Page 2 sur 2

Re: Un cri du coeur

Posté : 08 mai 2015, 14:21
par guérir
auremma a écrit :Merci beaucoup pour tous ces encouragements et cette grande gentillesse. Les psys devraient prescrire un zeste de maman blues le matin, une pincée le midi et en douceur du soir.
Ce site est tellement précieux!
:coeur: :coeur: :coeur:

Re: Un cri du coeur

Posté : 10 juil. 2016, 23:29
par auremma
Coucou les bluesnautes mais surtout les wonderwomen qui sont ici,

Je viens de recevoir une notification sur ma boîte mail, quelques heures après m'être dit qu'il fallait que je revienne un peu ici. La vie est bine faite...

Ce site a été pour moi un exutoire et je le garderais toujours au chaud dans mon coeur.

J'ai bien avancé depuis ce post, mon dieu que c'est loin. Après ce tremblement en mai 2015, j'ai pris la décision de repartir vivre avec ma fille chez mes parents. Besoin de boucler la boucle, de leur pardonner, de me pardonner, besoin d'eux tout simplement...j'ai aussi repris des AD pdt 8 mois, j'ai un trouble de l'anxiété généralisé et je devais l'assumer et m'y confronter. Nous sommes en procédure de divorce avec le père de ma fille et effectivement plus j'ai pris les choses en main, plus je me suis épanouie et plus il est devenu odieux. Il l'est toujours...

Nous, avec mon petit pirate d'amour, nous vivons chez nous depuis le 1er mars, elle va aller à l'école tout près et NOUS SOMMES HEUREUSES!!! J'en pleure de l'écrire mais c'est vrai, la lumière éteinte que j'étais a retrouvé son soleil. Ma fille est merveilleuse, elle est douce et pleine de joie...c'est ma petite féel!!

Pourtant, quelquefois, j'ai à nouveau peur...les phobies reviennent et cela m'effraie car cela prouve que je n'ai pas encore totalement confiance en moi...alors j'avance car je sais que le bonheur c'est un moment T, un instant et non un état. Je suis heureuse mais quelque chose reste encore ancrée en moi. Un dernier tour de clé que je dois mettre pour enfin ouvrir la porte, je le sais. L'inceste que je dois mettre à jour, oser l'affronter une dernière fois...pour panser ma blessure.

Et puis aussi, la femme en moi a papillonné, j'ai eu besoin de me perdre un peu dans le lit des hommes, je n'ai pas honte de le dire ici. Enfin, j'ai repris confiance, je me suis à nouveau plu et j'ai rencontré qqn avec qui je me sens bien. Pour le moment, c'est que nous deux mais peut être qu'un jour, il rencontrera mon petit ange, je pense que cela se fera mais pas trop tôt. J'avais tout perdu, je pensais, avec cette DP. Je ne me sentais ni mère, ni femme au début. Je suis maintenant une mère et une femme épanouies.

Je vous redis alors merci, vous demande à nouveau un peu d'aide...comment franchir ce dernier cap?

Bonne soirée

Auremma

Re: Un cri du coeur

Posté : 11 juil. 2016, 13:15
par Sandie
Pour ce dernier"tour de clé" je crois que tu possède déjà la bonne clé....as tu continué à être suivi ? Peut être aurais tu besoin dune du thérapie particulière pour se faire ?
Je trouve tellement juste tes mots sur le bonheur. C'est un instant, le présent et non un état. Très très beau et bien écrit.
Bonne marche sur ton chemin !

Re: Un cri du coeur

Posté : 12 juil. 2016, 15:28
par weshallovercome
Merci encore une fois Auremma, de venir nous donner des nouvelles, de nous redire surtout cette bonne nouvelle pour toi et pour nous toutes : oui c'est possible, après la difficulté maternelle, et même après la séparation, le goût de vivre, la complicité joyeuse et tendre avec son ou ses enfant(s), l'harmonie avec soi-même lucide mais patiente, la liberté intérieure.
Pour ma part je crois peu au dernier tour de clé :) y en a-t-il jamais un dernier ? On tourne des pages, on rouvre puis referme des pièces, on consulte et trie des archives puis on les rend à leur statut de matière morte (pour les transmettre ou les détruire, selon ce qu'on y a trouvé) ...
Cela dit, refermer la blessure majeure de ta vie, cette blessure-mère d'où sont nées toutes les autres, sera un acte fondateur et libérateur, sinon ultime. Y être prête était déjà tout un travail de reconstruction.

Re: Un cri du coeur

Posté : 20 juil. 2016, 09:51
par auremma
Merci pour vos réponses à toutes les deux. J'ai avancé c'est évident mais certains matins une douleur intérieure vous rappelle. Je retrouve ma fille ce soir après 1 semaine d'absence. Mon dieu que c'est long, mon dieu qu'elle me manque... Nous allons partir 3 semaines 1/2 dans le sud toutes les deux et nous allons profiter je le sais. Mais après elle repart 2 semaines avec son papa et ca me rend déjà malade. Quand elle n'est pas avec moi la souffrance est telle que je me dis que si j'étais encore avec son papa cela ne se produirait pas. Réflexion perverse car dès que je la retrouve il ne me manque plus. Mais j'ai beau avancer cette notion de famille que l'on ne forme pas tous les 3. Cette photo de l famille que l'on ne peut avoir me fait mal. Cetait mon rêve. Ce matin j'ai du mal à accepter comme d'autres matins. J'ai encore du chemin à faire. J'y arriverais...

Re: Un cri du coeur

Posté : 20 juil. 2016, 13:34
par petitnouguat
:amen: Quel chemin parcouru ! Merci de partager tout cela avec nous :coeur: