Toute demande d'inscription doit être envoyée par mail à cette adresse : forum@maman-blues.fr, en précisant le pseudonyme sous lequel vous désirez être identifiée sur le forum (afin de protéger votre anonymat).
Bien à vous.

Dépression quand tu nous tiens...help

Difficulté paternelle, la vie à deux, à trois et la famille ...quand la difficulté maternelle surgit.
Avatar du membre
Lisette
Messages : 9345
Enregistré le : 25 mars 2011, 07:18

Re: Dépression quand tu nous tiens...help

Message par Lisette » 07 déc. 2011, 21:41

Caco,
MLilie a employé le bon terme : "disperser". Les entretiens doivent être cadrés pour pouvoir vraiment travailler en profondeur sereinement. Si tu te sens à l'aise avec cette psy et que tu te sens cheminer vers le mieux être, continue avec elle. C'est un cadeau précieux que tu te fais à toi ainsi qu'à ton enfant pour vos relations futures. Quand tu es frustrée, pourquoi ne pas en parler à ta thérapeute pour qu'elle te donne sa propre explication...
La perfection n'existe pas. S'accepter telle que l'on est, voilà le douloureux chemin à parcourir pour enfin devenir mère...

caco
Messages : 16
Enregistré le : 26 nov. 2011, 21:01

Re: Dépression quand tu nous tiens...help

Message par caco » 18 déc. 2011, 21:29

Bonsoir à vous,

Je viens ce soir sur le forum pour déballer mon sac car personne avec qui le faire.
Je suis vraiment désespérée, je me sens si seule en cet instant.

Nous avons eu une violente dispute avec mon mari hier soir (tout çà parce que je ne voulais pas qu'il donne du soda à boire à notre fils de 3 ans) et çà a dévié sur "je ne peux plus te supporter", tu devrais te faire interner", et dernière phrase "tu n'ai pas capable d'assumer ta fille". Ce matin réveil des enfants 7h30, il part, revient 3/4 d'heure plus tard. J'étais très en colère et très fatiguée et j'ai dit la phrase de trop "domage , je pensais que tu ne reviendrais pas il ne faut pas 45 min pour aller chercher une baguette". Cà a été les mots de trop, sans rien dire il a fait sa valise et il est parti et je n'ai plus de nouvelle de lui depuis ce matin 8h30 et je ne sais même pas où il est. Je suis sous le choc de son départ, toute la journée çà a été très dur avec les enfants. Mon ainé me posait pleins de questions sur le départ de son papa, et ce soir au couché çà a été la galère....
J'arrive pas a comprendre comment j'ai pu en arriver là, j'ai la vie que je rêvais d'avoir , une bonne situation pro, financière, de beaux enfants en bonne santé et là tout s'écroule.
Je n'ai plus de force physiquement et moralement pour affronter tout çà, la seule personne qui pouvais me soutenir viens de s'enfuire. Même mon mari ne croit plus en moi. Je suis à bout, je ne sais plus quoi faire et si ma famille serait plus heureuse sans moi, je n'interresse personne, mon mal être laisse indifférent tout mon entourage et je pourri la vie de mon mari et mes enfants. Je me sens si inutile.

Avatar du membre
Lisette
Messages : 9345
Enregistré le : 25 mars 2011, 07:18

Re: Dépression quand tu nous tiens...help

Message par Lisette » 19 déc. 2011, 08:28

Caco,
J'espère que tu as des nouvelles de ton conjoint depuis hier soir.
L'arrivée d'un enfant est un chamboulement pour nous femmes, mamans et épouses mais aussi pour les papas et pour le couple. Il faut du temps pour que chacun trouve sa place et lorsque nous, mamans, sommes en difficulté, c'est encore moins aisé. Si je ne me trompe, tu avais un suivi personnel ainsi que pour ton enfant. Tu avais aussi évoqué une thérapie de couple. As tu pu parler de cette éventualité avec ton mari? Cela pourrait être un grand plus pour chacun de vous.
Tu sais, ce n'est pas parce qu'on a une vie "normale" que cela doit être le bonheur assuré. Oui ton enfant va bien, tu as un travail,... mais devenir mère est influencé par notre enfance, nos relations à nos parents. Devenir mère, c'est se remettre en question et panser des blessures ancrées très profondément en nous.
Reviens nous voir quand tu le souhaites!
As tu de la famille vers qui te tourner pour passer le relais?
La perfection n'existe pas. S'accepter telle que l'on est, voilà le douloureux chemin à parcourir pour enfin devenir mère...

JULIETTE
Messages : 10091
Enregistré le : 10 janv. 2010, 22:21

Re: Dépression quand tu nous tiens...help

Message par JULIETTE » 19 déc. 2011, 11:45

Je rejoins Lisette , c'est un tel boulversement pour les femmes et pour le couple , quand tout ne coule pas tranquillement ,
Ne pense pas qu'il soit partis définitivement, je suis persuadée que ton conjoint tient a toi , il l'a soutenue jusqu'a présent, me semble t il ,
C'est souvent douloureux pour l' entourage , le papa peut se sentir démuni impuissant,, Mais c'est évidement tout aussi douloureux pour toi ,
As tu tentés de le joindre pour parler , vous donner un temps de parols tout les deux , mettre les choses a plats , ?
Finalement votre '' accros '' est partie d'un petit désacord , sur une boisson, je crois qu'il ne faut pas penser négatif , cela va peut etre vous permettre de vous parlez de ce que chacun ressens et qu'il y a aussi la possibilité de voir un conseiller conjugal ou une thérapeute familliale ,, penses tu qu'il serait ouvert a cela ?
Je pense que conserver le dialogue ouvert est primoridial , afin qu'aucun de vous deux , ne se sentent en postion de subir ,
Bon courage a toi , j'espere que tout va rentré bien vite dans l'ordre ,,

caco
Messages : 16
Enregistré le : 26 nov. 2011, 21:01

Re: Dépression quand tu nous tiens...help

Message par caco » 19 déc. 2011, 18:57

Merci Lisette et Juliette çà fait du bien de me sentir écouter,

Mon mari est rentré cette nuit à 3h30, une cavale de 19h... Ce matin il s'est excusé de son comportement mais je lui en veux tellement, en ce moment même je le déteste, je me sens trahit,abandonné à mon sort. Là il est parti se promener avec les enfants et avant de partir il me demande si je veux venir comme si de rien était. Depuis qu'il est revenu il ne m'a rien dit, pas d'explications. J'oscille entre la colère, les larmes, l'incompréhension. J'ai l'impression d'être déconnecté de la réalité, que je vis un cauchemard éveillé. Le paradoxe c'est que je n'attends qu'une seule chose que mon mari s'occupe de moi, qu'il me prenne dans ses bras mais la haine prend le dessus.
C'est horrible, je me sens si excessive mais si désemparé, que je ne serais plus jamais heureuse, je ne me rappelle même pas la dernière fois que j'ai rit.
Grâce à vos témoignages je sais que l'on peut s'en sortir mais je n'arrive pas à me projeter, je n'arrive pas à trouver les ressources en moi pour y arriver.

Je lui en ai parlé pour aller voir la psy ensemble (pendant nos huit jours de répit sans disputes), rdv jeudi, n' a pas pu venir car réunion importante et moi pas pu la voir car trop de retard et obligé de récupérer mon fils à l'école le midi à cause d'une grève du personnel de la cantine (2h de perdu pour rien!).
Il est aussi d'accord pour une thérapie de couple mais sans grande motivation car pour lui c'est moi qui suis en dépression et qu'il n'a pas de problêmes avec çà, beh voyons...
JULIETTE a écrit :Je pense que conserver le dialogue ouvert est primoridial , afin qu'aucun de vous deux , ne se sentent en postion de subir ,
Je suis d'accord avec toi Juliette mais mon mari s'est complêtement fermé avec tout çà, il est très irritable et du coup je pars au quart de tour. Cà va faire 12 ans que nous sommes ensemble, nous avons surmonté beaucoup de chose difficiles ensemble et là plus rien.
Lisette a écrit :As tu de la famille vers qui te tourner pour passer le relais?
Malheureusement mes angoisses sont liées à nos familles et ils ne me comprennent pas. Je suis imcapable de leur laisser mes enfants pour souffler, peur que l'on me prenne ma place de mère, çà serait pire pour moi encore.
Pour tout le monde ce n'était qu'une passade et que c'est désormais terminé.

RDV mercredi 21 au CMP avec la pédopsy, j'aimerais presque qu'il me garde avec ma fille, ne pas rentrer chez moi, être prise en considération, me sentir protégé, cocooné mais je n'arrive pas à leur dire tout ce que j'écris, mes envies de mourir, ma colère, ma solitude, mon envie de fuir mes enfants, de ne plus voir personne, j'ai tellement honte de tout çà, de ne pas être prise au sérieux, que l'on me retire mes enfants en ayant un tel discours.

Encore merci pour vos messages d'encouragement, je suis sincère, c'est un réel soutient en ces moments très douloureux pour moi. :coeur:

Avatar du membre
Lisette
Messages : 9345
Enregistré le : 25 mars 2011, 07:18

Re: Dépression quand tu nous tiens...help

Message par Lisette » 19 déc. 2011, 21:05

Caco,
Ton mari est rentré. Je trouve que c'est assez bon signe. Il s'est occupé de vos enfants. Je sais qu'il y a de quoi être en colère. Le fait qu'il soit parti peut aussi être un appel au secours de sa part. Je comprends ton besoin d'être cocoonée mais met toi à sa place et demande toi ce que lui ressent...Vous devez tous les deux avoir besoin l'un de l'autre. Se soutenir dans de telles épreuves est essentiel et si cela doit passer par une thérapie de couple, peu importe, l'important étant que vous arriviez à vous retrouver, à communiquer à nouveau. Ton mari ne voit pas l'intérêt d'une thérapie de couple mais ces séances lui permettront peut-être de comprendre que tout ne vient pas de toi dans vos difficultés respectives et vos difficultés communes. Ne te referme pas à lui... Il est celui qui partage ta vie et tu dois pouvoir lui passer le relais puisque ce n'est pas possible avec vos deux familles.
Tu évoques le fait que tu ne peux pas dire cela lors de tes rendez-vous. Que penserais tu de leur montrer ce que tu nous écris? Tu n'es pas obligée de tout livrer d'un coup. Mais tu peux petit à petit te dévoiler. Se raconter lors d'une thérapie est primordial pour pouvoir avancer, pour mieux se connaître, pour comprendre ce qui nous a mené sur ce douloureux chemin de la maternité.
Reviens nous voir quand tu le désires...
La perfection n'existe pas. S'accepter telle que l'on est, voilà le douloureux chemin à parcourir pour enfin devenir mère...

caco
Messages : 16
Enregistré le : 26 nov. 2011, 21:01

Re: Dépression quand tu nous tiens...help

Message par caco » 11 janv. 2012, 14:50

Bonjour à toutes,

Çà y est je commence a avoir des relations que je commence à apprécier avec ma fille qui a aujourd'hui presque 9 mois. Nous avons beaucoup d'échanges et on commence à s'apprivoiser l'une l'autre, enfin je commence à aimer à être sa maman. Avec mon fils ainé nous arrivons à partager de bons moments, ils me donnent le sourire tous les 2.

Mais quand d'un côté çà va c'est la vie de couple qui ne va pas, encore des moments difficiles à partager avec vous...
Nous parlons de séparation avec mon conjoint. Ma dépression aura eu raison de notre couple. Peut être est ce une bonne chose car je n'arrive pas à me reconstruire complétement, à digérer mon passé avec nos disputes incessantes, ses critiques, son agressivité et le fait qu'il dise qu'il n'arrive pas à me "gérer" (ce sont ses mots), qu'il ne me supporte plus ne m'aide pas du tout. C'est dommage mais pour la première fois depuis très longtemps mon mari est parti en déplacement professionnel pendant 3 jours et là je me suis sentie bien, fatiguée car seule à gérer la maison et les enfants mais j'étais détendu (çà faisait longtps que çà ne m'était pas arrivé).
Après 3 jrs nous nous retrouvons, je l'écoute, il me raconte sa semaine puis c'est reparti les critiques, l'agressivité. Le lendemain repas de famille, son père n'a pas arrêté de collé ma fille, grosse bouffé d'angoisse qui monte, qui monte, M ne veut pas dormir et s'énerve, pleure, c'est l'horreur, je le dis à mon mari mais ne l'entend pas (car selon lui je n'ai pas été assez explicite, je pensais que "ton père est tout le temps sur M et çà m'énerve beaucoup" était assez clair). Lui qui a fait barrage pendant un temps, j'ai compris que c'était désormais terminé.
J'en ai marre de ne supporter que les mauvais côtés d'une vie de couple je n'ai plus de soutient de sa part, il a baissé les bras (adieu la thérapie de couple car pour lui il n'y a plus rien a sauvé), nous ne dormons plus depuis le mois de juin 2011 ensemble (mon oreiller sur la tête, mes boules quiez n'ont pas réussi à faire face aux ronflements de mon mari, ayant déjà des insomnies, je ne dormais plus), après avoir couché les enfants notre soirée type c'est 1 devant la télé et l'autre devant l'ordinateur. Quand je vais bien j'essaye de lui montrer mon affection mais je n'ai plus rien en retour, pour lui après ses journées il a juste assez d'énergie pour la maison et les enfants (ce qui n'est pas un mal car il essaye de bien jouer son rôle de papa) et moi et bien plus rien à si juste son surplus d'énergie négative.
Çà fait du bien de l'écrire, je suis lasse de me battre, adviendra ce qu'il adviendra peut être une réconciliation ou un divorce.

Merci de m'avoir lu.

Avatar du membre
Lisette
Messages : 9345
Enregistré le : 25 mars 2011, 07:18

Re: Dépression quand tu nous tiens...help

Message par Lisette » 11 janv. 2012, 16:57

Caco,
Je suis très heureuse pour toi. Tu découvres peu pa peu les plaisirs d'être avec son enfant, de partager des moments de bien être. Tu as cheminé et c'est tout à ton honneur. Tu as su demander de l'aide et comprendre ce qui t'avait mené sur ce douloureux chemin de la maternité.
Je suis peinée en revanche de savoir que vous n'avez pas pu avec ton conjoint dépasser cette épreuve. Les difficultés que nous rencontrons peuvent avoir un impact sur notre vie de couple. Ce que nous vivons peut être totalement déstabilisant pour le conjoint. Il ne nous reconnaît pas et perd en quelque sorte le cadre dans lequel il avait l'habitude d'évoluer. Je ne défend pas ton compagnon ni ne permettrait de le juger. Mais je conçois...
De plus, un couple déjà fragile peut avoir beaucoup de mal à dépasser cette traversée du désert.
J'espère que vous arriverez à vous entendre...
Beaucoup de courage à toi
La perfection n'existe pas. S'accepter telle que l'on est, voilà le douloureux chemin à parcourir pour enfin devenir mère...

caco
Messages : 16
Enregistré le : 26 nov. 2011, 21:01

Re: Dépression quand tu nous tiens...help

Message par caco » 15 avr. 2012, 01:05

Bonjour à vous,

voilà plusieurs mois que je ne suis pas venu sur le forum. Après une longue traversée aux enfers, j'ai enfin réussi à apercevoir cette fameuse lumière au bout du tunnel...

Je remercie toutes les personnes qui m'ont répondu et soutenu aux moments les plus difficiles. Je sais que je reste toujours une peu fragile mais chaque jour j'avance un peu plus, j'ajoute une pierre à mon édifice, je me consolide.

J'ai repris le travail depuis le 21 février, je me sentais prête et çà a été une véritable bouffée d'oxygène pour moi. Ma fille l'a sentie que cette reprise arrivait et notre défusion, elle l'a vraiment vécu comme un abandon (d'après la pédopsy), résultat elle ne mangeait plus et a perdu 600g en 3 semaines, la panique! J'ai essayé de lui parler, de la rassurer, le papa ne pouvait même s'en approché et le jour J est arrivé. Les 2 premiers jours ont été très difficile à la crèche mais ensuite nous avons découvert une petite fille transformé, souriante et épanouie, un changement de comportement radical, la séparation était une réussite. De mon côté je me suis sentie aussi libérée de vivre "ma" vie en allant au travail. Les rapport avec les enfants se sont transformés, mes crises de colères sont devenues très rare, je vois moins les enfants mais nos retrouvailles sont un pur moment de bonheur.

Aujourd'hui je suis apaisée, j'ai compris beaucoup de choses, notamment que vouloir faire disparaitre à tout pris mes angoisses était une pure utopie, j'ai compris qu’aujourd’hui elle faisait partie de moi, de mon histoire mais qu'elle n'avait plus à me dominer, que je devais tout simplement apprendre à les dompter. Je sais aussi qu' aujourd'hui il n'y a pas qu'une clé pour aller mieux mais une multitude qui vous aide à renforcer la confiance en soi et à se sentir plus forte.

Mon mari et moi sommes toujours ensemble, cette tempête a été la pire que l'on ai eu à traverser jusque là. Nous avons fait une séance de thérapie familiale (une psy en face de vous et une autre qui observe), çà nous a permis de découvrir certaines choses l'un sur l'autre, nous n'avons pas poursuivi, le contexte a été très perturbant pour mon mari, il en a eu une crise de fou rire, il n'était plus prêt à renouveler l'expérience. A moins il aura fait l’effort de venir. Même si je n'ai pas eu tout le soutien que j'aurais souhaité pendant l'année qui a suivi la naissance de notre fille, j'ai appris à lui pardonner et de ne pas regarder derrière moi mais de voir tous les bons moments qui nous attendent pour notre couple et notre famille. Nos disputes sont devenus désormais très rares depuis que je vais mieux.

Sur ce forum j'ai lu beaucoup de témoignages, j'ai eu à chaque fois des réponses à mes interrogations, mes messages qui m'ont fait avancés sur le chemin de la guérison et pour çà merci, merci à ce forum d'exister pour toutes les maman qui ont ou auront un jour un moment de blues...

Caco :coeur:

Avatar du membre
Lisette
Messages : 9345
Enregistré le : 25 mars 2011, 07:18

Re: Dépression quand tu nous tiens...help

Message par Lisette » 15 avr. 2012, 09:41

Caco,
J'ai été très émue par ton dernier post. Quelle belle preuve d'espoir pour toutes les mères en souffrance. Je te félicite d'avoir vu le bout du tunnel. Tu sais aujourd'hui qu'il y a bien une issue, même si, quand on est en plein dedans, tout semble sombre, voué à l'échec.
Je te souhaite un beau chemin de maternité, une construction de tous les jours.
Tu peux revenir quand tu le souhaites pour nous donner d'autres nouvelles ou encore soutenir les autres mères.
À très bientôt, peut être
La perfection n'existe pas. S'accepter telle que l'on est, voilà le douloureux chemin à parcourir pour enfin devenir mère...

Répondre