a cessé de croître.
Or, une part importante de ces placements concerne des enfants confrontés à la pathologie psychiatrique de leur mère (ou de leurs parents). Ce fait est bien sûr à rapprocher des changements considérables qui ont été mis en oeuvre ces dernières décennies dans la prise en charge des populations souffrant de troubles psychiques et plus particulièrement des patientes schizophrènes, dont la vie quotidienne se rapproche de plus en plus de celle des autres femmes, avec les problèmes de fécondité qui s'en suivent.


Pour lire la suite, cliquez pour télécharger le document complet en version pdf