Maman Blues a 10 ans !

LEMAITRE Véronique : "Les conséquences des difficultés de la relation parent-enfant"

Consultable sur ce lien : http://www.adiph.org/acophra/enfant.html.

Psychanalyste. Grenoble.
Tout d'abord, une question :

"Qu'appelle-t-on la relation précoce ?"
C'est la première année de vie de l'enfant, et plus particulièrement la période de 0 à 6 mois.

Cette période est, d'ailleurs, très à la mode mais quelles en sont les raisons ?
En fait, il y a une vingtaine d'années, on s'intéressait plutôt à ce qui se passait avant 6 ans. Le livre de Colette CHINAN " tout se joue avant 6 ans " en est la preuve.

Mais peut-on dire, 15 ans après, " Tout se joue avant6 mois " ?
Pas tout à fait, même si des événements importants se déroulent pendant cette période.

Cet exposé se divisera en plusieurs parties :
Nous commencerons avec un peu de théorie sur la représentation de la vie mentale des bébés en tenant compte des travaux développés depuis une cinquantaine d'années. Ce qui nous permettra de proposer un modèle de développement provisoire, sur lequel on s'appuie pour la compréhension des pathologies des enfants et des systèmes thérapeutiques mis en place.

Puis Madame LEMAITRE nous rendra compte du déroulement d'une consultation thérapeutique d'un un petit bébé.

Et enfin, en fonction du temps, nous parlerons d'un phénomène courant: " la dépression du post-partum ", celle-ci touche 10% à 15% des femmes qui accouchent, c'est une dépression non psychotique. Quant à la dépression psychotique sa fréquence est de deux pour mille femmes qui accouchent.

1 - A QUOI PENSENT LES BEBES ? DE QUOI LEUR VIE EST-ELLE FAITE ?

Monsieur DELASSUS, psychiatre Marseillais, qui a réalisé des travaux sur l'hospitalisation des mères en difficultés dans le post-partum, propose une vidéo où l'on voit un enfant de un jour, sur une table, qui crie. Il hurle sa détresse car, comme tout bébé, il ne peut pas se débrouiller seul, il ne peut même pas bouger.

Le point de vue de monsieur DELASSU est que le bébé est obligé de développer un système psychique particulier lié au fait qu'il ne peut pas se débrouiller tout seul. Aussi pour lui, le bébé est équipé pour ressentir mais pas pour agir.

Donc le fait important, ici, est: que lorsqu'on ne peut pas agir, on est obligé de réfléchir.

Le bébé est programmé pour solliciter chez les humains qui l'entourent (chez les adultes, mais aussi chez les enfants) des comportements qui sont de nature à faciliter la communication et la relation avec lui.

On ne laisse jamais un bébé pleurer de la sorte, sauf cas particuliers. On vient s'occuper de lui, le changer, le nourrir, le dorloter.

Des chercheurs ont démontré que l'on adapte la hauteur de sa voix au bébé: on lui parle plus haut en tonalité, plus doucement, et on se rapproche de lui à une distance où il voit net, en effet le bébé ne peut pas accommoder donc il ne voit net qu'à une seule distance qui correspond à peu près à la distance de ses yeux à la tête de sa mère quand il est dans ses bras.

Le docteur Winnicott, psychiatre anglais, a montré que les mères étaient équipées psychiquement pour répondre aux besoins du bébé, c'est ce qu'il a appelé: " la préoccupation maternelle primaire ". C'est un état spécial de la mère que l'extérieur peut percevoir comme proche de la folie. La mère va continuer à porter son bébé: " le portage mental " fait, alors, suite au portage physique de la grossesse. C' est le " holding ": la mère ne cesse pas de penser à son bébé, où qu'il soit. Ce holding permet à la mère d'ajuster les soins qu'elle confère à son bébé à ses besoins. (faim, douleur).

Il faut un mois à un mois et demi pour que la mère soit assurée de la manière dont elle comprend son bébé. Et cette adaptation est nécessaire à chaque nouvelle grossesse, la mère doit s 'adapter à son nouveau bébé. On peut dire que cet apprentissage correspond à la capacité de la mère à se mettre à la place du bébé. Des études ont, d'ailleurs, décrit la manière dont les mères se mettaient à la place de leur bébé.

On a découvert que le bébé était victime du même phénomène. Pour s'orienter dans le monde, pour prendre possession de ce monde petit à petit, il se met à la place des adultes qui s'occupent de lui. C'est à dire qu'il a un double point de vue: le sien et celui de sa mère, et c'est par ce va-et-vient entre ces deux points de vue que le bébé arrive à se faire son propre système cognitif.

Le bébé est, donc, programmé pour stimuler la communication avec sa mère. Un film : " Mister bébé ", très à la mode il y a quelques années, montrait que, très précocement, celui-ci reconnaissait l'odeur de sa mère. Cette programmation à la communication est très importante car c'est une nécessité vitale pour l'enfant. Et si l'enfant ne sait pas communiquer avec ses parents, ceux-ci ne pourront pas bien s'occuper de lui, et donc de la qualité de cette communication dépend la qualité du développement du bébé.

Très tôt, dès qu'il est à l'abris de la faim, de la fatigue, le bébé ouvre les yeux et cherche à communiquer avec sa mère.

Maintenant, voyons comment on peut deviner ce qui se passe dans la tête du bébé. Pour cela, on a deux théories: celle développée par les psychanalystes et celle plus récente issue des travaux de la psychologie expérimentale.

Sigmund FREUD a imaginé la vie mentale des bébés à partir du vécu des cures psychanalytiques des adultes et surtout des adultes femmes, et seulement après à partir des enfants mais de manière indirecte car toujours par l'intermédiaire des parents. Le système théorique qu'il a construit a pour idée que la vie mentale vient de l'absence de satisfaction, ce qu'il résume en: " La représentation du sein vient de l'absence de sein " c' est à dire que, dans son idée, l'essentiel de la vie mentale est en rapport avec la tétée, avec le nourrissage.

Le bébé a faim, on lui présente à boire ce qui lui procure une satisfaction qu'il veut reproduire dès qu'il a faim. Et petit à petit la mère va devenir un peu moins ajustée à sa demande, donc le bébé va devoir patienter et c'est de cette attente que la vie mentale naîtrait. Il va, alors, réclamer sa mère, si elle ne vient pas tout de suite, il va devoir créer des systèmes personnels pour attendre sa venue: il va suçoter sa langue, ses lèvres, mettre sa main dans sa bouche et ainsi reproduire le même effet que la tétée d'où cette phrase de FREUD.

Selon FREUD la pensée est appuyée sur l'ensemble des conduites érotiques (se trouver soi-même du plaisir).

Après cela, des études plus concrètes ont été réalisées. Par exemple: Mélanie KLEIN, psychanalyste Anglais, a développée une théorie sur les angoisses primordiales du vécu du bébé en rapprochant les angoisses psychotiques des angoisses du bébé dépendant.

Quant à Winnicott, pédiatre donc ayant vu des bébés sains, il a construit une théorie sur la constitution du sentiment de continuité d'existence, pour le bébé, par les soins de la mère. Si la mère arrive quand le bébé a besoin d'elle (c'est la préoccupation maternelle primaire), le bébé pense que c'est lui qui l'a fait venir. Cette puissance lui donne confiance en lui. Cette évolution de la pensée conduit à évoquer la question du soi, question des chercheurs actuels.

Depuis une vingtaine d'année les travaux réalisés s'appuient sur un système d'observation directe de la mère, par les psychanalystes, selon la méthode d'Ester BICK .Méthode selon laquelle les angoisses primordiales du bébé se retrouvent chez l'adulte psychotique. C'est pourquoi des observations systématisées sur deux ans d'une mère et de son bébé ont été proposés dans la formation des psychanalystes. Ces derniers devaient suivre un bébé sa naissance jusqu'à l'âge de 2 ans, à raison d'une fois par semaine, sans intervenir. Ils décrivaient et réfléchissaient sur leurs observations de la relation de ce bébé et de son environnement. Cette méthode nécessitait un grand investissement et a donc permis d'apprendre beaucoup sur les états de détresse du bébé et de la mère et des complications qu'ils impliquent.

Cette observation a un effet bénéfique, quand il existe un petit dysfonctionnement dans la relation, par la simple présence de l'observateur. En effet, la présence d'un tiers lors des soins corrige la qualité de la relation en donnant une meilleure sûreté en soi au bébé et à la mère. Elle est utile aussi en prévention des troubles psychiques.

Les autres travaux ont été menés selon des méthodes expérimentales et se rapportent plus à l'étude du comportement.

Le Professeur Serge Lebovici, quant à lui, a essayé de s'occuper du bébé à partir de lui-même et non à partir de sa mère. Serge Lebovici a aussi prouvé que l'on peut produire des modifications dans la relation mère-enfant, lors des consultations thérapeutiques, en passant par le bébé.

Et c'est grâce aux travaux de Bolbi sur l'attachement que Lebovici en est arrivé à de telles conclusions.

Bolbi pense que le développement de la pensée et l'attachement ne proviennent pas du nourrissage, contrairement aux théories anciennes.

Selon Bolbi, " l'attachement " c'est ce que l'enfant va mettre en oeuvre pour demander protection jusqu'à ce qu'il soit capable de se débrouiller par lui-même. Ce comportement d'attachement est programmé, il s'organise pendant la première année de vie (entre 6 mois et 1 an) et conditionnera par sa qualité la bonne adaptation, plus tard, de l'enfant à son milieu.

La qualité de ce lien d'attachement est étudiée selon une procédure standardisée d'observation organisée par Mary Answorth: le bébé et sa mère sont placés dans une pièce avec un observateur étranger. On observe alors leur façon de jouer, on les filme. Si l'enfant se sent en sécurité, il explore l'environnement extérieur, ce qui nourrit son développement intérieur.

Puis on demande à la mère de sortir, tout en filmant le bébé durant son absence. Enfin on fait revenir la mère, et on observe comment le bébé fait appel à elle.

Par cette méthode, on peut décrire 3 types d'attachement :

  • L'attachement CONFIANT: En présence de sa mère le bébé s'intéresse peu à elle et explore son environnement. Quand elle part, il se désorganise plus ou moins, il pleure. Dès son retour, il s'appuie sur elle pour se rassurer. C'est le meilleur attachement.
  • L'attachement EVITANT: Le bébé, sachant qu'il ne peut pas s'appuyer sur sa mère, explore seul son environnement, il fait comme si elle n'était pas là.
  • L'attachement AMBIVALENT: L'enfant reste proche de sa mère, mais à des difficultés à explorer le monde, on sent qu'ils ne sont pas bien ensembles. Quand la mère s'en va, l'enfant est perdu; mais quand elle revient il ne se calme pas pour autant. Leur relation est serrée mais inefficace pour les 2.

Ces 3 types d'attachement sont bien ancrés, et les adultes qui les ont eu les transmettent à leurs enfants. Le déterminisme de l'attachement fait qu'il y a transmission de génération en génération.
Nous arrivons donc aux travaux de Lebovici sur la transmission inter-générationnelle de l'attachement.

Celui-ci, au travers d'une consultation thérapeutique où la mère parlait de son environnement et de sa relation avec ses parents, arrivait à dégager l'enfant réel de celui qui est dans la tête de ses parents et en particulier de sa mère.

Il a décrit les différences entre l'enfant imaginaire et l'enfant fantasmatique. L'enfant imaginaire correspond aux représentations conscientes de la mère, à ce qu'elle attend de ce bébé (profession...). L'enfant fantasmatique, quant à lui, correspond à la représentation inconsciente du bébé, c'est à dire au bébé qu'elle aurait voulu avoir de son père ou de sa mère (le plus souvent la femme s'identifie à sa propre mère et veut avoir un bébé de son père, et inversement pour les hommes).

Lebovici a aussi montré que dans l'accueil de son bébé, la mère revit le conflit qu'elle a rencontré avec ses parents. Le bébé devient le lieu de projection de faits qui sont plus en rapports avec les générations antérieures qu'avec sa propre réalité de bébé. Le but des consultations thérapeutiques est de dégager le bébé de ces projections afin qu'il soit considérer dans sa personnalité.

Daniel Stern, par des observations directes des enfants selon des protocoles précis a essayé de trouver une réponse à la question: " Comment des comportements donnent-ils lieu à des pensées et comment des pensées donnent-elles lieu à des comportement ? "

Aux cours de ses consultations, il a découvert des séquences comportementales surprenantes. Par exemple, on peut voir un bébé prendre un objet et taper sur sa mère quand celle-ci raconte combien elle a pu être en colère contre son père ou sa mère.

On ne peut pas parler, ici, de transmission de pensées mais plutôt de transmission de comportements selon Stern. C'est à dire que le bébé perçoit l'état émotionnel anxieux de sa mère par le tonus de son corps, l 'expression de son visage. Il y a toute une organisation cognitive à partir de ses perceptions pour que celles-ci deviennent chargées de sens.

Stern montre comment à force de vivre ensemble, naissent des séquences comportementales qui expliquent le fonctionnement du plaisir d'être ensemble. A partir de ce plaisir d'être ensemble va se créer la vie mentale du bébé. Les mères ont des habitudes d'entrée en communication avec des gestes qui leurs sont personnels; le bébé, lui, reproduit exactement les mimiques de sa mère; ainsi un code de communication, de compréhension se met en place.

Le développement du bébé au contact de l'adulte qui l'élève est donc le fruit de la rencontre entre le potentiel du bébé, programmé pour s'auto-organiser au contact de l'adulte qui lui procure le sein ,et celui de sa mère. Le bébé possède un aptitude à communiquer avec elle.

Le comportement maternel est dicté par les intentions conscientes de la mère mais aussi par ses désirs inconscients et par la programmation trans-générationnelle qu'elle a elle-même subie.

Donc tout ce qui va gêner la communication du bébé avec ses parents va gêner son développement, on peut citer: les problèmes néonatals (prématurité...), les handicaps sensoriels (surdité, cécité...), les anomalies de réponse ou d'initiative de la mère (à noter une mère psychotique peut avoir une bonne préoccupation maternelle primaire et donc être une bonne mère, les problèmes liés à la psychoses n'apparaîtront qu'à la sortie de l'enfance).

2 - EXEMPLE D'UNE CONSULTATION THERAPEUTIQUE

Lors d'une consultation, le consultant doit exercer les mêmes qualités que le bébé lorsqu'il cherche à comprendre la famille qui l'a accueillie. Il doit donc avoir un double comportement avec en surface, celui de l'adulte normal c'est à dire quelqu'un qui parle, qui réfléchit, qui pose des questions, ceci pour rassurer les parents. La conversation sert d'enveloppe humaine pour permettre la perception d'éléments infra-verbaux c'est à dire de comportements liés aux émotions qui gène le désir de communiquer.

Le bébé est le meilleur allié, qui pleure renifle, régurgite, s'agite tout au long de la consultation ou, au contraire, dort.

Le consultant réalise une gymnastique psychique particulière qui revient à alterner la perception du point de vue de l'autre et du sien propre. En effet, c'est en répétant les gestes du bébé que l'on perçoit de l'intérieur ce qu'il est en train de faire. Les mères le savent très bien, c'est comme cela qu'elles calment un bébé qui pleure en imitant son cri tout en diminuant lentement la tonalité de la voix.

Il s'agit donc du petit Marcello, 11 mois, adressé en consultation par son pédiatre.

Depuis sa naissance, sa mère pleure beaucoup, elle a des difficultés avec ce bébé, qui est instable, n'arrête pas de bouger, ne reste pas dans les bras et tombe fréquemment.

La mère, à son arrivée, dit que c'est elle qu'il faut soigner car elle n'est pas bien.

Dans le cabinet, le bébé, porté par son père est calme, il dort. Le père le pose sur le divan où il continue de dormir. Pendant ce temps, les parents racontent que tout a commencé par le décès des deux grands-pères il y 10 ans. Le père de la mère est mort alors qu'elle avait 18 ans d'un accident de voiture. Puis elle a rencontré son mari qui a perdu son père d'un cancer. Ils décideront, alors, de partir à l'étranger où elle tombera enceinte. Alors ils sont revenus en France car elle ne voulait pas accoucher loin de sa mère.

Depuis la naissance de Marcello la maman ne se sent pas bien, elle s'inquiète pour son bébé, a peur qu'il arrive quelque chose à son mari. Le bébé lui, dort toujours, la mère est très bavarde (c'est d'ailleurs souvent le cas dans le post-partum où l'attention est portée sur la mère), le père ne peut pas placer un mot.

Le consultant demande alors de préciser les circonstances de la mort du grand père maternel. La mère a été prévenu par un de ses amis de la survenue d'un événement grave dans sa famille, elle est alors rentrée chez elle. Son père est resté 6 mois à un stade de coma dépassé.

Le rappel de ce souvenir fait pleurer la mère, dès lors le bébé se réveille, se lève et marche en tombant, il semble vouloir se tenir seul, il se dirige vers son père. Il se cogne et la mère continue son récit sans se soucier de lui. Le père, quant à lui, essaye de protéger le bébé.

Le psychanalyste explique alors à la mère qu'elle doit, avant toute préoccupation, s'occuper de son bébé, le prévenir quand elle s'en va; il faut qu'elle communique avec lui.

Quinze jours plus tard, on a pu noter une nette amélioration, la mère était redevenue " maman ", le bébé pouvait alors s'appuyer sur elle. Ils se faisaient des câlins, la mère le protégeait. La dépression de la mère fut traitée aux antidépresseurs.

Dans cet exemple, le bébé incarnait le grand-père maternel, il s'est d'ailleurs mis debout lorsque la mère a évoqué sa perte...

 

NOUVEAU !
Nouvel ouvrage auquel Maman Blues a participé :

Soutenez Maman Blues

Pour rester informé des actions à mener, pour partager nos informations et nous soutenir, adhérez à l'association Maman Blues.

Désormais, vous pouvez régler votre adhésion en ligne et en toute sécurité avec Paypal.

Logo Paypal

Vous pouvez également nous soutenir en vous rendant sur notre profil HelloAsso (lié à MailForGood)

ha-logo

Logo du label 'Droit des usagers de la santé'Label de la Commission sur les Droits des Usagers accordé à notre plaquette d'information sur la difficulté maternelle

 

Regarder, rire, s'émouvoir... Acheter !

Nos partenaires

MagicMaman, partenaire de Maman Blues

 

Allo Parents Bébé, partenaire de Maman Blues

Design et mise en place par ikicrea.com, création de sites web Marne-la-Vallée, 77