Toute demande d'inscription doit être envoyée par mail à cette adresse : forum@maman-blues.fr, en précisant le pseudonyme sous lequel vous désirez être identifiée sur le forum (afin de protéger votre anonymat).
Bien à vous.

Angoisses, paniques et dépression

Répondre
Athénaïs
Messages : 2
Enregistré le : 21 févr. 2019, 17:51

Angoisses, paniques et dépression

Message par Athénaïs » 22 févr. 2019, 08:48

Bonjour à toutes et à tous,

Je suis enceinte de mon deuxième enfant. Je viens tout juste de passer le cap emblématique des trois mois. Mon premier enfant, un petit garçon adorable, est né le 19 octobre 2017, deux jours après avoir célébré mes 39 ans.

Mon passé et mon présent sont très complexes à décrire. Trop complexe en tout cas pour que je m’attèle ici à sa description. Mon époux a lui-même été malmené par la vie et nous portons l’un comme l’autre des cicatrices difficiles à guérir. Malgré cela, nous avons décidé de croire à la vie en fondant notre famille. Conscient des répercutions que pourraient avoir nos histoires respectives, nous sommes particulièrement attentifs au bien-être de notre fils et sommes suivis chacun par un psychologue.

Notre premier enfant était désiré tout comme celui que je porte aujourd’hui. Cependant durant ma première grossesse, j’ai souffert de tocophobie, à priori primaire, associé à une phobie des aiguilles et des maltraitances médicales. J’ai eu la chance de trouver au sein d’une clinique privée, une équipe qui m’a littéralement portée et m’a offert une prise en charge d’une rare bienveillance et un accouchement qui n’a laissé très heureusement aucune séquelle psychologique. Lorsque l’on m’a présenté mon fils, je l’ai instantanément reconnu. Le calvaire psychologique de la grossesse s’en trouva immédiatement « effacé ». Médicalement parlant, ma grossesse avait été par ailleurs d’une déconcertante facilité. Aucun symptôme habituel à déplorer.

Ma seconde grossesse à débuter sur les chapeaux de roue, un mois après mes quarante ans et seulement quinze jours après l’arrêt de la pilule. Incrédule le premier mois, j’ai petit à petit développé des crises d’angoisses, persuadé entre autre que j’allais perdre ce bébé conçu trop rapidement. Les nausées sont apparues, puis je suis tombée malade (rhinopharyngite) sans pouvoir me soigner. J’en suis sorti exsangue. Rajoutez des fêtes de fin d’année en familles cauchemardesques…

Je suis enfant unique et mes deux parents sont morts. Je n’ai aucune famille sur laquelle compter et mes rares amis sont loin de moi suite à la mutation de mon époux dans une ville à laquelle nous ne parvenons pas à nous habituer. Ma belle-famille est toxique et mon époux se débat avec. Seule l’équipe de la clinique nous soutient. Bref, nous sommes très isolés.

Depuis un mois, je souffre d’un état dépressif. L’épuisement me rend apathique, je ne sors que rarement de mon lit et de chez moi tant je suis vidée. Je m’occupe de mon fils à la maison et c’est de plus en plus compliqué tant je suis irritable. Je culpabilise de ne pouvoir lui consacrer tout le temps nécessaire à son développement ni suffisamment de vrais et francs sourires. Je me débats avec des crises d’angoisse durant lesquelles je panique à l’idée de perdre mon bébé (fausse couche, mort in utero). Je limite mes actions, redoute les efforts, les moindres tiraillements et points de côté dans le bas-ventre, les douleurs de dos. Je vérifie plusieurs fois par jour que je ne saigne pas… Je redoute les gestes brusques de mon fils qui, rempli d’enthousiasme et de velléités d’indépendance, donne des coups de pieds dans tout les sens, certain dans mon ventre… J’en pleure parfois de crainte. L’épuisement psychologique qui s’installe me rend irritable, incapable de canaliser l’angoisse qui monopolise mes pensées. J’ai du mal à accomplir des tâches simples et j’oublis beaucoup de choses. Et quand je m’en rends compte, cela provoque un pic d’angoisse qui se manifeste par une vague ou une boule désagréable au niveau de la poitrine associé parfois à des étourdissements. Dans ces moments là, je ne peux plus rien entreprendre, je pleure et la colère monte car je ne veux plus rien avoir à faire, je veux qu’on me laisse tranquille.

Mon âge me fait entrer dans une catégorie médicale qui alourdit la prise en charge et accru les risques. Il ne se passe pas un jour sans que je tombe sur un article dans la presse d’actualité qui parle de fausse-couche… Pourtant, je veille à ne consulter absolument aucun site médical qui pourrait accentuer mon mal-être… Maux de tête, nausées d’angoisse, problème important de concentration, épuisement, solitude et oisiveté aggrave la situation.

A ce stade de la grossesse, ma gynécologue confirme que tout se passe à merveille. Déjà 3 échographies et test Trisomie 21. Rien à signaler… Tous les voyants sont au vert. Et pourtant…

J'hésite à solliciter la prise d'anxiolytiques. D'abord en raison des risques tératogènes. Ensuite, parce que de nombreuses tentatives hors grossesse m'ont démontré l'inutilité de ces produits....

Si vous en êtes arrivé jusqu'ici, merci de m'avoir lu :rouge: :)

Athénaïs

Héra
Messages : 923
Enregistré le : 30 oct. 2016, 11:05

Re: Angoisses, paniques et dépression

Message par Héra » 22 févr. 2019, 09:01

Bienvenue ici Athénaïs, tu y trouveras un espace de partage et d'échange bienveillant ou venir déverser aussi ton sac quand il deviens trop lourd...
En as tu parlé avec la personne qui te sui? Dans la maternité ou tu es suivie, on t ils des psy spécialisés en maternologie? Peut être est ce une piste à tenter? tu peux peut être aussi voir du coté des TISF (il me semble que ca fonctionne aussi avant la naissance) qui pourraient t'aider dans la gestion de ton ainé et te permettre de te reposer pleinement (en sachant qu'il est entre de bonnes mains). Peut être aussi regarde si dans votre ville il n'y aurait pas des groupes de parents ou tu pourrais trouver d'autres mamans avec qui échanger...
Coté activité, as du des choses que tu aimes faire? j'avais par ex fait une mozaique pendant l'attente d'un de mes enfants histoire de m'occuper... Peinture, dessin musique, langue, lecture ou autre?
Plein de courage
n'hésite pas à revenir échanger
Héra

Athénaïs
Messages : 2
Enregistré le : 21 févr. 2019, 17:51

Re: Angoisses, paniques et dépression

Message par Athénaïs » 22 févr. 2019, 09:19

Bonjour Héra,

Merci pour ta réponse.

Oui, ma psy est au courant. Elle me suit depuis la première grossesse. Chose exceptionnelle, elle était présente à mes côté lors du premier accouchement car elle appartient au personnel de la clinique. Mais elle ne peut décemment pas me prendre en charge H24...

Je suis artiste et artisan... Très créative donc. Mais l'épuisement m'empêche de faire quoi que se soit : tenir un pinceau, un crayon ou même coudre... Je fais des mots croisés entre deux crises obsessionnelles...

Pour l'aide à domicile, je suis réticente à faire entrer dans ma maison des personnes étrangères. Cela me provoque un stress supplémentaire. Je ne veux pas être observée, scrutée, jugée... J'ai fait une demande d'accueil occasionnel dans deux crèches de ma ville. Mais comme je ne travaille pas (c'est un choix assumé quoique provisoire, je ne suis pas dans le besoin), je ne suis pas prioritaire et n'ai droit à rien dans la ville ou je vis.

Mon état s'améliore quand la solitude est brisée même brièvement. La soleil revient, ça aide aussi. Mais cette instabilité psychologique et cet épuisement physique sont très durs à assumer...

Héra
Messages : 923
Enregistré le : 30 oct. 2016, 11:05

Re: Angoisses, paniques et dépression

Message par Héra » 22 févr. 2019, 10:23

Hello,

Pour faire rentrer des étrangers j’étais un peu comme toi mais les TISF sont des professionnelles elles ne sont pas là pour juger mais pour aider ;-)
J’en ai eu une et franchement elle était super gentille et m'a bcp apporté... Perso elle est venu après la naissance de numéro 2, elle me gardait le bébé pour que je puisse jouer avec mon grand ou même s'occupait des 2 qq heures pendant que je dormais sur mes deux oreilles les sachant en de bonnes mains... Je ne me suis jamais sentie jugée, j'ai trouvé au contraire qu'elle m'avait donné qq bonnes idées et de l'air frais.
Pour mon deuxième j'ai même employé quelques heures une personne qui venait pour m'accompagner au marché (je n'osais plus y aller seule tellement j’étais énorme et avait peur de tomber ou faire un malaise + ne pouvais pas porter mes courses) puis cuisinait mes légumes. Les premières fois ca m'a fait drôle mais après j'étais contente car cela me permettait de sortir et de faire quand même mes courses. bon c'est une idée pas forcément transposable pour toi mais peut être que ça pourrait t'inspirer une nouvelle idée bien à toi ;-)
Oui le beau temps aide, il permet de sortir de chez soi ce qui déjà est une bonne chose!
Est ce que tu aimes écouter de la musique? une musique dynamique te redonnerait elle un peu de pèche?
Autre piste as tu une possibilité (peut etre ta sage femme) de faire de la sophrologie? Ca peut parfois aider à se sentir un peu mieux?
A bientôt
Héra

kylie
Messages : 21
Enregistré le : 17 févr. 2019, 17:19

Re: Angoisses, paniques et dépression

Message par kylie » 14 mars 2019, 13:59

Bonjour Athénaïs, Ah les angoisses je connais bien ce sont de grandes amies d'enfance!!
Mon début de grossesse était un peu comme la tienne, j'ai chopé la grippe, et une rhino à la suite, autant te dire que je ne pouvais plus me lever de mon canapé et j'ai eu beaucoup de mal à m'en remettre. Mais pas d'autre enfant à m'occuper ;-) Je faisais régulièrement des crises d'angoisses aussi , peur de perdre mon bébé (apres 2 fausses couches) . Je n'ai jamais voulu prendre d'anxiolytiques pour les mêmes raisons que tu as évoqué, et surtout parce que ça rend encore plus apathique.

Si ça devient trop critique parles en avec ton médecin il y aura surement une solution. Comme dis Héra les médecines douces peuvent être d'une grande aide pendant la grossesse (je regrette de ne pas avoir essayé).

Je te conseille aussi l'intervention d'une tisf, je n'ai pas d'autre enfant à charge mais pourtant j'ai quand même fait appel a elles; j'avais beaucoup de mal à me remettre de mon accouchement. Ca a vraiment été une grande aide, j'ai tout de suite été à l'aise avec elles alors que j'appréhendais un peu au début. Parfois on bavardait juste autour d'une tasse de thé, et ça désamorçait pas mal d'angoisses.
Enfin saches que tu y a droit :super:

Au plaisir d'échanger avec toi :)

bbdamour1989
Messages : 3958
Enregistré le : 29 déc. 2012, 09:40

Re: Angoisses, paniques et dépression

Message par bbdamour1989 » 14 mars 2019, 18:17

Bonsoir athenais
Bienvenue chez les mamans blues.
Ici tu trouveras des mamans qui sont passées par là mais tu trouveras une écoute une aide .
J ai vécu ce que tu vies lors de ma première grossesse. Quand à la peur de la mort in utero j avais acheter un doppler foetale c était top. Je ne pourrais malheureusement te rassurer autrement car je suis passé par la et je sais qu aucun mot ne peut nous rassurer tu seras rassurée une fois qu il sera dans tes bras.
Tu sais un anxiolitique ne veut pas dire therathogene fait confiance en ton gynéco et ta psy j ai moi même eu des médicaments pour la grossesse bien que ce n est pas un exemple sache que si ça ne va pas ne te dis pas que tu ne peux pas en prendre.
Pour la TISF j étais comme toi je ne voulais personne mais je t avoue qu a l arrivée de bébé 3 m a fait changer d idée. Et vraiment ça soulage
Ta psy est psychologue ou psychiatre ?
Tu es clairement en dépression je lis que tu es artiste peut être devrais tu faire 5 10 minutes ? Exprimer ton mal être ?
Au plaisir de te lire
j ai été stupide de penser que je ne pourrais pas l aimer car avec le temps il est devenu irremplacable a mon coeur Stahn
Thomas mon bébé pansement de la maternité pourtant un BABI
Hugo Une fin de grossesse difficile moralement fini en déclenchement

Répondre