Toute demande d'inscription doit être envoyée par mail à cette adresse : forum@maman-blues.fr, en précisant le pseudonyme sous lequel vous désirez être identifiée sur le forum (afin de protéger votre anonymat).
Bien à vous.

Pourquoi venir sur maman blues

Avatar du membre
Lisette
Messages : 9305
Enregistré le : 25 mars 2011, 07:18

Pourquoi venir sur maman blues

Message par Lisette » 26 janv. 2012, 20:36

Suite à une rencontre (elle se reconnaîtra si elle vient ici), j'ai eu envie d'écrire sur ce sujet.

Une difficulté maternelle nous plonge dans un profond désarroi. Nous ne sommes plus des mois durant que l'ombre de nous-mêmes et nous sommes nombreuses à nous demander vers qui nous tourner, comment rompre l'isolement, la solitude. L'aide d'un professionnel s'avère bénéfique et salutaire. L'entourage familial et amical est essentiel aussi. Mais ce que nous traversons, nous avons la sensation d'être seule à la vivre. Maman blues est une preuve que, malgré nos parcours de vies très différents, quinze pour cent d'entre nous vivent un mal être , une souffrance indicible de peur du jugement.
Mais venir lire les témoignages de toutes ces femmes permet de lever les tabous sur la maternité mais aussi de se rendre compte que nous ne sommes plus seules. Certaines ne pourront que parcourir ces lignes d'écritures parce que c'est encore trop dur de se confier. D'autres oseront et se raconteront sous le couvert de l'anonymat. Je parle d'anonymat parce que la honte et la culpabilité sont des sentiments tellement présents et prenants que nous n'avons pas toujours envie qu'un proche nous reconnaisse.

Se retrouver derrière son ordinateur peut être tout à la fois libérateur et frustrant.
Libérateur parce que que l'on peut avoir plus de facilité à parler sans personne en face de soi, parce que l'on se sent plus à l'aise à l'écrit qu'à l'oral!
Frustrant dans le sens où nous sommes déjà très seules physiquement durant cette période alors se retrouver devant son écran sans réel contact humain n'est pas nécessairement ce que l'on recherche.
Mais derrière la toile, derrière chaque écran, une personne de chair et d'os écrit, une maman, une femme qui peut être à l'autre bout de la France voire dans un autre pays mais aussi à seulement quelques kilomètres.
N'hésitez plus et poussez les portes de ce forum et de l'association Maman Blues par la même occasion!
La perfection n'existe pas. S'accepter telle que l'on est, voilà le douloureux chemin à parcourir pour enfin devenir mère...

Pomme d'api
Messages : 8
Enregistré le : 27 févr. 2012, 18:58

Re: Pourquoi venir sur maman blues

Message par Pomme d'api » 27 févr. 2012, 19:53

Bonjour Lisette et bonjour à toutes,

je ne me suis jamais inscrite sur aucun forum mais en cherchant sur internet des informations sur la dépression post-partum, je suis tombée sur celui là et je me suis tellement reconnue dans certains témoignages que j'ai décidé de franchir le pas.

Je suis maman d'un petit garçon de deux mois, mon petit trésor, je suis tellement heureuse qu'il soit là et pourtant, je me sens tellement déprimée ! Je n'ai envie de rien, je ne m'occupe pas de moi. Je suis souvent triste et je me sens seule et incomprise. D'autre part, bizarrement j'ai du mal à "partager" mon fils avec d'autres que mon mari, j'ai toujours l'impression qu'on va me le prendre, ou que je vais rater des choses quand il n'est pas avec moi. Je prends sur moi pour laisser les autres le prendre dans leurs bras mais je n'ai qu'une envie, le reprendre. Ceux qui ne nous voient pas souvent en plus sont très pressants, ils veulent tout le temps le prendre, l'embrasser et moi ça me stresse, j'ai parfois envie de fuir !!

Ma grossesse s'est bien passée, mon accouchement a été plutôt difficile, très long parce que les contractions n'étaient pas efficaces, douloureux aussi et puis j'ai fait une hémorragie de la délivrance, j'ai failli y passer, j'ai eu peur. Malgré ça, je ne suis pas traumatisée par mon accouchement, par contre, je regrette énormément de ne pas avoir vécu ce moment que toutes les mamans décrivent comme le plus beau, comme la récompense de l'accouchement, ce moment où on vous pose votre bébé sur le ventre. Mon bébé n'a pas respiré tout de suite en sortant, alors on me l'a posé puis repris immédiatemment et je sens que ce moment est un manque, j'ai l'impression d'être passée à côté de quelque chose. J'ai peur aussi que ce moment soit un manque pour mon bébé. Je me dis, le pauvre, on "l'arrache" à moi (spatules), on lui fracture la clavicule au passage et ensuite, on le met en couveuse, il n'a même pas le contact avec sa maman... A posteriori, je me dis que j'aurais peut-être dû insister pour qu'on me le donne un peu, mais j'étais un peu dans les vapes et je me disais que c'était pour son bien qu'on l'avait mis là, pour surveiller ses constantes. Comme j'ai fait mon hémorragie, je suis partie au bloc après, et je n'ai eu mon petit dans les bras que 9/10h après l'accouchement.

Du coup, la mise au sein ne s'est pas faite tout de suite non plus, ce qui m'amène au deuxième point qui reste sensible pour moi. J'ai essayé d'allaiter mais je n'ai presque pas eu de lait. J'ai lu quelques posts de la discussion "faire le deuil de son allaitement", et je me reconnais en certains. Je voulais allaiter, mais je me suis toujours dit que si ça me faisait trop mal ou que c'était trop fatigant, j'arrêterais. Je voulais aussi que mon mari puisse donner des biberons de mon lait une fois que l'allaitement serait bien lancé. Oui mais voilà, à la mater, mon bébé pleurait et je me suis vite rendue compte qu'il n'avait pas son compte au sein. J'ai rencontré des puericultrices supers et d'autres moins biens... Je le complètais donc au biberon mais il continuait à accepter le sein sans problème. On m'a dit qu'avec un accouchement difficile, les montées de lait pouvaient être retardées. J'ai insisté pendant 5 semaines, je le mettais au sein à chaque tétée puis je complètais au sein. Je n'ai pas eu de crevasses, pas trop de douleurs et bébé tétait très bien, mais voilà, pas de lait, j'ai pris des compléments, bu beaucoup d'eau et même bu de la bière sans alcool ! Rien n'y a fait. J'ai fini par arrêter, mon bébé finissait par s'agacer au sein, ça me faisait mal au coeur. J'ai l'impression d'avoir fait ce que j'ai pu mais je ne digère pas le fait que ça n'ait pas marché, je ne comprends pas pourquoi et du coup, j'ai l'impression de ne pas donner le meilleur à mon bébé. Je suis déçue et je n'arrive pas à faire ce "deuil".

Au-delà de ces deux points que je n'arrive pas vraiment à surmonter, je ne me reconnais plus trop dans mon corps meurtri, avec ces vergetures, ces kilos en trop que je n'ai même pas encore essayé de perdre, tout ce qu'il faut rééduquer et tout ce qui ne redeviendra jamais comme avant... Pour autant, je ne regrette pas d'avoir eu mon bébé, c'est juste qu'il faut que je me réapproprie mon corps et ce n'est pas simple. Surtout quand on en voit certaines qui sortent de la mater comme si elles n'avaient jamais eu d'enfant...

Comme vous pouvez le constater, j'ai beaucoup de choses sur le coeur et j'ai du mal à trouver quelqu'un qui me comprenne. Ma famille est formidable, mais loin et occupée. Mon mari est très présent mais ne comprend pas toujours ma tristesse. Ma belle-famille est... très donneuse de leçons alors je n'en parle pas. Ce qui est étrange c'est que je ne me suis rendue compte que j'avais ces "blessures" psychologiques que plusieurs jours, voire semaines après mon accouchement. J'ai deux amies qui ont accouché 1 mois et demi après moi, ça m'a plongée dans une certaine mélancolie, j'aurais voulu être à leur place pour "recommencer", repartir à zéro et avoir une chance que ce qui avait raté, fonctionne cette fois.

C'est pour toutes ces raisons que je partage mon expérience avec vous. Je suis désolée de ce si long post mais j'espère trouver une oreille (un oeil en l'occurrence) attentive et des personnes qui sauront comprendre mes douleurs et pourquoi pas me conseiller. Si vous êtes arrivées jusqu'à la fin de mon message, merci déjà de m'avoir lue.

Avatar du membre
Lisette
Messages : 9305
Enregistré le : 25 mars 2011, 07:18

Re: Pourquoi venir sur maman blues

Message par Lisette » 28 févr. 2012, 09:35

Pomme d'api,
Sois la bienvenue chez les mamans blues. Tu as raison de le souligner, tu trouveras ici une oreille attentiste sans aucun jugement de notre part parce que nous savons ce que tu traverses. Nous avons toutes eu des difficultés à l'arrivée de nos enfants. Nous avons toutes été perdues et démunies face à des ressentis qui nous étaient pour certaines d'entre nous totalement inconnues. Il nous a fallu chercher une aide, trouver le moyen de comprendre les rouages de notre maternité.
Merci a toi de venir te confier à nous. Il n'est jamais simple de parler, d'ouvrir son cœur aux autres, surtout derrière un écran quand on ne connaît pas la personne en face. C'est aussi un avantage. Il peut être plus aisé d'ecrire les choses...
Tu nous expliques très bien ce que cette grossesse et cet accouchement ont provoqué chez toi.
Tu n'as pas eu l'accouchement dont tu avais rêve et tu as comme l sensation que l'on t'a volé ce moment qui est, comme la maternité, présenté comme un pur instant de bonheur. Mais l'envers du décor est bien différent. Chaque accouchement a ses particularités et l'on peut être satisfaite comme complètement déçue. Je crois qu'il est primordial de pouvoir en parler. Ce que tu nous racontes de l'arrivée de ton enfant reste une souffrance pour toi et tu dois faire le deuil de cet accouchement.
Je ne sais pas ce que tu en penses mais le fait que tu es tant de mal à te séparer de ton enfant peut être lié à ces premières heures de séparations. Tu as été déstituée de ton rôle de mère. Tu n'as pas pu accueillir ton enfant dans ce monde qu'il ne connaissait pas. Tu n'as pas pu le nourrir de suite. Il t'a fallu attendre qu'on te le rende pour faire connaissance avec lui. Je trouve tout à fait concevable aujourd'hui que tu ne veuilles plus que cela se reproduise. Pour ma part, confier ma fille m'est assez difficile. Elle va chez la nounou en qui j'ai toute confiance. Mais le reste du temps, je la gardé presque toujours avec moi sauf cas de force majeure. Je crois que c'est aussi un moyen de ne pas reproduire ce que nous avons vécu à sa naissance.
Il m'a fallu pour panser mes blessures consulter un psy pour extérioriser, pour mettre en mots toute ma souffrance. Une personne neutre permet de se confier différemment. On sait que ce qui sera dit durant l'entretien restera confidentiel. On peut tout évoquer sans peur du jugement parce que le professionnel est là pour écouter, parfois conseiller et surtout pour permettre de trouver les clefs à travers le dialogue. As tu pensé à aller consulter pour ne pas rester seule avec ta douleur. Le fait d'être épaulée par son entourage est très important mais entamer un suivi l'est encore plus.
J'espère avoir pu répondre à certaines de tes questions.
N'hesite pas à revenir nous voir quand tu le souhaites...
La perfection n'existe pas. S'accepter telle que l'on est, voilà le douloureux chemin à parcourir pour enfin devenir mère...

Pomme d'api
Messages : 8
Enregistré le : 27 févr. 2012, 18:58

Re: Pourquoi venir sur maman blues

Message par Pomme d'api » 28 févr. 2012, 12:51

Merci beaucoup pour ta réponse Lisette et merci pour ce formidable forum! Le nombre de témoignages montre à qu'il y a plus de "maman blues" qu'on pourrait le croire et qu'elles ont si peu d'aide autour d'elles, et ne savent pas comment en obtenir. Ca aide déjà de savoir qu'on n'est pas seule.

Oui, tu as répondu à certaines de mes questions. Je crois que tu as mis le doigt sur quelque chose en effet quand tu dis que les premières heures de séparation de mon enfant ont peut-être provoqué ce sentiment qui fait qu'aujourd'hui j'ai du mal à m'en séparer. Je crois que c'est tout à fait juste et c'est cohérent avec mon comportement quand j'y réfléchis. Je me sens toujours "menacée" en quelques sortes, je suis sur la défensive dès qu'on s'approche de mon enfant. Je me rends compte que c'est irrationnel, donc je laisse bien sûr les gens s'approcher, le prendre, mais c'est difficile, je dois prendre sur moi. Je dois rendre visite à ma famille dans quelques jours et ils me disent déjà combien ils ont hâte de nous voir, de pouvoir faire plein de bisous au petit et combien on leur manque. Avant, j'étais touchée de ce genre de témoignage d'amour et de manque, aujourd'hui, ça me met la pression. J'angoisse déjà d'y aller, alors que je les adore, parce que je sais qu'ils vont vouloir (à juste titre!) prendre le petit, lui donner le biberon, etc... Au début je pensais que c'était passager, que peut-être j'avais une espèce de boulimie d'exclusivité avec mon bébé parce que c'était le début mais je m'aperçois que ça ne passe pas, c'est donc plus complexe que ça. J'ai aussi du mal à accepter qu'on me dise quoi faire avec mon bébé, s'il pleure et qu'on me dit "ah, il a faim je pense", ça m'agace, je me dis, je suis sa maman, je sais ce qu'il a, ou bien quand il a un petit quelque chose qui ne va pas, je m'en sens responsable. Je me souviens qu'un jour mon bébé avait le hoquet assez fort, c'est toujours impressionnant chez un tout petit et ma mère m'a dit "oh le pauvre, ça doit lui faire mal", en me regardant, et là j'ai eu l'impression qu'elle me le reprochait, qu'elle me reprochait de ne rien faire pour l'aider, de ne pas être une bonne mère... Je sais que ça n'était qu'une observation de sa part, pas une accusation, ce n'est pas son genre en plus, mais malgré tout, mon premier ressenti a été de la culpabilité (mais oui, pourquoi ne fais-je rien pour le soulager?!). Quand il pleure aussi et que je n'arrive pas à le calmer, je me sens nulle et inutile.

C'est tellement vrai quand tu dis qu'on m'a "destituée de mon rôle de mère" et que j'ai du attendre qu'on "me rende" mon enfant, comme si on avait décidé pour moi de quand devait commencer la relation, quand devait avoir lieu la rencontre entre mon enfant et moi. Je m'en veux aussi, je me dis que j'aurais du insister pour qu'on me le donne, mais je souffrais et j'étais dans les vapes, je crois que mon corps par instinct de préservation m'a fait déconnecter. Et c'est vrai que j'essaye de "rattraper" quelque chose que j'estime raté, à savoir accueillir mon bébé, le protéger, le faire arriver en douceur dans ce monde, mais c'est un combat perdu d'avance, puisque je ne peux pas revenir en arrière pour changer ce moment, il faut donc que j'arrive à surmonter ça. Le fait d'avoir identifié en partie le problème me donne déjà des pistes de réflexion.

Oui, j'ai pensé consulter, mais je n'ai pas encore franchi le pas. Je ne sais pas vraiment vers qui me tourner pour parler de ça, et je crois que je supporterais mal de tomber sur un professionnel qui ne me comprendrais pas ou ne me prendrais pas au sérieux. J'ai malheureusement eu l'occasion de m'apercevoir pendant ma grossesse, pendant l'accouchement et même aujourd'hui avec la pédiatre, que les médecins peuvent être très compétents mais manquer cruellement de pédagogie ! Et là, je ne suis pas prête à m'ouvrir à quelqu'un qui me ferait encore plus de mal en ne me comprenant pas ou en ne me prenant pas au sérieux. Je ne voudrais pas non plus prendre de traitement, juste parler, du moins pour commencer, et prendre des médicaments en dernier ressort, j'ai peur que ça devienne un engrenage. Le mot "anti-dépresseur" me fait peur. J'ai déjà fait une dépression à cause de mon travail, il y a un an et demi et je n'avais pas osé me faire aider, peur d'être jugée, et puis aussi je pensais pouvoir m'en sortir toute seule, je suis quelqu'un qui fait face en général et comme tout le monde, je me disais que ça ne pouvait pas m'arriver à moi une dépression, que j'étais forte et que ça allait passer. Mais là je pense à mon bébé, je ne veux pas que ça risque de lui porter préjudice, je ne sais juste pas trop à quelle porte frapper et je n'ose pas trop me lancer, c'est bête.

En tout cas merci encore de ta réponse, ça fait tellement de bien de se sentir écoutée et comprise !

PetitLilas
Messages : 63
Enregistré le : 28 févr. 2012, 09:30

Re: Pourquoi venir sur maman blues

Message par PetitLilas » 28 févr. 2012, 13:54

Bonjour Pomme d'Api

Je suis comme toi toute nouvelle sur le forum et je crois avoir trouvé enfin un lieu pour poser mes angoisses et échanger avec d'autres mamans qui ne nous jugent pas ! Je suis maman d'une petite de 1 an et ton témoignage fait écho à mon histoire sur certains points. C'est pourquoi je me permets de te répondre. Mon accouchement s'est bien passé d'un point de vue purement médical et même je n'ai pas souffert avec la péridurale mais mon âme a souffert autrement.. Tout d'abord j'ai passé une grande partie de ma grossesse allongée et hospitalisée par moments pour risque d'accouchement prématuré et j'ai l'impression d'avoir passé 9 mois à retenir ce bébé en moi, à l'empêcher de sortir trop tôt. Les médecins n'ont pas été très à l'écoute, mais je n'ai pas de mauvais souvenirs de cette grossesse. Après m'avoir dit que ce bébé viendrait au monde trop vite, j'en étais aussi persuadée et pourtant, le jour du terme bébé était bien au chaud et le corps a eu du mal même avec le déclenchement à se mettre en route. Au cours de l'accouchement bébé a très mal réagi à la percée de la poche des eaux et j'ai cru que son petit coeur allait s'arrêter...césarienne d'urgences. Je ne peux pas dire que j'ai mal vécu sur le moment cette césarienne mais comme toi, et c'est pour ça que je me permets de te raconter, je n'ai pas pu rencontrer ce bébé. Très vite on me l'a présentée puis ma fille a passé ses premières heures avec papa. Je n'ai pas pu donner la tétée de bienvenue et j'étais dans les vappes pendant des heures, avec de la fièvre. Du coup, j'ai culpabilisé énormément mais pas juste après l'accouchement, j'étais trop dans l'urgence des premiers instants mais quelques semaines, quelques mois après. J'ai commencé par repenser sans arrêt à cette non-rencontre et je peux dire que le lien avec ma fille n'a pu se faire que plusieurs semaines après.
Comme toi, je ne supporte encore pas qu'on me prenne ma fille des bras, personne ne lui a donné à manger depuis sa naissance à part nous ses parents et la nourrice en qui j'ai confiance. Les visites à la maternité ont été un calvaire et j'angoissais à l'idée aussi qu'on l'embrasse... Bref, j'ai mis des mois à comprendre qu'il y avait un lien avec cette histoire de grossesse et d'accouchement. Je prends mal aussi certaines réflexions de mon entourage, chaque question sur sa santé, son développement..Je le prends vite pour moi et une éventuelle incapacité maternelle. Mais avec le temps les choses s'arrangent. J'ai pu apprendre à me distancier un peu, c'est long mais on y arrive et ton bébé est encore tout petit. Il a besoin du contact avec sa maman encore beaucoup. Alors prends le temps de t'écouter et d'écouter tes envies. J'ai aussi beaucoup parlé à ma fille et cela nous a aidées toutes les deux. J'espère ne pas t'avoir ennuyée avec ma petite vie, je voulais juste que tu saches que tu n'es pas seule.
Je n'ai pas envie de consulter pour le moment, je suis habituellement tout comme toi une femme forte, qui se débrouille. Mais j'y pense car il n'est pas question que mes angoisses abîment la relation future avec ma puce. Bon courage

Avatar du membre
Lisette
Messages : 9305
Enregistré le : 25 mars 2011, 07:18

Re: Pourquoi venir sur maman blues

Message par Lisette » 28 févr. 2012, 17:58

Pomme d'api, PetitLilas,
Avant ma difficulté maternelle, je ne savais même pas ce que c'était. Je pensais avoir une grossesse normale et devenir mère ne m'effrayait pas. Je ne me posais d'ailleurs aucune question mais lorsque je suis tombée enceinte, je suis rentrée dans l'engrenage des angoisses. PetitLilas, tout comme toi, j'ai eu une grossesse difficile dans le sens ou j'ai été arrête très tôt (2ème mois). J'ai du rester alitée à cause de menaces d'accouchement prématuré. En définitive, ma fille est arrivée avec trois semaines d'avance. Je n'ai pas trouvé non plus d'écoute de la part du corps médical. Il a fallu que je craque complètement et que mon ex-mari fasse les démarches pour moi pour être enfin entendu. Je crois qu'il est primordial de souligner ce qui ne va pas pendant notre grossesse. Il faut insister et insister encore pour ne pas être seulement le réceptacle de ce enfant à venir mais bien aussi un être humain avec ses peurs, ses doutes, son passé aussi.
Aujourd'hui, vous venez vous confier ici et c'est une preuve que vous voulez toutes les deux voir le bout du tunnel.
Comme je l'ai dit dans ma réponse à Pomme D'api, consulter s'avère primordial quand une difficulté survient parce que panser ses blessures d'enfant mais aussi d'adulte permet de préparer sa relation à son enfant. On peut alors mettre des mots sur des choses que l'on croyait parfois régler. On en apprend aussi plus sur soi. Je comprend votre réticence à consulter parce que dire que l'on voit un psy est encore tabou, jugé. On assimile tout de suite cela a un maladie mentale mais être en difficulté avec son enfant n'est rien de cela. Nos histoires familiales peuvent nous mettre à mal dans nos rapports à nos enfants. Pour ma part, je n'ai pas eu le choix ni de la consultation ni des médicaments étant en trop grande souffrance à la naissance de ma fille. J'ai accepté cette aide sachant pertinemment que je ne pouvais pas continuer ainsi.
Je suis très heureuse d'avoir fait ce travail pour moi ainsi que pour ma fille.
Nous pouvons vous communiquer des coordonnées si vous le désirez. N'hésitez pas à nous les demander en mp.
J'ai peut être l'air insistante sur la question de la consultation mais mettre dans un coin de notre cette souffrance en pensant qu'elle va s'estomper n'est pas bon pour notre lien à notre enfant.
Je vous souhaite tout plein de courage à vous deux
La perfection n'existe pas. S'accepter telle que l'on est, voilà le douloureux chemin à parcourir pour enfin devenir mère...

Pomme d'api
Messages : 8
Enregistré le : 27 févr. 2012, 18:58

Re: Pourquoi venir sur maman blues

Message par Pomme d'api » 28 févr. 2012, 19:08

Bonjour Petitlilas,

merci de ta réponse. Bien sûr que non tu ne m'as pas ennuyée avec ton récit, je suis au contraire très contente que tu aies partagé ton expérience avec moi parce qu'effectivement, ça me montre que je ne suis pas seule, et l'air de rien, c'est déjà un vrai soutien en ce qui me concerne. Je crois que le personnel médical n'accorde pas assez d"importance à ce moment de "rencontre" entre la mère et l'enfant, en tout cas, ils ne mesurent pas les conséquences que ça peut avoir quand ça ne se passe pas comme on pourrait l'espérer. La preuve, ils ont posé rapidement mon bébé sur mon ventre avant de le reprendre pour lui aspirer le liquide qu'il avait dans la gorge pour qu'il respire et ensuite ils l'ont mis en couveuse pour vérifier son niveau d'oxygène. Nous sommes restés 3h en salle d'accouchement parce que j'avais de la température. Et bien c'est seulement au bout d'une heure qu'ils m'ont dit que je pouvais le toucher à travers les petites ouvertures sur les côtés de la couveuse ! Je le voyais à côté, avec juste une couche pour le couvrir, dans ce cube en plastique, je ne pouvais toucher que ses petites mains. Encore une fois, j'étais à l'ouest donc je ne réalisais pas très bien. Mais je me rends compte maintenant à quel point ce moment me manque et crée un blocage en moi.

Je suis heureuse de savoir qu'avec le temps les choses s'arrangent. J'imagine que quand son enfant grandit et qu'il nous "reconnaît" comme sa maman, on est un peu rassurées par ça et ça aide pour le laisser aux autres. Aujourd'hui, je ne suis pas sûre qu'il fasse une grande différence et du coup j'ai peut-être inconsciemment peur qu'il puisse prendre n'importe quelle femme pour sa mère. J'envisage malgré tout de consulter mais je vais prendre le temps de choisir le professionnel qui me conviendra. Je pense que c'est une très bonne idée d'avoir parlé à ta fille, je pense que je vais aussi expliquer à mon petit ange que j'aurais préféré que les choses se passent différemment et pouvoir l'accueillir plus en douceur, ça m'aidera je pense.

J'espère que maintenant que tu as fait le lien, ça t'aide au quotidien à mieux comprendre tes angoisses et peut-être même à les diminuer. Je souhaite que ça aille de mieux en mieux pour toi, avec ta puce et vis-à-vis des autres (les gens ont souvent du mal à comprendre qu'on ne "prête" pas son enfant, ce qui rend les choses encore plus difficiles, les reproches viennent facilement ainsi que les leçons de morale...) et je te remercie à nouveau sincèrement pour ton témoignage qui me rappelle que je ne suis pas seule, ça m'a sincèrement touchée, merci.

Pomme d'api
Messages : 8
Enregistré le : 27 févr. 2012, 18:58

Re: Pourquoi venir sur maman blues

Message par Pomme d'api » 28 févr. 2012, 19:27

Lisette,

rassure-toi, tu n'es pas insistante, je comprends que tu nous conseilles de consulter puisque, toi, c'est ce qui t'as aidée à aller mieux, c'est donc bien normal que tu nous engages à en faire autant. Je te contacte par message privée afin de voir si tu connais des adresses près de chez moi que tu pourrais me conseiller.

Merci de ton soutien

Avatar du membre
Lisette
Messages : 9305
Enregistré le : 25 mars 2011, 07:18

Re: Pourquoi venir sur maman blues

Message par Lisette » 29 févr. 2012, 09:38

Pomme d'Api,
Effectivement consulter m'a permis de cheminer mais tu verras à travers les témoignages du forum, je ne suis pas un cas à part. Avancer dans son devenir mère passe par un travail sur soi...
J'attends ton mp si tu as envie que je te communique des adresses.
Bonne journée à toi et courage
La perfection n'existe pas. S'accepter telle que l'on est, voilà le douloureux chemin à parcourir pour enfin devenir mère...

Avatar du membre
Adelie
Messages : 2970
Enregistré le : 17 févr. 2010, 23:56

Re: Pourquoi venir sur maman blues

Message par Adelie » 29 févr. 2012, 17:13

Bonjour Petitlilas et Pomme d'Api et merci de ces beaux témoignages pleins de sincérité...
Votre réaction est très courante quand on arrive sur le forums "Quel soulagement, je me rends compte que je ne suis pas la seule !" C'est aussi ce que je me suis dit il y a 5 ans !
Vous êtes en train de découvrir que devenir mère est une aventure, un chemin dont nous ne soupçonnions pas la réalité ! Nous avions toutes des fantasmes : de douceur, d'apaisement, de joie... mais ce n'est qu'en passant la porte de l'accouchement qu'on comprend l'immense chantier qu'il y a derrière !
Vous verrez, la joie, la douceur, la gratitude arrivent un jour... mais parfois il faut un peu de temps. Le lien qui se crée avec notre enfant est complexe : le vécu de l'accouchement joue un rôle essentiel mais aussi notre histoire de fille, de bébé, notre environnement. C'est pour cela que Lisette a bien raison de vous parler de consultation car le temps ne suffit pas toujours à créer un lien satisfaisant. Pour moi le temps à compter bien sûr: les choses sont toujours allées mieux quand mes deux fils sont sortis de la toute petite enfance, qu'ils ont commencé à pouvoir s'exprimer, à gagner en autonomie mais pour autant cela n'aurait pas suffit... Il a fallu que je me fasse aider "psychiquement" pour devenir mère complètement.
Je serai aujourd'hui incapable de dire pour quoi il y a 8 ans la naissance de mon aîné fût un tel tremblement mais, en travaillant avec une thérapeute bienveillante, à l'écoute, sans jugement, je suis revenue sur des éléments clés de mon enfance : la relation avec mon frère, la personnalité très particulière de ma mère et puis surtout, mon propre tempérament : très cérébral, très intello, très dans le contrôle... j'ai eu besoin d'aide pour "lâcher prise "(nous utilisons souvent l'expression ici) me donner le droit de ne pas être parfaite, des joies simples avec cet enfant...
Bref, ce chemin est très souvent nécessaire pour se "sentir" (je veux dire, au plus profond, même physiquement) devenir mère, allez au fond de nous même ... et vous verrez dans les témoignages que nous sommes nombreuses à y être arrivées !
Adélie, une mère, maintenant en paix, de deux garçons nés en 2003 et 2007

Répondre