Toute demande d'inscription doit être envoyée par mail à cette adresse : forum@maman-blues.fr, en précisant le pseudonyme sous lequel vous désirez être identifiée sur le forum (afin de protéger votre anonymat).
Bien à vous.

Toute nouvelle par ici, je me présente.

Répondre
Avatar du membre
Lolalilou
Messages : 1232
Enregistré le : 11 août 2013, 12:34

Toute nouvelle par ici, je me présente.

Message par Lolalilou » 11 août 2013, 17:15

Bonjour à toutes,

J'ai découvert ce site en fouinant un peu sur internet, étant à la recherche d'un groupe de paroles qui rassemblerait des mamans qui tout comme moi se sentent en difficultés dans leur rôle de maman.

Je n'ai pas encore pris le temps de regarder en détail le site, je me suis inscrite et viens maintenant vers vous me présenter.

Je suis maman d'un petit garçon né en juillet 2013. J'ai un compagnon, qui est également le papa.

J'avoue que depuis la naissance j'ai du mal à gérer mes émotions. Par rapport à mon fils, je suis assez angoissée par le fait de ne pas être à la hauteur, de ne pas réussir à être une bonne mère capable de répondre à ses besoins. Je me sens parfois totalement désemparée,si bien que j'ai souvent des crises de larmes, notamment les soirs.

J'avoue que je culpabilise beaucoup d'être dans cet état, me disant que j'ai un petit Trésor à la maison et pourtant je ne rayonne pas de bonheur.
Je suis très heureuse d'avoir mon fils, mais les responsabilités face auxquelles je me retrouve désormais confrontée me font peur en fait. Je suis aidée, et soutenue par mon compagnon, mais rien ne change dans mon sentiment de mal être...

Je pensais que le "lien" se faisait très rapidement entre une mère et son enfant et pourtant j'ai l'impression qu'il me faut encore du temps et en fait je culpabilise beaucoup de ressentir cela.

C'est pourquoi j'ai décidé de venir sur ce forum. Un besoin de parler, un besoin de trouver une écoute, du soutien.

J'ai surtout envie d'aller mieux
Modifié en dernier par Lolalilou le 08 avr. 2014, 20:40, modifié 1 fois.
Maman j'ai besoin de toi Maman amour aime-moi Maman prends-moi dans tes bras Maman amie aide-moi. » Gérard Lenorman

pixie
Messages : 1803
Enregistré le : 10 janv. 2010, 23:22

Re: Toute nouvelle par ici, je me présente.

Message par pixie » 11 août 2013, 20:07

Bonjour et sois la bienvenue sur ce site! :)
Tu pourras y trouver écoute et soutien. On comprend ce que tu ressens car nous sommes nous aussi passé par là. ;)
Ton enfant est encore petit. Il est possible que ce ne soit que passager. Il faut parfois du temps pour apprendre à se connaître et s'apprivoiser. Il est vrai que beaucoup de mamans ont "le déclic" dès la naissance, mais ce n'est absolument pas le cas de tout le monde, loin de là! Pour d'autres mamans cela prend plus du temps....
Est-ce que tu penses que ton mal-être actuel est "gérable" ou penses-tu qu'il te faudrait une aide plus pointue?
En tout cas, n'hésite pas à venir dicuter avec nous!

Avatar du membre
Lolalilou
Messages : 1232
Enregistré le : 11 août 2013, 12:34

Re: Toute nouvelle par ici, je me présente.

Message par Lolalilou » 11 août 2013, 22:07

Je dirai que j’ai surtout besoin d’évacuer et de pouvoir me dire que je suis « normale » et que ce que je ressens ne fais pas de moi une mauvaise mère. Car je culpabilise énormément d’être dans cet état. Je me dis que j’ai un enfant, je devrais rayonner de bonheur et pourtant je ressens ce mal être.

Je me suis imaginée, idéalisée la naissance, le lien que j’aurai avec mon fils pendant la grossesse et je ne vis pas ce que j’avais imaginé. Du coup je me sens désemparée car j’ai le sentiment d’être une maman complètement à côté de ses pompes qui ne va pas réussir à gérer son enfant.

Avant de parler de ce que je ressens depuis la naissance, je vais expliquer ma grossesse.

J’ai déjà commencé à angoisser durant ma grossesse ; je me documentais sur tout, tout le temps, à lire le net, des magazines, besoin de me rassurer pour quand bébé soit là, je sois d’attaque, je sois une maman qui sache répondre à ce dont il a besoin. Etre en quelque sorte la mère parfaite…
On a tous une image de « mère », faisant écho à notre propre mère en premier lieu et pour le coup il y a certaines facettes de « mère » que je ne voulais pas être. A l’idée de pouvoir être cette mère- là me rendais malheureuse.
Je ne voulais pas que mon enfant manque d’amour, et que par la suite cela puisse avoir des répercussions dans sa vie, dans ses relations (oui, oui je me projetais déjà bien loinnnnnnnnnnn dans le temps, c’est bien pour cela que je parle d’angoisses) .

Et en même temps j’angoissais à l’idée d’être une mère hyper fusionnelle, incapable de se détacher de son enfant.

J’oscillais entre ces deux craintes, sans savoir comment être au milieu… Je voulais être présente, aimante, mais pas la mère qui s’accapare l’enfant et qui ne peut s’en détacher. J’imaginais alors un enfant totalement carencé, en manques de repères si je n’étais pas une mère à la hauteur. Du coup en lisant tout et n’importe quoi sur le net, les magazines, j’essayais de trouver des réponses à tout ce dont a besoin un bébé: il fallait que je sois au top.

Pareil, j’avais une idée de l’allaitement comme un moment unique, magique, un lien qui se crée et ne pas allaiter était pour moi inconcevable.

J’étais impatiente de l’arrivée de mon petit bout, durant toute la grossesse j’ai tenu une sorte de journal, à y écrire mes émotions, mes ressentis, à y mettre des photos de grossesse, des échos, les ressentis de mes RDV médicaux… tout pour que je garde le souvenir de ce moment magique que je vivais et pour que mon fils sache à quel point il était attendu, désiré et aimé.


J’ai accouché le jour du terme. Les 2 premiers jours je n’ai cessé de le regarder à me dire : « c’est moi et mon chéri qui avons fait ce petit être ». Je ne réalisais pas qu’il soit là. Je le trouvais petit, fragile et je me suis sentie prise d’une grande responsabilité tout à coup et à me dire « je n’y arriverais jamais » à me poser un milliard de questions. Il était mon fils, mais il m'était un inconnu. Je ne savais pas qui il était.

Le 3ème jour, lorsque la sage-femme est arrivée et m’a demandé comment j’allais, je me suis effondrée. J’avais passé une nuit horrible avec la montée de lait, je n’arrivais pas à nourrir mon fils tellement j’avais mal. Je n’ai rien dormi de la nuit. J’étais épuisée. Idem, je le regardais, en larmes cette fois à me dire : je n’y arriverais pas, mais la présence du personnel médical me rassurait.

Une fois à la maison, je n’étais plus entourée du coup tout me paraissait plus dur. J’étais très fatiguée car je n’ai pas dormi à la maternité, déjà parce qu’un bébé fait beaucoup de bruit en dormant, du coup ayant un sommeil léger j’entendais chacun de ses bruits et puis l’angoisse de ne pas percevoir s’il a faim, je passais mon temps à scruter les signes de la faim.

Une fois rentrée, j’ai commencé à pleurer chaque soir d’épuisement. Tout me parait insurmontable et surtout je ne me sens pas mère aimante. J’aime mon fils, y’a pas de doute, mais j’imaginais un truc fort, énorme et en fait, je ne ressens pas ça de cette façon-là. Je le perçois comme un étranger à découvrir. Il est dépendant de nous pour tout, je sens tellement de responsabilité sur mes épaules, que c’est surtout l’angoisse de ne pas y arriver qui prend le dessus et je n’arrive pas à éprouver de sentiments de joie.

L’allaitement n’est en rien ce que j’imaginais ; j’ai eu des crevasses, une grosse douleur et finalement quand je l’allaite, je ne sens pas le lien particulier. Je me demande en permanence s’il mange bien, si je fais ce qu’il faut, si je lui donne le sein au bon moment : est-ce que c’est pour la faim, est ce qu’il a besoin juste de téter, de contact ? De ce fait je n’arrive pas à éprouver de plaisir à allaiter, je suis dans l’angoisse permanente.

Mon homme avait pris son congé paternité, j’étais rassuré qu’il soit là, quand il a repris le boulot c’était l’horreur. Je guette le 18h, l’heure à laquelle il doit rentrer.

Mon fils a pleuré 4 soirs de suite pendant 3h ; ça m’était insupportable de l’entendre hurler et de ne pouvoir le consoler. Rien ne le calmait. Au début, je pleurais car j’avais l’impression qu’il souffrait et l’entendre hurler était trop difficile. Par la suite c’est surtout ces cris qui m’étaient insupportable, j’avais envie de lui dire au bout de 3h : « mais tais-toi, je t’en prie tais toi », nerveusement je craquais.

Quand je suis seule la journée, j’ai peur de ne pouvoir réussir à le calmer s’il se met à pleurer. Je guette la moindre de ses mimiques, le moindre son, le moindre fait et geste à me demander : « qu’est-ce qu’il demande,de quoi a t'il besoin, est ce que je vais gérer » C’est un soulagement quand j’ai « réussi » et qu’il s’endort à nouveau, jusqu’à l’angoisse du prochain réveil en espérant réussir à gérer.


Ce qui m'est le plus difficile à accepter, c'est ce sentiment que le lien "mère enfant" n'est pas fort, je le pensais inné. De percevoir mon fils comme un inconnu à découvrir chaque jour. Je culpabilise de ressentir cela, car j'ai l'impression de ne pas l'aimer à sa juste valeur et forcément à angoisser sur le fait qu'il le ressent et qu'il ne va pas se construire sereinement...

Voilà un peu en vrac mon ressenti...
Maman j'ai besoin de toi Maman amour aime-moi Maman prends-moi dans tes bras Maman amie aide-moi. » Gérard Lenorman

pixie
Messages : 1803
Enregistré le : 10 janv. 2010, 23:22

Re: Toute nouvelle par ici, je me présente.

Message par pixie » 12 août 2013, 00:08

Vois-tu, j'ai ressenti beaucoup de choses comme toi. Ca me parle beaucoup ce que tu dis: guetter le moindre de ses gestes, attendre avec angoisse le prochain réveil. Et alors là, j'étais désemparée et je me demandais ce que j'allais bien pouvoir faire avec ce petit être une fois que je l'aurais nourri et changé.
Et ce lien qui tardait à se mettre en place...ça me minait. :/
Voici ce que je pense avec le recul: c'est que nous aimons nos enfants dès la naissance, mais qu'à une période nous sommes tellement obnubilées par des questionnements divers que notre cerveau n'arrive pas à prendre conscience de cet amour tout neuf. C'est une sorte de protection aussi pour ne pas craquer...
La période nourrisson m'effraie beaucoup. Ce petit bébé, si mignon mais aussi si fragile et surtout si dépendant, cela m'a complètement déstabilisée.
Pourquoi cela m'a perturbé autant? J'ai pu répondre à cette question en creusant dans mon histoire personnelle d'enfant, de bébé, de fille de...Tu peux peut-être questionner ta maman sur ton propre vécu de bébé.
Mais je te rassure: il viendra cet amour. Une fois qu'on se sent plus à l'aise dans notre nouveau rôle, l'amour pour nos enfants peut pleinement s'épanouir. Et crois-moi, c'est une belle aventure finalement! :)

profcel
Messages : 282
Enregistré le : 22 juin 2013, 09:10

Re: Toute nouvelle par ici, je me présente.

Message par profcel » 12 août 2013, 09:14

Coucou tritan 15,
Sois rassurée tout ce que tu ressens et on ne peut plus normal ;) quand j'ai ressenti les mêmes craintes et angoisses que to ique j'ai commencé à en parler ; ba me suis aperçue que 99% des mamans ressentent ce que tu ressents en ce moment.
Et comme le dit Pixie, cette angoisse du réveil, de ne pas savoir quoi faire c'est ce que je ressens aussi actuellement. Pour moi aussi le lien se crée petit à petit, l'allaitement a été difficile en 1er lieu car le bébé n' a pas de communication mais tu vas voir ua fil du temps ton bébé va communiquer avec toi; ça sera peut être un peu long (car moi j'ai trouve le temps long) mais ça arrive.
Alors tout pleins de courage et surtout ne culpabilise pas ce sont des entiments tout à fait normaux quand on a un ti bout qui arrive et boulverse notre vie et nos habitudes

Lise
Messages : 744
Enregistré le : 31 mars 2013, 23:59

Re: Toute nouvelle par ici, je me présente.

Message par Lise » 12 août 2013, 11:30

Bienvenue à toi parmi nous !!!

Je me rejoins au choeur des filles !

Tout ce que tu écris, je l'ai ressenti... et pour ce qui est de la grossesse, je pense que j'aurais pu l'écrire quasi mot pour mot.
Tu sais le lien, ça se construit au jour le jour... c'est un truc qui n'existe pas forcément d'emblée... et même pour les mamans in love de leur bébé je pense que ça se modifie et que ça a tendance à devenir plus profond avec le temps.
Je trouve que les étapes que tu vis, même si elles sont douloureuses, témoignent aussi du fait que tu es une maman qui se rend compte de ce que c'est un enfant... de ce que ça veut dire, de ce que ça implique... Tout ce que tu dis est tellement juste. Petit à petit, tu te sentiras mieux dans ton lien, plus en confiance dans ton nouveau rôle... ça ne se fait pas du jour au lendemain et certaines femmes en ont peut-être plus conscience que d'autres. Le truc est d'arriver à ce que cette conscience de ce que représente cette vie dont tu es responsable ne te paralyse plus comme elle semble te paralyser.

J'ai mis in love exprès, car pour moi, on aime son enfant dès le premier instant... juste on a du mal à identifier le sentiment...
En faisant l'inventaire de ce que tu fais de bon pour lui, je suis sure que tu verras que tu es une maman aimante et protectrice. Un tout petit bébé a avant tout des besoins de sommeil, alimentation et présence... Et pour moi ce sont autant de gestes d'amour...
"Je t'offrirai des fleurs et des nappes en couleurs pour ne pas qu'octobre nous prenne"

Avatar du membre
Lolalilou
Messages : 1232
Enregistré le : 11 août 2013, 12:34

Re: Toute nouvelle par ici, je me présente.

Message par Lolalilou » 12 août 2013, 13:08

Merci à vous pour vos messages, je me sens moins seule.


@ PIxie quand tu as écris : « La période nourrisson m'effraie beaucoup. Ce petit bébé, si mignon mais aussi si fragile et surtout si dépendant, cela m'a complètement déstabilisée. »
C’est exactement ce que je ressens. Faut pas se planter car il est dépendant de nous et nous sommes les seuls à pouvoir répondre à ses besoins… d’où ma crainte de ne pas comprendre ce qu’il veut… et d'où mon angoisse à chaque fois qu'il pleure : les pleurs sont pour le moment son seul moyen d'expression, s'il pleure c'est qu'il a besoin de quelque chose et si je ne comprenais pas ce qu'il veut ? Si je n'arrive pas à le calmer ?
Effectivement les premiers temps, c'est soit il a faim, soit il faut le changer, soit il est fatigué, soit il veut un câlin, le contact... et quand il pleure toujours alors pour moi c'est l'angoisse. Je me dis que je ne comprends pas mon fils, que je n'arrive pas à l'apaiser.

« Tu peux peut-être questionner ta maman sur ton propre vécu de bébé. »
C’est déjà fait… et je sais bien que mes angoisses viennent de là, de ma relation à ma mère.
J’ai commencé une thérapie au mois d’octobre notamment par rapport à ça, mais aussi par ce que j’ai perdu mon père en septembre. C’était juste avant d’apprendre ma grossesse.
Je bosse avec mon psy sur mes angoisses de mère faisant écho à la relation que j’ai eu avec ma propre mère. Je sais d’où vient le problème si je puis dire, le plus difficile c’est d’arriver à en sortir… et parfois je trouve le temps long…

Il y a aussi le sentiment de solitude qui est très présent et qui n’arrange rien.
Ni mon homme, ni moi avons de la famille dans la région,nous n’avons pas de relais. Lorsqu’il travaille la journée, bien que s’occuper de notre fils prenne du temps, je trouve les journées longues. J’ai du mal à être seule et encore plus en ce moment.
Maman j'ai besoin de toi Maman amour aime-moi Maman prends-moi dans tes bras Maman amie aide-moi. » Gérard Lenorman

Lise
Messages : 744
Enregistré le : 31 mars 2013, 23:59

Re: Toute nouvelle par ici, je me présente.

Message par Lise » 12 août 2013, 14:26

Tu sais y'a des pleurs qui sont juste là pour décharger... Un peu comme nous quand on chante, quand on crie durant un effort par exemple. On se défoule, on extériorise.
Faut aussi accepter que parfois il pleure parce que son besoin est de pleurer.

Dans ces moments l'idéal c'est d'etre présent pour lui mais si tu sens que tu pètes un câble tu peux le poser et souffler ailleurs. On est humain, nos oreilles ne sont pas aptes à supporter des cris tout le temps.

Tu sais, des choses tu en louperas plein et tu ne comprendras pas tout. Je crois que ce n'est pas grave tant que ton cadre est contenant et enveloppant. Ça arrive de louper un truc (et je pense que ça vaut longtemps) faut se faire à l'idée qu'on ne peut pas tout maîtriser et tout comprendre... Accordé toi le droit à l'imperfection !!!
"Je t'offrirai des fleurs et des nappes en couleurs pour ne pas qu'octobre nous prenne"

pixie
Messages : 1803
Enregistré le : 10 janv. 2010, 23:22

Re: Toute nouvelle par ici, je me présente.

Message par pixie » 12 août 2013, 15:08

Ni mon homme, ni moi avons de la famille dans la région,nous n’avons pas de relais. Lorsqu’il travaille la journée, bien que s’occuper de notre fils prenne du temps, je trouve les journées longues. J’ai du mal à être seule et encore plus en ce moment.
C'était ce que je trouvais très dur aussi: ne pas pouvoir passer le relais. A la différence de toi, j'auais peut-être pu un peu car ma famille est proche, mais je me l'interdisais presque. En gros, je pensais que tout reposait sur mes épaules! (n'importe quoi en fait!). Tout comme toi je trouvais "ennuyant" de s'occuer d'un bébé. En gros, c'était à moi de me caler sur ses rythmes . J'aurais préféré que ce soit le contraire! J'aime pas trop qu'on me bouscule dans mes habitudes. :]
Tu sais, comme toi, j'ai perdu mon papa lors de ma 1ère grossesse. Je pensais avoir fait le deuil mais apparemment, ça a pris du temps. Je l'ai compris aussi plus tard. D'ailleurs je peux dire qu'aujourd'hui j'ai fait le deuil car je peux en parler sans avoir les larmes aux yeux. Ca fait quand même 10 ans!
Peut-être qu'il en est de même pour toi. C' est quand même pas simple de perdre un parent quand on va le devenir soi-même. C'est un grand chambardement.
Oui, la reconstruction peut être longue. Mais tu as déjà pris le taureau par les cornes en allant voir un psychologue, et je te trouve très lucide sur toi-même Tu as vraiment toutes les cartes en main pour t'en sortir. :super:
En attendant, tu peux sans problème venir discuter avec nous. Tu verras que cela fait du bien. On se sent moins seule. Moi ça m'a beaucoup aidé.

Avatar du membre
Lolalilou
Messages : 1232
Enregistré le : 11 août 2013, 12:34

Re: Toute nouvelle par ici, je me présente.

Message par Lolalilou » 12 août 2013, 15:43

Dans ma famille on ne se parle pas. Il ne faut pas trop dire quand ça va non plus… alors on garde les choses pour soi et du coup ben la marmite quand elle est pleine elle explose.
J’en ai marre de faire semblant, de dire que tout va bien parce que j’ai un enfant et que je devrais rayonner de bonheur et à la fois, j’ai peur du regard des autres, de ce qu’il pourrait penser si je disais que j’ai du mal à être bien malgré la présence de mon fils.
J’ai deux sœurs, avec lesquelles je n’ai pas parlé de mon mal être.
Avec l’une d’entre elle, je ne vois pas comment je pourrais me confier : elle était enceinte comme moi, nous avions un mois d’écart sur nos grossesse (moi un mois de plus), elle a perdu son bébé à 4 mois de grossesse. A la suite de cela elle s’est mise à distance de moi durant toute ma grossesse car elle souffrait trop et ne pouvait pas me voir enceinte, ni prendre de mes nouvelles.
Elle est venue me voir quand j’étais à la maternité, depuis je n’ai plus de nouvelles.
Comment pourrais-je lui dire que je souffre alors qu’elle, elle aurait tout donné pour serrer son bébé dans ses bras ?

Je trouve que c’est cela qui est compliqué dans le fait de souffrir de dépression après une naissance : ceux qui ne l’ont pas vécu, ou qui ne peuvent se le représenter, ne comprennent pas comment cela peut être possible. Perso ça ajoute un poids de plus sur les épaules et le sentiment de culpabilité et d’autant plus fort, comme si je n’avais je ne m’autorisais pas à dire « ça va pas ».
Maman j'ai besoin de toi Maman amour aime-moi Maman prends-moi dans tes bras Maman amie aide-moi. » Gérard Lenorman

Répondre