Toute demande d'inscription doit être envoyée par mail à cette adresse : forum@maman-blues.fr, en précisant le pseudonyme sous lequel vous désirez être identifiée sur le forum (afin de protéger votre anonymat).
Bien à vous.

Message du futur...

Répondre
Lullaby
Messages : 242
Enregistré le : 21 janv. 2011, 21:13

Message du futur...

Message par Lullaby » 29 nov. 2017, 22:41

Bonsoir à chacune de vous,
qu’il est loin ce temps où je me trainais, désespérée, persuadée d’être cassée, fichue, foutue pour toujours, et que tout ce que je parviendrais à faire ça serait de simplement rester vivante et faire acte de présence, comme je pourrais.
Qu’il est loin ce temps-là, et vous qui me lisez, du fond de votre abîme personnel, soyez assurée que la lumière finit par revenir, la familiarité avec soi, le côté évident de tout plein de petites choses « comme avant », et même, avec une petite saveur en plus, justement parce qu’on est passée par tout ça.
Je les ai lus ces messages de la « difficulté passée », quand j’osais espérer un peu, et ils me faisaient tous l’effet d’être des lumières lointaines, comme une côte qui se dessine dans la nuit, quand on a longuement navigué dans le noir, mais une côte dont on ne sait pas encore comment s’approcher.
Ces quelques mots pour vous dire que moi aussi j’ai vraiment cru que tout était fini pour moi. Définitivement. Et rien en pouvais me rassurer puisque je me sentais étrangère à moi-même, changée, cassée…
La métaphore aquatique correspond tellement bien à cet état, qui oscille aussi en vagues, vagues d’angoisses qui montent en apogées désespérantes puis redescendent nous laissant simplement lucides sur un moment de folie, vagues de mieux, de retour d’envies dont le ressac est douloureux.
Mais vagues après vagues, on finit par comprendre que ce sont des moments qui s’enchainent, que l’état intérieur suit une météo complexe, et qu’il y a tout avantage à vivre pleinement les éclaircies, et accueillir l’orage simplement avec l’idée qu’une accalmie lui succèdera forcément.
J’ai trouvé qu’il y avait une familiarisation progressive avec les crises d’angoisses, qui faisaient qu’elles cessaient de me prendre au dépourvu. Tout a changé quand j’ai cessé de fuir pour me mettre à l’abri et que j’ai décidé de considérer attentivement ce déchainement : en face.
La douleur, en face, comme une partie précieuse de soi qu’on a trop maltraitée jusque-là.
J’ai fini par la prendre dans mes bras cette douleur qui me tordait le ventre, comme j’aurais bercé une petite, comme si j’étais mon troisième enfant née après les deux autres, dans une naissance tardive mais salutaire.
Et quand on peut commencer à être tendre avec sa douleur, on peut commencer à se consoler, à se dire des paroles gentilles et encourageantes. Pouvoir compter sur moi-même a finalement été le fruit de cette expérience, non choisie, longuement subie, puis assumée comme un passage initiatique, et même à postériori comme une chance formidable que j’ai eu de m’approcher de mon moi véritable, authentique. Cela m’a permis de cesser de simplement me conformer à des idéaux sociaux bien vernis. On peut dire qu’avant ça j’avais en quelque sorte « zéro faute » sur tous les plans, brillante et perfectionniste, mais à quel prix ! Je m’étais largement laissée de côté.
Réjouissez-vous, tout ce bazar, ce vertige existentiel, ces larmes, ce foutoir qu’on n’arrive pas à mettre en ordre, c’est une porte qui s’ouvre, et une belle opportunité si on en profite pour se mettre au travail avec un professionnel qui peut accompagner cette « naissance psychique ».
Et un jour c’est vous qui écrirez dans la rubrique de la « difficulté passée ». C’est la rubrique d’un futur d’où chacune pourra écrire.

Ce que je vous écris là, à toutes qui êtes dans la peine, je l’écris aussi du futur à cette femme désespérée que j’ai été, accueillie dans les bras rassurants de mamanblues.

Aujourd’hui je vis, fais des projets et ai réalisé des choses que jamais je n’aurais imaginé dans ma difficulté, et j’ai même envie de dire des choses que je n’aurais pas été capable d’entreprendre si je n’étais pas passée par là ! Mes enfants pour qui je craignais une structuration chaotique auprès d’une mère dévastée vont en fait très bien, et la relation est toujours plus ensoleillée (les nuages font partie du tableau mais passent leur chemin !)

Merci de m’avoir soutenue jour après jour, jusqu’à ce que je puisse me passer de ma connexion quotidienne et reprendre mon chemin « comme une grande ». Je n’écris plus depuis longtemps sur ce forum, mais j’y passe de temps en temps et constate que vous êtes d’une constance remarquable dans votre soutien . Voici ma pierre à l’édifice.

A une prochaine!
Lullaby

hirondelle
Messages : 5991
Enregistré le : 05 févr. 2014, 23:55

Re: Message du futur...

Message par hirondelle » 30 nov. 2017, 20:14

Merci Lullaby pour ce formidable message d'espoir...

C'est une belle contribution à l'édifice ce beau message .
Oui on en sort grandi... mais quelle tourmente, que de doutes sur l'avenir ressassés tel un tourbillon...avant l'apaisement..

Tu repasses ici quand tu veux, tu y seras toujours la bienvenue...

Je te souhaite plein de doux projets et d'infinis tendres moments avec ta petite famille :coeur: :super:
Toutes ces pierres sur lesquelles on se hisse … Et qui font de nous un édifice
On a tous au fond du mental ...Toutes ces choses fondamentales
Qui nous poussent et qui nous font pousser
Cachées là au fond du mental ...Ce sont les choses fondamentales

guérir
Messages : 4883
Enregistré le : 04 févr. 2010, 19:29

Re: Message du futur...

Message par guérir » 30 nov. 2017, 20:50

Lullaby a écrit :Bonsoir à chacune de vous,
qu’il est loin ce temps où je me trainais, désespérée, persuadée d’être cassée, fichue, foutue pour toujours, et que tout ce que je parviendrais à faire ça serait de simplement rester vivante et faire acte de présence, comme je pourrais.
Qu’il est loin ce temps-là, et vous qui me lisez, du fond de votre abîme personnel, soyez assurée que la lumière finit par revenir, la familiarité avec soi, le côté évident de tout plein de petites choses « comme avant », et même, avec une petite saveur en plus, justement parce qu’on est passée par tout ça.
Je les ai lus ces messages de la « difficulté passée », quand j’osais espérer un peu, et ils me faisaient tous l’effet d’être des lumières lointaines, comme une côte qui se dessine dans la nuit, quand on a longuement navigué dans le noir, mais une côte dont on ne sait pas encore comment s’approcher.
Ces quelques mots pour vous dire que moi aussi j’ai vraiment cru que tout était fini pour moi. Définitivement. Et rien en pouvais me rassurer puisque je me sentais étrangère à moi-même, changée, cassée…
La métaphore aquatique correspond tellement bien à cet état, qui oscille aussi en vagues, vagues d’angoisses qui montent en apogées désespérantes puis redescendent nous laissant simplement lucides sur un moment de folie, vagues de mieux, de retour d’envies dont le ressac est douloureux.
Mais vagues après vagues, on finit par comprendre que ce sont des moments qui s’enchainent, que l’état intérieur suit une météo complexe, et qu’il y a tout avantage à vivre pleinement les éclaircies, et accueillir l’orage simplement avec l’idée qu’une accalmie lui succèdera forcément.
J’ai trouvé qu’il y avait une familiarisation progressive avec les crises d’angoisses, qui faisaient qu’elles cessaient de me prendre au dépourvu. Tout a changé quand j’ai cessé de fuir pour me mettre à l’abri et que j’ai décidé de considérer attentivement ce déchainement : en face.
La douleur, en face, comme une partie précieuse de soi qu’on a trop maltraitée jusque-là.
J’ai fini par la prendre dans mes bras cette douleur qui me tordait le ventre, comme j’aurais bercé une petite, comme si j’étais mon troisième enfant née après les deux autres, dans une naissance tardive mais salutaire.
Et quand on peut commencer à être tendre avec sa douleur, on peut commencer à se consoler, à se dire des paroles gentilles et encourageantes. Pouvoir compter sur moi-même a finalement été le fruit de cette expérience, non choisie, longuement subie, puis assumée comme un passage initiatique, et même à postériori comme une chance formidable que j’ai eu de m’approcher de mon moi véritable, authentique. Cela m’a permis de cesser de simplement me conformer à des idéaux sociaux bien vernis. On peut dire qu’avant ça j’avais en quelque sorte « zéro faute » sur tous les plans, brillante et perfectionniste, mais à quel prix ! Je m’étais largement laissée de côté.
Réjouissez-vous, tout ce bazar, ce vertige existentiel, ces larmes, ce foutoir qu’on n’arrive pas à mettre en ordre, c’est une porte qui s’ouvre, et une belle opportunité si on en profite pour se mettre au travail avec un professionnel qui peut accompagner cette « naissance psychique ».
Et un jour c’est vous qui écrirez dans la rubrique de la « difficulté passée ». C’est la rubrique d’un futur d’où chacune pourra écrire.

Ce que je vous écris là, à toutes qui êtes dans la peine, je l’écris aussi du futur à cette femme désespérée que j’ai été, accueillie dans les bras rassurants de mamanblues.

Aujourd’hui je vis, fais des projets et ai réalisé des choses que jamais je n’aurais imaginé dans ma difficulté, et j’ai même envie de dire des choses que je n’aurais pas été capable d’entreprendre si je n’étais pas passée par là ! Mes enfants pour qui je craignais une structuration chaotique auprès d’une mère dévastée vont en fait très bien, et la relation est toujours plus ensoleillée (les nuages font partie du tableau mais passent leur chemin !)

Merci de m’avoir soutenue jour après jour, jusqu’à ce que je puisse me passer de ma connexion quotidienne et reprendre mon chemin « comme une grande ». Je n’écris plus depuis longtemps sur ce forum, mais j’y passe de temps en temps et constate que vous êtes d’une constance remarquable dans votre soutien . Voici ma pierre à l’édifice.

A une prochaine!
Lullaby
:coeur: :coeur: :coeur: Le pouvoir des mots... Merci.

Fanny031
Messages : 61
Enregistré le : 10 juil. 2016, 15:13

Re: Message du futur...

Message par Fanny031 » 15 févr. 2018, 23:16

Merci, je m'accroche à l'idée qu'un jour j'en sortirai, j'ai déjà fais un long chemin mais ces creux me boulverse et c'est si dur je rêve comme toute ici d'être une maman épanouïe qui ne doute pas de cette amour inconditionnel :coeur:

MC
Messages : 763
Enregistré le : 05 avr. 2012, 17:09

Re: Message du futur...

Message par MC » 16 févr. 2018, 20:51

:coeur: :coeur: :coeur:

Héra
Messages : 1016
Enregistré le : 30 oct. 2016, 11:05

Re: Message du futur...

Message par Héra » 23 févr. 2018, 19:54

Merci...
J'aime bien la métaphore... je vois la cote de plus en plus nettement mais je n'ai pas encore réussi à y accoster définitivement.
Ton message est une lumière oserais je dire un phare qui indique la cote?
en tous les cas merci..
Héra

Répondre