Page 5 sur 5

Re: Messages aux psychanalystes

Posté : 26 oct. 2012, 11:12
par rozselavy
Je vais passé pour une c***e , mais je trouve heureux qu' il y ait des médicaments pour traiter certaine maladie comme la schizophrènie, la psychose, l'anxiété, la dépression et les sevrages d'alcool ou de drogue.
C'est qu'une partie de la prise en charge du malade c'est certain, avec le suivi psychologique.

Je suis mitigée sur la psychanalyse, j'aime beaucoup la psychanalyse en tant que grille de lecture et introspection mais pour mon trouble de la personnalité les thérapies plus ou moins cognitives me sont plus adaptées.

D'ailleurs elle n'existe plus aux Etas-Unis.

C'est vrai qu'il y a une dérive en neurosciences qui veut "tout" expliquer, les découvertes sur la plasticité du cerveau par exemple pose la questin de l'acquis et de l'inné. Moi je trouve cela passionnant ces nouveaux savoirs, ils m'ont aidée à comprendre des choses aussi que la psychanalyse n'aurait pu expliquer par exemple les états de choc et le stress post-traumatique qui induisent certains comportements que l'on veuille ou non.

Pourtrant le but d'une psychanalyse est louable : se rendre acteur de sa vie.

Re: Messages aux psychanalystes

Posté : 12 nov. 2012, 09:26
par GYNEPSY
Nous sommes d'accord.

... Et "se rendre acteur de sa vie", ce n'est déjà pas si mal,... non ?

La psychanalyse, depuis ses débuts freudiens, est une pratique bien avant d'être une théorie toujours amendable, comme toute théorie.
Ce n'est pas et ne doit pas être un système explicatif, ni philosophique ni scientifique.


Cordialement.

JML.

Re: Messages aux psychanalystes

Posté : 29 nov. 2012, 14:40
par marice
Bonjour,

Pour avoir été du côté "patiente" je dirais que le principal c'est que le praticien quel qu'il soit, connaisse le phénomène de la fatigue émotionnelle des mères, de cet état maternel particulier. Ceci afin de ne pas prescrire des médicaments en lieu et place d'un accompagnement psychologique adéquate.
Pour les "psy" je mets " " pour mettre toutes les professions je dirais qu'il est souhaitable d'abord de regarder, d'écoute le présent de la patiente sans chercher à lui attacher une origine ancienne.
Vouloir traiter le passé quand le présent dysfonctionne c'est un peu comme chercher à évacuer l'eau d'une maison quand le toit ne protège pas de la pluie, réparer le toit permet de mettre le reste au sec et de voir les travaux à faire.
Pour être maintenant du côté professionnel en tant qu'accompagnatrice à la parentalité, la première chose c'est l'écoute, laisser parler la mère de son malaise, de son mal-être sans jugement, sans conseil, juste dans l'accueil de ce qui est dit. La rassurer sur le fait qu'elle n'est pas folle et que son état est partagé par d'autres, qu'il existe des moyens de s'en sortir. Et déléguer vers un(e) collègue, structure adéquate si on ne se sent pas compétent.
Reconnaitre le besoin c'est déjà en partie y répondre, une femme dont le besoin de soutien est reconnu se sent déjà soutenue.

Marice

Re: Messages aux psychanalystes

Posté : 29 nov. 2012, 18:16
par JULIETTE
Merci Marice de ton message

pour ma part il a bien fallut le faire ce retour en arrière dans mon histoire parce que tout etait bien liée a la difficulté maternelle que j'ai vécu ,, il ne s'agissait pas d'une fatigue émotionelle mais bien d'une terrible éffondrement ,,

Mais sur l'instant l'essentiel est d'avoir la possibilité d'etre entendue , c'est l'urgence aprés le reste ,, suis ,,

Accompagnatrice a la parentalité , peut tu précisé ce que tu entends ? Merci a toi :)

Re: Messages aux psychanalystes

Posté : 18 août 2014, 12:28
par AcaireCarabistouille
Bonjour,

Moi je dirai que ce serait formidable que si un psychiatre se rend compte qu il n est pas assez formé sur la question , qu il oriente vers un pédo psy. J ai vu un psychiatre toutes les semaines depuis 7 ans . Quand j ai eu mon fils il y a 3 ans et que je n allait déjà pas bien , je lui en ai parle . Au bout de qq séances , elle m à demande de changer de sujet !
Or je n allais pas bien !
J ai eu ma fille il y a 8 mois et ça a été bien pis . J ai arrête de voir cette psychiatre en décidant moi même de mon hospitalisation en unité mère /bébé . J y suis restée 5 mois et tout n est pas encore réglé même si ça a été une super prise en charge à l unité . Mais je reviens de si loin ! Lol
Je suis maintenant très bien suivie et heureusement ! Mais c est grâce à ma persévérance à vouloir un très bon suivi !

Re: Messages aux psychanalystes

Posté : 03 sept. 2014, 09:14
par weshallovercome
Elle n'a pas été très pro cette psychiatre, tu as été bien inspirée de cesser de la voir et de te tourner vers un suivi correspondant à tes besoins.
Tous les psychiatres ne sont pas psychanalystes et inversement, mais dans les deux professions, on peut heureusement trouver des soignants réellement à l'écoute, et capables d'admettre leurs limites et de passer la main.