Page 1 sur 1

une definition de l'instinct maternel

Posté : 25 juil. 2010, 17:57
par betty_blue
trouvé sur ce lien : http://www.bebe-ange.com/vie-bebe/psych ... tinct.html

Qu’est ce que l’instinct maternel ?

Toutes les futures mamans se posent les mêmes questions sur l’instinct maternel. Y a-t-il un instinct maternel ? Qu’est ce que l’instinct maternel ? Vais-je être une bonne maman ?
Voyons s’il existe vraiment un instinct maternel.

Origine de l’instinct maternel
L’instinct maternel est un terme arrivé au milieu du XIXème siècle. Il représente l’état psycho-affectif d’une mère ayant une attitude protectrice et sécurisante pour son enfant. En effet chaque mère aime et protège son enfant, ce sentiment est « naturel » c’est pour cela qu’au XIXème siècle on en est venu à parler d’instinct comme peut l’être l’instinct animal. Mais cet instinct maternel n’existe pas vraiment et peut faire beaucoup de tort aux mères.

Comme dirait Véronique Boureau Louvet :

« L’instinct maternel est en réalité un processus qui trouve son origine au plus profond des femmes au creux d’un mécanisme psychique complexe et donc le contraire d’un instinct. »

L’amour d’une mère pour son enfant
L’amour d’une mère pour son enfant est un processus qui s’élabore bien avant la grossesse et même la conception de l’enfant. C’est durant les premières années de la vie de la mère, lors d’un rapport avec sa propre mère que nait la notion d’amour mère-enfant. Cette notion tombe dans l’oublie, dans l’inconscient lors de l’enfant et la jeunesse de la mère puis lorsqu’elle devient à son tour mère cette notion revient naturellement. Cet amour mère-enfant est repérable de diverses façons, lors de l’allaitement, quand une mère parle à son enfant, quand elle le prend dans ces bras. Chacun de ces moments construit la relation mère-enfant et nourrit cet amour.
Parfois cet amour peut venir quelques temps après la naissance.

Le docteur Evelyne Petroff se souvient du cas d’une maman :
« J’ai par exemple, le souvenir d’une mère pour qui le sentiment maternel est venu trois jours après la naissance. Elle a dû, par réflexe venir en aide à son bébé qui avait avalé son lait de travers. Elle s’est sentie mère parce qu’elle a été, à cet instant-là, celle sur qui son bébé pouvait compter pour sa survie. Et là, instinct ou amour, quel que soit le nom, son réflexe était bien celui d’une mère présente pour son bébé. »
Malheureusement cet élan maternel n’est pas toujours présent.

L’absence d’élan maternel
L’élan maternel n’est pas systématique, en effet pour certaines mères les souffrances de l’accouchement sont telles qu’elles empêchent la mère de se projeter dans la relation avec son enfant. Même lorsque les médecins posent le nourrisson sur son ventre, la mère n’a qu’une envie c’est qu’on la laisse tranquille et ne souhaite pas entrer en relation avec son enfant. Elle est fermée.
Heureusement , la nature est bien faites et ces liens mères-enfants se créent avec l’attachements et le temps.

Les difficultés dans la relation mère-enfant
Les relations mères-enfants ne sont pas toujours évidentes et cela provient souvent de problèmes liés à la petite enfance.
Véronique Boureau-Louvet indique :
« Il peut s’agir de parasitage constitués pendant la petite enfance de la mère. Des éléments constitutifs de sa relation à l’existence, qui se réactualisent au moment de la maternité. […]Dans le passé de ces mères, on retrouve des troubles de la maternogénèse, dans leur relation à la sphère du maternel et du paternel ayant marqué douloureusement leur processus de naissance. Mais attention aux raccourcis : ce n’est pas le père ou la mère de cette femme qui ont été défaillants ou mauvais parents, il s’agit d’un dysfonctionnement, d’un empêchement dans la construction de la relation. »
La relation mère enfant est donc quelque chose de très complexe et même si l’amour et l’élan tarde à venir ne vous inquiétez pas l’attachement que vous aurez avec cet enfant vous aidera à passer ce cap difficile. De plus le bébé vous laissera également et jour après jour l’apprivoiser et la relation se construira d’elle-même.


Mathilde S.

Véronique Boureau Louvet, psychologue clinicienne au sein du service de maternologie de Saint-cyr de l’Ecole
Docteur Evelyne Petroof, gynécologue-obstétricienne et haptothérapeute.