Toute demande d'inscription doit être envoyée par mail à cette adresse : forum@maman-blues.fr, en précisant le pseudonyme sous lequel vous désirez être identifiée sur le forum (afin de protéger votre anonymat).
Bien à vous.

Un deuxième enfant après une DPP

oreyoxie
Messages : 298
Enregistré le : 17 janv. 2018, 19:51

Re: Un deuxième enfant après une DPP

Message par oreyoxie » 24 févr. 2018, 18:28

Tu n'a pas à t'excuser.

Le fait d'écrire me soulage, il est vrai que c'est dans le but de me sentir moins seule et épaulé mais moi même parfois je n'ai pas la force d'aller soutenir les autres mamans..
Et je culpabilise aussi car je n'arrive pas toujours à suivre les conseils que je donne et ne suis pas non plus toujours très optimiste dans mes écrits.. Pas très credible tout ça ^^

Mais je crois fort en tout ce que je dis aux mamans par contre :)

Tu as bien raison de prendre du recul par rapport à ton travail et te reposer c'est très sain tu vas te ressourcer plus vite !

Pour le travail personne n'est irremplaçable et ils n'ont qu'à assumer le fait d'être en sous effectif.. Ils sont marrant les patrons à trop tiré sur la corde elle d'effiloche. Nan mais !

A quand le modele américain avec salle de sieste ? Massage ? Baby-foot etc lol

Reposes toi bien et a bientôt

MC
Messages : 763
Enregistré le : 05 avr. 2012, 17:09

Re: Un deuxième enfant après une DPP

Message par MC » 24 févr. 2018, 22:22

Moins aussi, écrire me permet de me sentir moins seul, et parfois le fait d’écrire que ça ne va pas me permet de me soulager un peu, car a qui dire « j’en ai mare, j’ai peur... » mon mari en a mare a force et ne comprend pas toujours...
Mais j’ai du mal à aller voir les autres posts, car je fais facilement « des transferts », j’ai peur que les autres ailles mal, j’ai peur pour eux, je souffre pour eux, car depuis petite j’ai eu peur pour ma mère, peur de SA dépression... J’espère toujours un jour arriver à soutenir les autres mamans !

Je comprends quand tu dis que tu crois fort ce que tu dis aux autres mamans et c’est justement ce que je disais à une collègue il y a quelques jours... Elle est en dépression depuis quelques années aussi et il y a quelques mois elle est venu « craquer » dans mon bureau, moi j’allais plutôt bien, je l’ai soutenu et lui ai montré tous les progrès que l’on avait fait. Puis il y a quelques jours je suis allais dans son bureau car j’en pouvais plus. Elle m’a dit de me souvenir de ce que je lui avais dit que j’avais raison, je le savais mais dans ces moments on ne voit que le pire...

Sur ton post tu m’as demandé si ma dépression a durée 10 ans. J’ai pas trop su répondre, mais je vais essayer ;)
Déjà j’ai fait une première dépression à l’adolescence, 2-3 ans dur et le lycée m’a aidé à remonter la pente.
À la naissance de mon fils, les 5 premières années, je suis resté toute seule avec cette dépression, car trop peur de la dépression, des psy, des médicaments et je ne connaissais pas MB. Les 3 premières années, c’etait de la survie, tous les jours je me battais pour me lever, pour manger, m’occuper de mon fils, aller travailler, pour dormir, une angoisse permanente jour et nuit sans aucun moment de répit, actuellement je ne comprends toujours pas comment j’ai survécu, parfois j’avais envie d’hurler ! Je pensais que j’allais mourir et j’avais peur aussi de faire du mal à mon fils, de lui en vouloir... Ensuite mon fils est entrer à l’école et un jour sa maîtresse m’a dit qu’il était bien dans sa tête et ses baskets, j’ai eu un petit déclic, mon fils va bien, je dois penser un peu à moi, me faire confiance... les 2 années qui ont suivi les angoisses étaient toujours présentes mais moins, j’ai retrouvé le sommeil, l’appétit, la confiance en moi concernant mon fils, j’ai réussi à vraiment avoir des moments de complicité avec mon fils, sans avoir l’impression de faire semblant... Puis l’envie d’un autre enfant était là, j’avais peur mais je voulais un deuxième enfant plus que tout, plus que cette dépression, et oui ! Donc 5 ans après je retombe enceinte et là dès le test +, l’enfer revient, je ne mange plus, je ne dors plus..., cette fois ci je n’ai plus la force de me battre seul car un petit être est dans mon ventre, même si c’est un embryon, pour moi c’est un bébé. Je vais voir mon médecin je lui explique tout je lui parle d’ivg car je veux que cette survie s’arrête, je veux vivre, et je ne veux pas faire de mal au bébé... Mais coincé car ce bébé je l’ai tellement voulu, comment le faire partir ! Ensuite FC et là tout s’écroule, l’enfer est bien de retour. Mais je décide de continuer à me faire aider, je vais voir une psy (merci MB pour m’avoir soutenu :coeur: ), elle veut que je prenne des AD, je fais enfin confiance à mon médecin traitant, mais j’ai très peur... Il m’a fallu quelques mois (combien sincèrement je sais plus) pour voir que les AD m’aidaient et ne me tuaient pas, j’ai compris beaucoup de choses en thérapie, la plus importante prendre de la distance avec ma mère nocive. Et depuis ce temps beaucoup de choses on changer, beaucoup des hauts, je me suis retrouvé comment avant cette dépression (même parfois mieux), je revis vraiment, j’aime mon fils sans doute, je refais du sport... j’aime la vie :coeur:
Puis des bas, qui sont plus ou moins dur... Surtout depuis cette été, oublie de pilule, puis des signes de grossesse, à la fois contente et angoissée, mais non grossesse nerveuse l’envie est toujours présente mais bon la peur aussi... puis il y a quelques semaines mon mari me dit c’est maintenant ou jamais pour de deuxième vu notre âge, et là tu connais je pense, non il n’y aura pas de deuxième enfant car je ne peux pas :pleur4: Ma décision est définitivement prise mais depuis je vais mal, ces pleurs et surtout ces angoisses qui reviennent. Envie parfois de vomir, peur de ne plus dormir, angoisses paralysantes qui reviennent et qui partent heureusement, je ne suis pas en mode survie, mais j’ai si peur un jour d’y retourner... puis cette grosses nerveuse qui revient qui repart, j’ai eu mal à la poitrine encore toute la journée :(

Sincèrement je pense que ce n’est qu’un passage, ça va passer, je le sais même si parfois j’en ai MARE !!! (bon faut que je m’en souvienne parfois :mrgreen: ), je sais que je resterais fragile, mon traitement sera sûrement à vie (je l’accepte aujourd’hui), mais j’ai de beaux jours devant moi, comme toutes les mamans ici :coeur: :coeur: :coeur:

oreyoxie
Messages : 298
Enregistré le : 17 janv. 2018, 19:51

Re: Un deuxième enfant après une DPP

Message par oreyoxie » 25 févr. 2018, 20:15

Bonsoir Mc,

Merci pour m'avoir confié ton histoire,

Notre fragilité nous fait facilement faire des "transferts" tu as raison de te préserver. On ne peut pas porter tous les malheurs sur nos épaules et voir les autres souffrir ravive nos souffrances quand on est pas"guerrie" et tu pourras aider si tu le souhaites quand tu te sentiras prête.

Je crois qu'on rêve toute d'écrire dans la partie "et après".
Ça me paraît inaccessible et très utopique..

Que de périples, que de force..
3 ans dans la douleur sans demander d'aide quel courage.
Tu as été à nouveau heureuse, vraiment et c'est très porteur d'espoir pour moi. Ça et le fait que ton loulou n'est pas souffert de cette situation.
Car ça rajoute de la culpabilité et il me semble que nous en portons beaucoup..
T'es rapports avec ta mère ce sont ils apaisés ?
Moi j'en veux à la mienne. Je lui rejette la faute de mon mal être..
Je suis jalouse de mes copines qui ont des supers mamans..
Je dois l'accepter et me dire qu'elle a fait comme elle a pu que je ne suis pas elle que je suis moi et que ma fille va m'aider à guérir..

Une grossesse nerveuse doit être très difficile à vivre car tu es en conflit entre ton conscient et inconscient mais ta psy va pouvoir t'aider à démêler tout ça et à accepter pleinement ton choix.

Je te souhaite vraiment bon courage, personne ne mérite de souffrir comme cela.
Soyons douce avec nous même ;)

Pour le traitement il n'y a aucune honte à en prendre un si cela te permet de vivre apaisé.
De plus rien ne garantie que ce soit à vie et quand bien même !!! Tu l'acceptes et ça c'est primordial =)

A très bientôt!!

MC
Messages : 763
Enregistré le : 05 avr. 2012, 17:09

Re: Un deuxième enfant après une DPP

Message par MC » 26 févr. 2018, 16:37

Finalement je suis retourné au boulot, je n’arrive pas a me faire à l’idée de rester à la maison alors que pleins de boulot m’attends. De plus je sais que c’est prendre du retard et que je devrais encore tout rattraper toute seule, donc non !
Mais j’avoue que je ne suis pas encore bien, grosses crises d’angoisses qui viennent, qui partent, heureusement…
De plus je ne suis pas encore rétablie entièrement de ma grippe…
Ça ne va pas plaire à ma psy tout ça, elle m’a dit retourne au médecin pour te reposer la semaine…


« T'es rapports avec ta mère ce sont ils apaisés ?
Moi j'en veux à la mienne. Je lui rejette la faute de mon mal être..
Je suis jalouse de mes copines qui ont des supers mamans..
Je dois l'accepter et me dire qu'elle a fait comme elle a pu que je ne suis pas elle que je suis moi et que ma fille va m'aider à guérir.. »

J’ai pris énormément de recul concernant ma mère, je ne l’a voie qu’une fois tous les 15 jours pendant 3 – 4 heures, sans appel, elle me raconte tous ses problèmes de santé (dépression qu’elle ne veut pas admettre, elle préfère pensait qu’elle a des cancers…), de mon côté je ne lui raconte plus rien a part des choses banales, « il fait beau… » (plus de critique, car elle ne sait plus rien), même quand je vais mal, je lui dit « tout va bien » car je sais qu’elle va m’enfoncer… J’ai appris à faire avec, je me sens beaucoup mieux comme ça. Avant je me sentais obligée de l’appeler tous les jours, de supporter ses critiques, ses malheurs, maintenant je me sens libéré de tout ça.
Contrairement à toi j’ai du mal à lui en vouloir, elle m’a tellement dit qu’elle avait toujours fait de son mieux, tout pour moi, sans elle j’en serais pas là, que j’ai du mal à lui en vouloir. Et pourtant je sais bien que si j’en suis là aujourd’hui (comme elle le dit), c’est que je me suis battue pour avoir des diplômes du boulot…, mais que si je suis en dépression c’est bien parce qu’elle m’a toujours rabaissée…

Non tu n’es pas ta mère et tu feras autrement, comme tu le ressens TOI.

MC
Messages : 763
Enregistré le : 05 avr. 2012, 17:09

Re: Un deuxième enfant après une DPP

Message par MC » 27 févr. 2018, 07:55

Je ne vais pas travailler aujourd’hui, j’ai pris rdv au médecin (remplaçante), toujours cette grippe et ces angoisses, je suis épuisé !
Je culpabilise encore :-/

oreyoxie
Messages : 298
Enregistré le : 17 janv. 2018, 19:51

Re: Un deuxième enfant après une DPP

Message par oreyoxie » 27 févr. 2018, 12:31

Bonjour Mc,

La culpabilité notre meilleure ennemie.
Tu as très bien fait de t'arrêter de de prendre du temps pour toi. Ce n'est pas un échec mais un temps nécessaire pour prendre du recul.
La tête dans le guidon on a parfois du mal à réfléchir j'ai lu quelque part, ici sans doute.. ^^ que les angoisses pouvaient être considéré comme un signal d'alerte pour que tu puisses te recentrer.
J'y crois en effet car ma situation actuelle aurait pu être éviter si j'avais pris en considération les petits signaux.
Je ne l'aurais sans doute pas fait d'ailleurs..

J'essaye de me dire que ce "craquage permet de vraiment de voir les choses autrement, d'apprendrehender la vie avec plus de sérénité.

J'ai une image qui me revient souvent: allongée sur une plage, le chapeau de paille sur ma tête, le soleil qui passe à travers, l'ombre, l'odeur de la paille, le bruit des vagues..
L'apaisement.. Je l'imagine et ça me donne le vertige.

Une mère rabaissante, malade imaginaire (on lui a quand même enlever l'intestin et on ne trouve rien..) je connais.
Je pensais avoir travailler accepter le fait qu'elle ne changera pas. Vraiment. mais à la naissance de ma fille je me suis dis : "et si moi je ne changeais pas.. Que je restait comme elle ?".
M'enfin je suis MOI et c'est puis c'est tout ^^

Tu vous ta psy régulièrement ? Elle va être contente que tu l' aïs écouté car avec objectivité elle sait peut être plus que toi ce qui est mieux pour toi aujourd'hui :) c'est à dire du repos.

:hello:

MC
Messages : 763
Enregistré le : 05 avr. 2012, 17:09

Re: Un deuxième enfant après une DPP

Message par MC » 27 févr. 2018, 22:02

Encore un point en commun nos mères..
J’ai longtemps eu peur d’être comme m’a mère... Et elle m’a beaucoup critiqué en tant que maman, en plus. Mais avec le temps, ma reconstruction, je me trouve une bonne maman, non je ne suis pas cette mère... Je ne dis pas que je suis parfaite, mais mon fils a le droit de s’exprimer, d’avoir ses émotions, de penser autrement que moi, d’être lui même, d’avoir des bisous, des câlins, des « je t’aime »... Accepter notre dépression, se faire suivre, se faire aider, nous sert aussi à ne pas reproduire, c’est aussi aider nos enfants...

Ma psy je l’a vois toujours tous les 15 jours, elle m’a énormément aidé à remonter la pente. J’en parle souvent... C’est un budget, mais la santé n’a pas de prix... J’étais sur le point d’espacer mes rdv mais je vais attendre encore un peut ;)

Ou en es tu concernant ton psy ? C’est très important le suivi, d’avoir quelqu’un à l’ecoute, qui guide...

Sinon aujourd’hui, le médecin m’a mise en arrêt jusqu’à vendredi. Aujourd’hui quasiment pas d’angoises :) Je récupère doucement de ma grippe... Ma psy sait à quel point je peux résister pour aller au boulot, quitte à m’écrouler, mais non j’ai essayé d’y retourner lundi, trop mal, jeudi j’ai faillit avoir des accidents de voiture car trop mal, donc stop, je prend enfin soi de moi :coeur:

oreyoxie
Messages : 298
Enregistré le : 17 janv. 2018, 19:51

Re: Un deuxième enfant après une DPP

Message par oreyoxie » 01 mars 2018, 14:03

Bonjour Mc,

C'est tout de même incroyable ce que nos blessures blessurent d'enfants conditionnent nos vies d'adultes.

Quelque part c'est logique, c'est notre histoire et on ne peut pas l'effacer comme si de rien n'était.
Il faut l'accepter pour avancer et d'accepter malgré que notre estime de nous soit pas très haute.

J'ai longtemps voulu me réveiller de se cauchemards retrouver apaisement joie de vivre au quotidien.
Je ne crois pas cela possible et je pense que ça ne serait pas l'idéal non plus..
Je ne pense même pas que cela soit la vrai vie.
Mais plutôt une vie idéalisé et rêvé.

Une phrase que j'ai lu quelque part résume bien ma pensée.

"on imagine le passé mieux qu'il ne l'était, le présent pire qu'il ne l'est, et le futur mieux qu'il ne le sera"

Je me reprend à me sentir de plus en plus souvent "comme avant".
Et ce "comme avant" n'était pas comme je l'imaginais quand j'étais au fond du trou.. Il n'est pas si heureux, si joyeux, si idyllique..

Il est ce qu'il est, j'accepte de vouloir plus, d'être agacée par mon conjoint et ma fille d'être triste, de ne pas toujours aime mon travail.

J'ai le sentiment parfois que je le bloque mes moments heureux que je n'en profite pas pleinement par peur qu'il s'évapore ?

Les moments bas sont la pour sublimer les moments hauts. =)

Je crois avoir toujours été comme ça..
C'est mon mode de fonctionnement et je m'épuise à vouloir le changer..

Existes t il des personnes toujours contente de ce qu'elles ont ? Sans jamais se poser de question ?

Elles m'énerveraient un peu ces personnes là lol
J'ai envie d'être entouré de positif et de gens "heureux".
Pas grave si je ne le suis pas moi même à 100%.
Je veux puiser ma force dans le bonheur et si cela doit remettre ma vie en question ça le fera.

Te reposes tu bien ? Arrives tu a relativiser ?
Je pense qu'en effet un bon psy t'aider à déverrouiller certaines serrures bien rouillées ..

Pas encore trouvé celui qui me correspond..
Mais je ne désespére pas. ^^

Profites bien de tes hommes. A bientôt ! :)

Kroko
Messages : 1216
Enregistré le : 26 mars 2017, 15:51

Re: Un deuxième enfant après une DPP

Message par Kroko » 31 mars 2018, 20:56

Je débarque sur ce fil, sans n'avoir rien lu.
Avant d'avoir ma petite,j'étais sûre de vouloir deux enfants. Puis les difficultés pour l'avoir (fiv), le tsunami de la dpp... Je me suis dit que je ne survivrais pas à une deuxième grossesse puis naissance. J'y pensais sérieusement, en ces termes. Et voilà, je suis toujours là, et bien avec ma fille que j'adore. Et je me surprends à être obsédée par l'idée qu'elle grandit, qu'elle va "m'échapper", qu'il faut que je profite du présent... Et même pire, je m'enferme dans des regrets. Ceux de n'avoir pu la porter, la câliner, faire du peau à peau. Des angoisses que j'avais de mal faire. Tant de choses que je ferais autrement... Et si je faisais autrement ? Et si j'en avais un deuxième ? Mais alors, est ce que ça n'est pas de la folie ? Ne vais je pas m'enfoncer dans la dépression à nouveau ? Et n'est ce pas une trahison pour ma petite ? Je suis perdue. Je sais que je ne me suis pas pardonné la dpp. Je m'en veux de l'hospitalisation. Je culpabilise encore beaucoup. Je veux de la réparation, mais ce qui est passé est passé... On ne peut que faire la paix avec. Est ce que c'est un leurre, de se dire qu'une deuxième maternité peut réparer les choses ?

Avatar du membre
Adelie
Messages : 2970
Enregistré le : 17 févr. 2010, 23:56

Re: Un deuxième enfant après une DPP

Message par Adelie » 02 avr. 2018, 17:14

Chère Kroko,
Une 2ème grossesse ne répare rien du tout... c'est une nouvelle aventure, une nouvelle histoire. En revanche, ce n'est pas une page blanche. On la vit avec son expérience, on est mieux armée, on sait qu'on doit être entourée, mieux suivie... mais ça ne répare rien de ce qu'on a loupé avec la première. J'ai réparé avec mon fils, mais avec lui, pas avec le 2ème ! Plus il grandissait, plusjee "rattrapais". Nous nous sommes donné le droit du co-dodo très tard par exemple, je me suis mise à la porter quand il a eu 1 an, et jusqu'à 3 ans !
Le désir d'un 2ème, si'l aboutit, est plus fort que tout...aucun raisonnement intellectuel ne te donnera raison oui tard car iul s'agit d'émotion, d'élan affectif. En revanche, si ce désir prend corps et qu'une grossesse arrive, il faut effectivement être vigilante, se faire accompagner dès le début...
1000 pensées en cette fin de we...
Adélie, une mère, maintenant en paix, de deux garçons nés en 2003 et 2007

Répondre